Le gouvernement chinois prend des mesures pour combattre l'inflation
100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 22.11.2010 15h34
Le réseau ferré chinois à grande vitesse va s'étendre vers l'Asie du Sud-Est

La construction d'une ligne ferroviaire à grande vitesse entre la province du Yunnan, dans le Sud-Ouet de la Chine, et le pays voisin du Myanmar, partie d'un projet destiné à moderniser les connections en matière de transports avec les pays d'Asie du Sud-Est, va commencer d'ici deux mois environ, vient d'annoncer un expert ferroviaire.

La ligne, qui reliera Kunming, capitale de la province du Yunnan, et Yangon (Rangoon), la plus grande ville et ancienne capitale du Myanmar, aura 1 920 km de long, d'après Wang Mengshu, universitaire de l'Académie Chinoise d'Ingénierie. Quand elle sera achevée, les trains y rouleront à une vitesse de 170-200 km/h.

M. Wang, qui est aussi professeur à l'Université Jiaotong de Beijing, a été impliqué dans les projets chinois de lignes ferroviaires à grande vitesse depuis leurs débuts.

Il a déclaré qu'une autre connection ferroviaire à grande vitesse entre la Chine et le Cambodge était aussi en discussion. Et une enquête exploratoire pour une autre ligne, qui pourrait relier le Yunnan et Vientiane, la capitale du Laos, est en cours.

Ces trois nouvelles lignes, quand elles auront été développées, en même temps qu'une autre reliant la Chine et le Vietnam, formeront un réseau qui devrait achevé dans les dix ans qui viennent, a dit le professeur Wang.

« Ce projet, qui a pour objectif de stimuler la coopération entre la Chine et les nations de l'Asie du Sud-Est, renforcera grandement le développement économique des régions Ouest de la Chine », a-t-il dit.

Un plan national ferroviaire verra l'extension du réseau à 120 000 km d'ici la fin 2020, et à 170 000 km d'ici la fin de 2030, a dit M. Wang. Quand il sera achevé, 60% des voies ferrées du pays seront situées dans l'Ouest de la Chine.

Un porte-parole du Ministère chinois des Chemins de Fer a précisé qu'aucun plan détaillé de construction visant à relier les pays de l'Asie du Sud-Est n'avait été finalisé, mais il a tout de même confirmé que le Ministère avait constitué des groupes de travail avec les pays concernés.

Piamsak Milintachinda, ambassadeur de Thaïlande en Chine, avait précédemment déclaré qu'une équipe ministérielle était venue en Thaïlande en août pour évaluer l'environnement d'investissement pour une voie ferrée à grande vitesse ainsi que pour un réseau ferroviaire reliant la Thaïlande, la Chine et d'autres pays d'Asie du Sud-Est.

La ligne à grande vitesse envisagée en Thaïlande, de 240 km de long, et dont le coût est estimé à environ 25,6 milliards de Dollars US, serait la première de ce genre dans le pays et relierait Bangkok, la capitale, à Rayong, la base industrielle du pays, située dans l'Est du pays.

La Thaïlande souhaite depuis longtemps moderniser son réseau, et souhaite apprendre de l'expérience de la Chine dans « l'exploitation d'un système ferroviaire à grande vitesse », a dit l'ambassadeur.

Les experts chinois pensent que la Chine dispose des capacités techniques pour mener le projet à bien, mais d'autres considérations pourraient entrer en jeu.

« Il n'y a pas de barrières technologiques à la construction de voies ferrées à grande vitesse vers les pays d'Asie du Sud-Est, mais la Chine doit faire entrer la rentabilité en ligne de compte », a dit Ji Jialun, professeur à l'Université Jiaotong de Beijing.

Des entreprises chinoises modernisent leur technologie afin de rester en phase avec l'innovation et la croissance de l'industrie du rail à grande vitesse, et elles sont bien positionnnées pour tirer profit de l'intérêt croissant pour les liaisons ferroviaires à grande vitesse.

Les trains à grande vitesse chinois ont d'ailleurs aussi enregistré des records de vitesse allant jusqu'à 416 km/h, ainsi que l'a précisé Zhao Xiaogang, président de la China South Locomotive and Rolling Stock Corp, la plus grande société de fabrication de matériel ferroviaire chinoise cotée en bourse.

« L'Europe, les Etats-Unis, la Russie, l'Inde, le Brésil et le Moyen-Orient, tous réfléchissent à des plans de développement de voies ferrées à grande vitesse, ce qui témoigne de la vitalité de l'industrie au niveau mondial », a dit M. Zhao.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine salue la démarche positive du Soudan en faveur d'un référendum dans le sud
Des pratiques illégales de travail à l'origine de l'incendie de Shanghai
Deux Europes dans la crise de la protection sociale
Sarkozy forme un nouveau gouvernement en préparation de la présidentielle (ANLAYSE)
Ce que cherche à obtenir Nicolas Sarkozy en France et dans le monde
Le sourire de Barack Obama à l'Inde est-il juste de pure forme ?
La Chine doit garder la tête froide au sujet de sa 3ème place au FMI