100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 06.08.2010 08h03
Chine : des fusions réduisent le nombre d'entreprises d'Etat à 123

Le nombre d'entreprises d'Etat directement administrées par le gouvernement central chinois descend à 123 après l'approbation de deux fusions par le Conseil des affaires d'Etat (gouvernement central), a déclaré jeudi la Commission de contrôle et de gestion des biens publics.

China National Real Estate Develop Group Corporation a fusionné avec China Commmunications Construction Co. Ltd et Shanghai Ship and Shipping Research Institute avec China Shipping (Group) Company. Les deux entreprises issues de ces fusion sont respectivement China Commmunications Construction Co. Ltd et China Shipping (Group) Company.

De nouvelles fusions-acquisitions entre des entreprises d'Etat auront lieu dans les secteurs des métaux non ferreux, du charbon et du commerce, a prédit Wang Zhiyong, analyste à Bohai Securities.

Li Rongrong, chef de la commission, a indiqué fin juillet que le gouvernement chinois cherchait à réduire le nombre d'entreprises d'Etat à moins de 100 tout en créant entre 30 et 50 grands groupes compétitifs dans le monde d'ici la fin de l'année.

Néanmoins, il a souligné que les entreprises d'Etat devaient jouer un rôle dominant dans des industries importantes comme l'électricité, la pétrochimie, les télécommunications, le charbon, l'aviation et le fret.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : la production d'or en 2010 vers un niveau record
La consommation d'énergie par unité du PIB en Chine en hausse de 0,09% durant le premier semestre 2010
Les images d'une évacuation musclée de squatteurs suscitent une polémique qui montre l'échec de la nouvelle politique française d'immigration
Les ministres français partent en vacances avant de se lancer dans une nouvelle série de vifs débats
La forte croissance de la population de l'UE est-elle due à l'immigration ?
Un expert regarde la Chine de l'extérieur
Sûre de son bon droit, la Chine doit insister pour que l'OMC prenne en compte ses réclamations