Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 25.01.2011 14h11
Expert : quatre étapes pour les processus de modernisation

Dès que les nécessités techniques se font ressentir dans la société, elles feront progresser les sciences plus que dix universités, selon Friedrich Engels. « Les dix doigts de la main n'ont pas la même taille, et les États, des niveaux inégaux ». Pourquoi certains pays sont développés tandis que d'autres sont en voie de développement (PVD) ? De quelle façon ces derniers peuvent-ils devenir des pays développés ? Quand la Chine y parviendra-t-elle ? Lors d'une rencontre d'experts intitulée « Sciences de modernisation : principes et méthodes de développement des États ou Rapport de la modernisation chinoise de 2011 », qui a eu lieu récemment, les participants ont eu de chauds débats à ce sujet.

He Chuanqi, directeur du centre de modernisation de l'Académie des sciences de Chine, y a fait une intervention thématique. Dans son discours, il a indiqué que les sciences de modernisation sont de nouvelles sciences croisées sur le phénomène de la modernisation, des thèses sur les pays les plus développés et leur développement, sur l'évolution des progrès les plus avancés des civilisations modernes et la concurrence internationale. La modernisation ressemble à un marathon des nations. Les États dans le peloton de tête deviennent des pays développés, ceux qui les suivent sont des PVD. Au cours des 3 siècles derniers, les pays développés ont représenté moins de 20 % des nations dans la course, et les PVD, plus de 80 %. Au cours des 50 dernières années, la probabilité pour les PVD de passer au rang des pays développés a été d'environ 5 %. Celle des pays développés de maintenir leur niveau, d'environ 90 %, et celle d'être rétrogradé en PVD, d'environ 10 %. Et tandis que celle pour ces pays de rétrograder en PVD, d'environ 10 %.

Selon M. He, d'une façon générale, le niveau de développement d'un État est positivement proportionnel à la valeur de ses innovations, et négativement proportionnel à la valeur du travail ; positivement proportionnel au travail matérialisé, et négativement proportionnel à la valeur du travail vivant ; positivement proportionnel au travail efficace et performant, et négativement proportionnel au travail inefficace ou peu performant ; positivement proportionnel aux investissements efficaces et performant, et négativement proportionnel aux investissements inefficaces et actifs primaires ; positivement proportionnel aux techniques avant-gardistes, et négativement proportionnel aux techniques obsolètes.

Dans le Rapport de la modernisation chinoise de 2011, M. He estime que la Chine pourrait adopter quatre étapes pour sa stratégie de modernisation : primo, accomplir la modernisation primaire pour entrer dans la modernisation secondaire, ce qui portera la Chine au rang des 60 premières nations du monde ; secundo, atteindre le niveau de développement moyen, soit se classer parmi les 40 premiers pays du monde ; tertio, parvenir au niveau avancé, soit au rang des 20 premiers pays ; et quarto, se hisser au premier rang mondial, parmi les 10 premiers États. Dans ses analyses, M. He explique que la Chine est, à l'heure actuelle, au niveau moyen de développement des PVD, soit en phase de mûrissement de la modernisation primaire, avec certaines régions entrées en phase de modernisation secondaire, tandis que la majorité des régions sont encore en phase de modernisation primaire. Au 21e siècle, la Chine pourra choisir la voie de la modernisation intégrée. Autrement dit, les deux modernisations pourraient se développer en harmonie pour accélérer la transition vers la modernisation secondaire et rattraper le niveau avant-gardiste mondial vers la période postérieure du 21e siècle.

Les participants à la manifestation ont hautement apprécié ledit rapport, et le considèrent comme le fruit d'innovations académiques de haut niveau. Lu Yongxiang, président de l'Académie des sciences de Chine, a souligné que la modernisation du pays est non seulement un objectif d'État, mais aussi l'aspiration commune de tout le peuple. Étudier la loi de la modernisation et formuler de nouvelles théories pour promouvoir le progrès est le devoir historique pour tous les scientifiques chinois.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Funérailles de l'ancien dirigeant militaire chinois Liu Huaqing
Wen Jiabao appelle à des efforts pour lutter contre la sécheresse et garantir la production agricole
La Chine a signé des listes d'achat pour près de 100 milliards de dollars ces deux derniers mois
La cohue des transports de la Fête du Printemps fait-elle partie de la culture chinoise ?
La « révolution de jasmin » est due à la rancune de la population et à la lutte pour le pouvoir
Flatter la Chine sur le « rachat de l'Europe »
La Chine contribue à soulager la crise de la dette européenne