Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 25.02.2011 09h10
Pour le 10e anniversaire de son adhésion à l'OMC, la Chine cherche l'équilibre du commerce international

L'année 2011 marque le 10e anniversaire de l'adhésion de la Chine à l'OMC. Au cours de la dernière décennie, l'exportation chinoise a été multipliée par 4,9, et l'importation par 4,7. Le montant des capitaux étrangers introduits s'est élevé à 700 milliards d'USD, et les investissements à l'étranger ont également progressé rapidement.

La Chine est devenue aujourd'hui le plus grand exportateur et le deuxième importateur mondial. Elle est en même temps le deuxième partenaire commercial des États-Unis et de l'UE, et le premier du Japon, de la Corée du Sud, de l'ASEAN, de l'Australie et de l'Afrique du Sud. Elle est également la principale destination d'exportation des pays les moins développés.

En 10 ans, le rôle de la Chine à l'OMC est passé de celui de nouvel adhérent à celui de promoteur. Le niveau moyen de l'impôt douanier est passé de 15,3 % à 9,8 %, avec une centaine de services commerciaux ouverts à l'étranger. En même temps, la Chine a refait le tri parmi les trois milliers de lois et de directives, et a souligné une nouvelle fois les principes d'égalité, de transparence et d'impartialité dans le régime économique chinois. La Chine a fait beaucoup d'efforts pour préserver les droits et intérêts des pays en voie de développement dans le tour Doha des négociations de l'OMC. Elle a aussi accompli ses devoirs internationaux et a beaucoup contribué à la réduction des écarts entre le Nord et le Sud.

Ayant retrouvé en 2010 son niveau d'avant la crise financière globale, le commerce international chinois est néanmoins confronté à de nouveaux challenges extérieurs, d'autant que la reprise de l'économie globale reste toujours incertaine, et que la croissance mondiale risque de passer de 4,3 % à 4,2 % selon le FMI.

Quant à l'exportation chinoise elle-même, la valeur ajoutée des produits exportés reste encore basse, et les entreprises exportatrices souffrent en plus de la revalorisation du RMB (monnaie chinoise), de la montée des cours des matières premières et de la hausse du coût de la main-d'œuvre. Le mode de croissance extensif est également à l'origine d'atteintes de plus en plus graves aux ressources naturelles et à l'environnement.

Par ailleurs, la Chine est victime du protectionnisme international. Des pays occidentaux font pression sur la politique monétaire du pays en raison de la taille de l'excédent commercial chinois. Les produits fabriqués en Chine souffrent d'attaques de plus en plus nombreuses, alors même que le pays s'efforce d'élargir son importation pour rétablir l'équilibre commercial.

La Chine va sans doute prendre des mesures actives en 2011 pour élargir et optimiser la structure de son importation, en augmentant le poids des produits de consommation et des équipements médicaux, ainsi que celui des produits économes en énergie et respectueux de l'environnement. Le ministère du Commerce a surtout appelé les Etats-Unis et l'UE à relâcher leurs contraintes sur l'exportation de ses produits de hautes technologies vers la Chine.

L'année 2011 est la première année du 12e plan quinquennal chinois. Les deux sessions de l'APN et de la CCPPC établiront le plan général de développement du commerce international chinois, qui consiste surtout à trouver l'équilibre entre l'importation, l'exportation, l'introduction de capitaux étrangers et l'investissement à l'étranger, au lieu de se reposer simplement sur l'exportation et l'introduction d'investissements.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
L'«Année de la Jeunesse » Chine-UE s'est inaugurée à Beijing
Hu Jintao et Wen Jiabao ordonnent aux autorités concernées de faire tout leur possible pour assurer la sécurité des Chinois en Libye
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence