Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 12.03.2011 10h22
Dagong dégrade la note des bons du Trésor portugais

Dagong Global Credit Rating, l'agence chinoise de notation financière, a rendu public le 10 mars son rapport d'évaluation des bons du Trésor portugais, et a dégradé la note de ces derniers en devise locale et en devise étrangère de A- à BBB+.

Selon Guan Jianzhong, président du conseil d'administration de Dagong, l'économie portugaise va connaître une croissance négative en 2011. Il sera donc très dur pour le pays de réduire son déficit fiscal.

En même temps, la fluidité du système bancaire et la qualité des actifs du pays souffriront d'une pression énorme. La taille de la dette publique risque de gonfler de manière accélérée.

Les marchés financiers courent également un haut risque de rupture, d'autant que le pays a un coût relativement élevé de financement.

Trop faible en financement à cause de la détérioration continue de sa situation fiscale, le gouvernement portugais serait obligé d'accepter les conditions de l'UE pour obtenir des aides supplémentaires.

De nombreux pays européens, notamment le Portugal, la Grèce, l'Irlande et l'Espagne sont touchés par la crise de la dette souveraine, et auront des besoins financiers très importants en 2011, selon M. Guan.

L'économie européenne est très influencée par l'environnement global des crédits du point de vue macroéconomique, mais les causes intérieures de ces pays débiteurs sont quand même décisives.

D'abord, les besoins financiers de ces pays tentent à devenir de plus en plus importants, parce que les dettes échéantes sont lourdes pour ces pays en 2011, représentant à peu près deux tiers de l'ensemble de leurs dettes. D'une part, ces pays ne disposent pas d'une large marge de manœuvre pour réduire leurs déficits, et d'autre part, ils ont encore besoin de fonds pour relancer leur économie.

L'environnement mondial du crédit n'est pas assez bon pour aider ces pays à rembourser leurs dettes échéantes. Leur solvabilité est donc mise en doute en 2011.

Troisièmement, ces pays débiteurs ne disposent pas des atouts intérieurs nécessaires pour améliorer leur situation financière. Ces pays sont souvent économiquement fragiles, d'autant plus que le coût de leur dette est souvent élevé, au point que les produits sont à peine rentables, voire négatifs.

D'un point de vue global, la politique monétaire souple que pratiquent les États-Unis génère une fluidité excessive, et une pression dépréciative du dollar. Ainsi, l'environnement global ne joue pas non plus pour la solution de la crise de la zone euro.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Wu Bangguo présente le rapport d'activité du Comité permanent de l'APN
Alerte au tsunami suite à un séisme au Japon, mais la Chine est en sécurité
Pourquoi la situation agitée au Moyen-Orient a-t-elle connu un développement si rapide?
On ne construira pas l'équité sociale avec des troubles
Priorité à la prospérité de la population
L'augmentation du budget de l'armée chinoise est irréprochable
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?