Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 27.02.2011 08h49
Huawei demande l'ouverture d'une enquête aux Etats-Unis pour dissiper des soupçons "infondés"

Huawei, le géant chinois des équipements de télécommunications, a publié vendredi une lettre ouverte annonçant qu'il saluait les investigations du gouvernement américain si celles-ci permettent de dissiper les "malentendus".

Le vice-président de Huawei, Ken Hu, a regretté dans une déclaration parue sur le site Internet de la compagnie, "des rumeurs et des allégations fausses qui durent depuis longtemps" aux Etats-Unis. Et de déplorer que celles-ci ont contrecarré les opérations commerciales normales de l'entreprise dans ce pays.

Huawei a annoncé cette semaine avoir renoncé au rachat de 3Leaf Systems, une entreprise américaine insolvable, après "des inquiétudes nationales sur la sécurité" soumises, selon des médias, au Comité sur les investissements étrangers aux Etats-Unis (CFIUS).

Huawei souffre depuis longtemps des allégations selon lesquelles l'entreprise est soutenue par le gouvernement chinois, une accusation qui a eu des effets catastrophiques sur les rachats d'entreprises étrangères par Huawei.

En 2008 et 2010, des accusations similaires ont bloqué, respectivement, le rachat par Huawei de 3Com et d'une entreprise du réseau Motorola.

"Nous espérons sincèrement que le gouvernement américain va mener une enquête formelle sur les inquiétudes concernant Huawei", a indiqué M. Hu dans la lettre, en ajoutant que cette enquête va conclure que Huawei est "une entreprise commerciale normale".

Dans cette lettre, M. Hu a affirmé que les accusations de liens entre Huawei et l'armée chinoise sont une extrapolation du fait que le président et directeur général de Huawei, Ren Zhengfei, avait servi dans l'Armée populaire de Libération (APL, armée chinoise).

"M. Ren n'est qu'un des nombreux PDG dans le monde qui avaient servi dans l'armée", a poursuivi Hu, en soulignant que Huawei était un fournisseur de solutions de télécommunications à usage civil, et n'était pas impliqué dans les technologies militaires.

M. Hu a également réfuté les propos selon lesquels Huawei avait reçu des soutiens financiers inadaptés du gouvernement chinois, en déclarant que les avantages fiscaux que l'entreprise chinoise a reçus sont les mêmes que ceux que les Etats-Unis offrent à leurs entreprises de hautes technologies.

La Huawei Technologies Ltd., créée en 1988 dans la zone économique spéciale de Shenzhen (sud), est l'un des leaders mondiaux des équipements en télécommunications et des réseaux de téléphonie mobile. Elle a vendu ses produits à une centaine de pays du monde.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : Jia Qinglin insiste sur la stabilité au Tibet
L'«Année de la Jeunesse » Chine-UE s'est inaugurée à Beijing
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence