Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 19.01.2011 10h51
Le manque d'uranium en Chine devrait prendre fin d'ici dix ans

Cela devrait prendre au moins une décennie à la Chine pour débuter l'application industrielle à grande échelle de la technologie de retraitement du combustible usagé, qui pourrait être la solution à la pénurie des approvisionements, a annoncé lundi la China National Nuclear Corp (CNNC).

Ces remarques faites lors de la réunion annuelle d'information de l'entreprise sont venues s'ajouter aux nouvelles précédentes, selon lesquelles la dernière technologie chinoise de retraitement du combustible usagé, développé par la CNNC, multiplierait le taux d'utilisation de l'uranium par soixante.

« Cette percée technologique est une étape cruciale vers une mise en application pratique initiale, qui devrait intervenir dans un délai d'un an », a dit Li Tao, porte-parole de la CNNC.

D'après des experts de l'industrie, le retraitement du combustible usagé nécessite une technologie de réacteur rapide.

L'entreprise a également annoncé qu'elle avait fixé un objectif de revenus annuels de 100 milliards de Yuans (15 milliards de Dollars US) d'ici la fin 2015, contre 41,9 milliards de Yuans en 2010.

La CNNC, qui est le plus grand constructeur chinois du secteur de l'énergie nucléaire, envisage de posséder des projets nucléaires en service d'une capacité de 16 000 mégawatts (mW) et des projets d'une capacité additionnelle de 20 000 mW en construction d'ici la fin de 2015.

Dans le même temps, elle va aussi s'étendre dans le secteur de l'énergie éolienne et a dit qu'elle comptait construire des projets d'énergie éolienne d'une capacité totale de 1 000 mW dans les cinq années qui viennent.

L'entreprise a annoncé en 2010 qu'elle investirait 800 milliards de Yuans dans des projets d'énergie nucléaire d'ici 2020, dans la droite ligne des efforts de la Chine pour accélérer le développement de l'industrie.

La Chine a l'ambition d'augmenter sa capacité d'énergie nucléaire à 40 gigawatts (gW) d'ici 2020, contre un peu plus de 9 gW à l'heure actuelle.

Pour financer cet objectif d'expansion, la CNC prévoit de faire entrer en bourse sa filiale, la CNNC Nuclear Power Co Ltd, probablement lors du premier semestre de 2011, avait déclaré précédemment l'entreprise.

Elle a également promis d'accélérer l'exploration et le traitement de l'uranium à l'étranger en 2011.

Le mois dernier, la CNNC a ainsi produit son premier baril d'uranium au Nigeria, où se trouve la première mine de l'entreprise à l'étranger.

La demande chinoise en uranium pourrait se monter à 20 000 tonnes par an en 2020, soit plus d'un tiers des 50 572 tonnes extraites chaque année dans le monde, d'après l'association Nucléaire Mondiale.

La Chine possède plus de 170 000 tonnes de ressources en aluminium connues.

Les analystes de l'industrie ont dit que les deux tiers des besoins de la Chine en aluminium vont dépendre des approvisionnements en provenance de l'étranger.

En juin de l'année dernière, la CNNC a signé son premier contrat à longue durée pour du minerai d'uranium avec la société canadienne Cameco Corp, pour plus de 10 000 tonnes lors de la décennie qui vient.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le PM chinois rencontre le ministre des Affaires étrangères de la République de Corée
Les investissements chinois directs sont bienvenus aux Etats-Unis
Venez voir par vous-même ce qu'est le vrai Tibet
Où en est la situation chinoise de contrôle du tabac?
Les attaques contre la Libye cachent des raisons politiques derrière
Les attaques sur la Libye pourraient conduire à l'anarchie
Pourquoi la France s'est-elle portée à l'avant-garde contre Kadhafi ?