Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 13.05.2011 08h35
De nombreux pays s'intéressent au TGV chinois pour leurs projets ferroviaires

Le 11 mai, le TGV chinois a réussi son lancement d'essai, traversant les 1 318 km qui séparent Beijing de Shanghai en 4 heures et 48 minutes, soit 5 heures de moins que le train le plus rapide actuellement en service.

Ray La Hood, secrétaire d'État américain aux Transports, a déclaré le jour de l'ouverture de la troisième édition du DS&E que les États-Unis comptaient investir quelque 2 milliards d'USD dans le développement du TGV afin de développer les transports dans le nord-est du pays. Des analystes estiment qu'il s'agit d'un signe favorable pour la participation chinoise au projet américain, notamment celle du groupe CSR (China South Locomotive & Rolling Stock Corporation Limited), membre de la délégation chinoise au DS&E.

CSR et CNR (China North Locomotive & Rolling Stock Corporation Limited) sont les fabricants désignés par le ministère du Chemin de fer pour les locomotives et les wagons du TGV. Les modèles CRH380A de CSR et CRH380B de CNR sont les principaux trains chinois qui roulent à une vitesse supérieure à 300 km/h, et présentent à l'heure actuelle l'un des niveaux technologiques les plus avancés au monde.

Plusieurs pays, notamment les États-Unis, la Russie et la Grande-Bretagne, ont exprimé un intérêt pour le TGV chinois. Le ministère chinois du Chemin de fer a reçu la visite d'une centaine de délégations et de chefs d'État étrangers, dont plusieurs ont signé des accords de coopération avec le ministère en matière de développement ferroviaire. Le ministère a également créé des groupes coordinateurs en vue d'aider les entreprises concernées à exploiter à l'étranger les marchés forfaitaires et d'équipements pour les projets de chemins de fer.

Cette fois-ci, CSR fut la seule du secteur ferroviaire parmi les 6 entreprises de la délégation chinoise au DS&E.

CSR avait par ailleurs déjà établi un mémorandum avec la société américaine GE en novembre 2009 sur une coopération dans les projets américains de TGV roulant à 350 km/h.

Fin 2010, les deux sociétés sont encore parvenues à un accord-cadre à partir du mémorandum sur la création aux États-Unis d'une coentreprise pour le développement de TGV et de chemins de fer. La coentreprise s'efforce d'augmenter la part des technologies et équipements locaux dans les projets du TGV américains et d'assurer l'assemblage général des équipements aux États unis.

Le montant des commandes que détient CSN pour les projets de TGV s'élève aujourd'hui à 100 milliards de yuans, dont 13 milliards viennent de l'étranger, annonce l'entreprise.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Sichuan se relève, trois ans après le séisme
Le président Hu appelle aux efforts conjoints pour faire progresser le partenariat sino-américain (vice-PM chinois)
Comment traiter les traumatisms post-séisme
Le vol d'oeuvres d'art à la Cité Interdite doit déclencher une alarme
Le siècle de l'Asie est-il devant nous ?
Comment créer un "royaume idéal sur Internet" ?
Les Etats-Unis doivent évaluer à sa juste valeur la contribution du Pakistan à la lutte anti-terrorisme