100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 17.11.2010 08h47
La Chine et le Chili vont développer leur commerce

La Chine et le Chili ont convenu, mardi 16 novembre à Beijing, de développer leur commerce et leurs investissements.

Le président chinois Hu Jintao s'est entretenu mardi avec son homologue chilien Sebastian Pinera, en Chine pour une visite d'Etat de trois jours. Les deux chefs d'Etat ont également assisté à la signature de trois accords de coopération économique bilatérale.

Hu Jintao a proposé d'étendre les liens commerciaux sino-chiliens dans plusieurs domaines, tels que l'agriculture, les sciences et technologies, l'exploitation minérale, l'industrie du luminaire, la fabrication d'appareils ménagers et de machines.

Effectuant sa première visite en Chine depuis la prise de fonction en mars, Pinera a déclaré qu'il était toujours "plein de passion" pour renforcer la coopération pragmatique avec la Chine.

Le Chili est le deuxième plus grand partenaire commercial de la Chine en Amérique latine, tandis que la Chine est le plus gros partenaire du Chili. Le volume du commerce bilatéral a atteint 17,72 milliards de dollars (soit +2,1%) l'année dernière.

Pinera a fait savoir que le Chili était prêt à travailler avec la Chine dans les domaines de la coopération économique dans la région Asie-Pacifique, dans les pourparlers du cycle de Doha, les réformes des institutions financières internationales et du changement climatique.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine restreint l'achat des logements pour les individus et les institutions étrangers
Deux Europes dans la crise de la protection sociale
Deux Europes dans la crise de la protection sociale
Sarkozy forme un nouveau gouvernement en préparation de la présidentielle (ANLAYSE)
Ce que cherche à obtenir Nicolas Sarkozy en France et dans le monde
Le sourire de Barack Obama à l'Inde est-il juste de pure forme ?
La Chine doit garder la tête froide au sujet de sa 3ème place au FMI