100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 05.07.2010 13h38
L'économie chinoise continue à connaître une croissance vigoureuse

« Parmi les entreprises de l'Union européenne (UE) installées en Chine qui ont fait l'objet d'une récente enquête, 78% ont déclaré qu'elle sont relativement optimistes quant au maintien de la croissance de leur secteur respectif dans les années à venir et qu'elles pensent que l'économie chinoise reprend son essor après avoir traversé la période difficile de la crise financière internationale, et ce taux d'optimisme s'est accru de 13% par rapport à l'année dernière. », a déclaré M. Jacques de Boisséson, Président de la Chambre de Commerce Européenne en Chine, lors du briefing tenu le 29 juin dernier à l'occasion de la publication des résultats de l' « Enquête 2010 sur la confiance commerciale de la Chambre de Commerce Européenne en Chine (EUCCC) », puis il a ajouté : « D'autre part, parmi elles, 96% ont affirmé qu'après l'éclatement de la crise financière, la Chine est devenue pour leur stratégie mondiale l'un des plus importants marchés, voire même le plus important. »

Ce jour-là, la Chambre de Commerce Européenne en Chine a fait paraître son rapport annuel intitulé « Enquête sur la confiance commerciale de l'EUCCC », dont l'édition 2010 vient d'être publiée conjointement par ladite chambre de commerce et Roland Berger Strategy Consultants. Plus de cinq cent entreprises de l'UE établies en Chine ont fait l'objet de cette enquête qui s'est déroulée aux mois de mars et d'avril de cette année et on peut dire que les données ainsi recueillies et collectionnées sont les plus complètes, les plus exactes, les plus précises et les plus représentatives par rapport aux précédentes enquêtes effectuées.

Jacques de Boisséson a poursuivi en disant que les résultats de l'enquête démontrent que les entreprises de l'UE installées en Chine continuent à nourrir de grands espoirs quant à la croissance vigoureuse de l'économie chinoise. Il a dit : « Trente pour cent des entreprises membres de l'EUCCC ont déclaré qu'à l'heure actuelle, la Chine constitue pour elles le premier choix pour leur destination d'investissement, tandis que trente quatre pour cent d'entre elles disent que la Chine figure parmi leurs trois premières destinations d'investissements. Je pense que cela est effectivement un succès remarquable. »

En dehors de cela, 18% des entreprises questionnées ont répondu qu'elles envisagent d'étendre les activités des centres de recherches qu'elles ont établis en Chine ou bien qu'elles ont décidé d'en instaurer de nouvelles et c'est un évident progrès comparaison faite avec la situation en 2009. D'après Jacques de Boisséson, l'instauration d'un centre de recherches et de développement à l'étranger est en fait une décision commerciale importante et difficile à prendre par n'importe quelle entreprise. C'est pourquoi l'évident progrès dans ce sens montre non seulement la grande et forte attirance du marché chinois, mais surtout la confiance absolue des entreprises de l'UE envers le marché chinois.

Jacques de Boisséson a indiqué que les entreprises membres de l'EUCCC ont toujours appliqué leur tactique d'exploitation basée sur l'investissement et l'élargissement de leur quote-part dans le marché chinois tout en soutenant le développement économique de la Chine, mais on ne doit pas oublier que leurs investissements en Chine ne sont pas inconditionnels, c'est la raison pour laquelle un environnement d'exploitation plus transparente et plus prévisible permettra aux entreprises de l'UE de renforcer davantage leur confiance quant à l'investissement en Chine.

Charles-Edouard Bouée, Managing Partner de Roland Berger Greater China, a pris la parole au briefing et il a dit : « Les résultats de l'enquête sur la confiance commerciale montre clairement que les entreprises européennes sont pleines de confiance envers le développement économique de la Chine et qu'il existe effectivement de nombreuses opportunités commerciales dans le marché chinois. Toutefois, vu à long terme, ce sont le gain, les profits et les bénéfices qui décident de la réussite ou de l'échec d'une entreprise. Pour le moment, seulement 34% des entreprises interrogées adoptent une attitude optimiste quant à la rentabilité de leur secteur respectif dans les deux prochaines années. »

Charles-Edouard Bouée a fait remarquer que la compétitivité des entreprises chinoises locales augmente et se renforce chaque jour davantage et que cela constitue une importante raison de la baisse du gain et du profit prévus pour les entreprises membres de l'EUCCC. Il a dit : « Cinquante huit pour cent des entreprises qui ont fait l'objet de l'enquête considère que la compétitivité toujours croissante des entreprises locales chinoises constitue un sérieux risque qu'elles doivent tenir compte dans leur exploitation ultérieure. ». A cet effet, il suggère aux entreprises de l'UE installées en Chine de faire des efforts pour se renforcer elles-mêmes quant à leur puissance interne et de diversifier encore plus leurs produits et leur service pour satisfaire autant que possible ce grand marché complexe, inextricable et toujours en évolution.

Quant à Jacques de Boisséson, il a insisté sur le fait que le rapport d'enquête concerné sera présenté et remis au gouvernement chinois et aux départements de contrôle et de supervision, à la Commission européenne, aux gouvernements des pays membres de l'UE ainsi qu'aux nombreuses entreprises et aux nombreux organismes commerciaux installés respectivement en Chine ou bien en Europe.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le vice-président chinois rencontre le président du parti au pouvoir du Botswana
Sélection du Renminribao du 2 juillet
Qu'est-ce que la Chine peut apporter à l'Afrique ?
Des entreprises chinoises empêchées d'investir aux Etats-Unis : un nouveau rideau de fer pour garantir la « sécurité de l'Etat » ?
La Chine a besoin de développer ses propres marques
Combien de temps la Chine pourra-t-elle rester un pays compétitif?
Chine : flambée des recettes financières de l'Etat et c'est le moment de procéder à l'allègement fiscal