100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 07.07.2010 13h46
Il ne s'est pas encore produit d'afflux de « capitaux fébriles » internationaux en Chine

L'Administration d'Etat des Devises étrangères (AEDE) a publié récemment les données révisées du Tableau de la balance équilibrée des paiements internationaux de la Chine durant le premier trimestre 2010 et on y remarque une légère variation par rapport aux premiers chiffres publiés auparavant. D'après les calculs effectués sur la base des dernières données obtenues, au cours du premier trimestre, le bilan actif de la rubrique du capital financier s'est accru de 77 milliards de dollars US par rapport à la même période de l'année dernière. Deng Xianhong, Directeur Général Adjoint de l'AEDE, a toutefois insisté sur le fait que jusqu'à présent, on n'a pas encore remarqué l'afflux organisé et en grande quantité en Chine de « capitaux fébriles » (capitaux spéculatifs passant d'une place à une autre, prêts à se placer à court terme suivant la variation des taux d'intérêt et l'appréciation des risques de change) venus de l'extérieur. Il a indiqué en outre que l'introduction des « capitaux fébriles » vise principalement et tout particulièrement le marché boursier et le marché immobilier.

L'introduction de capitaux et de fonds venus de l'étranger exerce une pression de plus en plus grandissante.

D'après le Tableau révisé de la balance équilibrée des paiements internationaux de la Chine, au cours du premier trimestre 2010, le compte courant ainsi que les opérations en capital et les opérations financières des paiements internationaux de notre pays continuent à présenter une situation de « double excédent », dont l'excédent des opérations en capital et des opérations financières se chiffre à 64,2 milliards de dollars US, alors qu'il a connu un déficit de 12,8 milliards de dollars pendant la même période de l'année passée, ce qui indique la pression grandissante exercée par l'afflux net de capitaux, dont celui de l'investissement direct s'élevant à 15,5 milliards de dollars US, celui du placement boursier 2,2 milliards de dollars US et celui des autres investissements 45,4 milliards de dollars US.

Les toutes dernières données établies montrent en outre que durant les trois premiers mois de cette année, la balance favorable du compte courant des paiements internationaux effectués par la Chine atteint 53,6 milliards de dollars US, soit une baisse de 32% par rapport à la période correspondante de 2009. Dans ce compte courant-là, les marchandises ont eu un excédent de 30,3 milliards de dollars US, le service un déficit de 7,2 milliards de dollars US, les profits un excédent de 21,1 milliards de dollars US et le transfert courant un excédent de 9,5 milliards de dollars US.

C'était en mai dernier que l'AEDE a publié les premières données du Tableau de la balance équilibrée des paiements internationaux du premier trimestre de cette année et c'était la première fois que la Chine rend public ce genre de données des paiements internationaux trimestriels. Ces premières données indiquaient alors qu'au premier trimestre de cette année, le compte courant de nos paiements internationaux connaît un excédent de 40,9 milliards de dollars US, soit une baisse de 48% par rapport à la même période de l'année 2009. Pour ce qui est des opérations en capital et des opérations financières, elles connaissent un excédent de 55 milliards de dollars US (y compris les écarts nets et les omissions).

Les « capitaux fébriles » s'intéressent principalement au marché boursier et au marché immobilier.

Lors d'une récente interview accordée à la presse, Deng Xianhong a parlé du problème de l'introduction des « capitaux fébriles » et il a indiqué qu'on ne doit pas compter seulement sur le calcul des données des paiements internationaux pour pouvoir connaître complètement la réelle situation de l'introduction en Chine de « capitaux fébriles ».

Il a fait remarquer que ce genre de capitaux qui arrivent en Chine illicitement adopte en général la façon de faire des « fourmis qui déménagent », laquelle présente les particularités d'infiltration et de points multiples. L'objectif principal des « capitaux fébriles » c'est de s'introduire furtivement dans le marché boursier et le marché immobilier afin de pouvoir profiter de la hausse des prix des biens capitaux et cela est tout à fait conforme à leur nature de spéculation active, et surtout dans le contexte de la crise financière internationale où la bonne situation économique essentielle de la Chine ainsi que les facteurs du prix, dont la différence du taux de change et la différence d'intérêt, et cela constitue les raisons principales qui attirent les fonds internationaux en devises qui continuent sans cesse à s'introduire en Chine.

Selon Deng Xianhong, l'introduction irrégulière des « capitaux fébriles » se fait en général à travers divers moyens dont le commerce, les fonds étrangers, la banque et l'individu, ce qui fait que c'est un mélange d'opérations d'entreprises et d'individus. Parfois, c'est le fonctionnement d'arbitrage de change entre entreprises concernées d'un groupe de sociétés, parfois c'est une quelconque banque qui émet à l'intention de personnalités étrangères des prêts hypothécaires en devises à moyen ou à long terme pour achat de logements, et une fois le règlement de change effectué, les prêts hypothécaires seront utilisés pour acquérir les biens immobiliers à l'intérieur du pays. Pour ce qui est de l'introduction des « capitaux fébriles » dans le marché boursier, les enquêtes spéciales menées à cet effet montrent que certains hommes d'affaires étrangers investissement dans l'usage fictif d'une entreprise et puis après le règlement de change, ils introduisent les fonds de capital dans le marché boursier.

Ce qui mérite d'être noté, c'est que les analyses de certains spécialistes en la matière indiquent qu'en mai dernier, il y a eu un indice de sortie de « capitaux fébriles » d'une certaine ampleur et ce phénomène est lié au marasme ces derniers temps du marché boursier intérieur ainsi qu'à l'application par l'Etat de la politique d'austérité à l'encontre du marché immobilier.

Il est nécessaire de renforcer le contrôle afin de pouvoir prévenir l'afflux de « capitaux fébriles ».

Deng Xianhong a indiqué qu'à l'heure actuelle en Chine, la circulation transfrontalière de capitaux et les paiements en devises se font dans leur ensemble de façon légale et règlementaire et que jusqu'à présent, on n'a pas encore remarqué un afflux organisé et en grande quantité en territoire chinois de « capitaux fébriles » venus de l'extérieur.

Il a dit que vu à long terme, pour prévenir et empêcher l'introduction de « capitaux fébriles », le plus important c'est qu'il faut prendre en considération davantage à l'amélioration de la qualité et de la rentabilité de la croissance économique tout en accordant une grande importance à la transformation du mode de développement économique et au réajustement structurel, qu'il faut harmoniser et rationaliser, dont principalement les ressources intérieures et les fonds, qu'il faut perfectionner continuellement le mécanisme de formation du taux de change du renminbi, qu'il faut mettre en valeur davantage le rôle fondamental du mécanisme du marché et qu'il faut renforcer et perfectionner continuellement le système de contrôle et de supervision des devises.

Le camouflage et le déguisement des « capitaux fébriles » ne sont pas tellement adroits et avisés.

Deng Xianhong a indiqué que l'opération spéciale menée en février dernier par l'AEDE montre que l'introduction illicite des « capitaux fébriles » sont concentrés, dans la plupart des cas, dans des domaines traditionnels, tels que le commerce et l'investissement. Toutefois, les moyens divers, variés et de toutes sortes qu'ils utilisent pour parvenir à leur fin créent et apportent effectivement certaines difficultés au travail de contrôle, de supervision et d'enquête. Toutefois, pourvu qu'on se saisisse de la règle régissant le fonctionnement des « capitaux fébriles », il ne sera alors pas tellement difficile de découvrir les anomalies et les points douteux qui y sont cachés et on peut dire leur camouflage et leur déguisement ne sont pas tellement adroits et avisés. Par exemple, certaines entreprises du commerce de transformation exploitent la situation à leur avantage en utilisant le problème des prix : elles se servent de moyens tels qu'offre de pris sur la base de travail amplifié, déclaration fictive de la part en devises et transfert de prix fixes pour atteindre leur but de régler et de gagner encore plus de devises. Pour ce qui est des entreprises à capitaux étrangers, bien qu'elles procèdent effectivement à, des opérations, mais elles ne disposent pas de réels « capitaux étrangers », et même certaines sont en réalité des « entreprises creuses et vides » et les devises qui leur sont nécessaires proviennent en général de la transaction de fonds entre intermédiaire et banques privées clandestines, puis après le règlement de change des fonds du capital, ces derniers sont utilisés pour rembourser les prêteurs concernés : banque privée clandestine ou bien bailleur de fonds intérieur ou extérieur. Quant aux « capitaux fébriles » de provenance individuelle, ils utilisent diverses formes, dont principalement transfert dispersé – règlement de change éparpillé – comptabilisation centralisée, ce qui leur permettra d'atteindre leur objectif de diviser les énormes sommes en petites parties pour pouvoir procéder au règlement de change par prélèvement.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : Urumqi en paix, un an après les émeutes du 5 juillet 2009 au Xinjiang
L'économie chinoise continue à connaître une croissance vigoureuse
Qui de la Chine ou de l'Inde vieillit le mieux ?
Le Japon devrait payer la Chine de retour
Regardez la Chine de manière objective !
Y a t-il un danger que la Chine oublie le passé ?
Qu'est-ce que la Chine peut apporter à l'Afrique ?