Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 19.05.2011 08h31
La double taxation par l'UE sur les papiers couchés importés de Chine contrevient aux principes de l'OMC

A l'issue d'un an d'enquête, l'UE a décidé le 14 mai d'appliquer une double taxation antidumping (à hauteur de 4 à 12 %) et antisubvention (à hauteur de 8 à 35,1 %) sur les papiers couchés importés de Chine. Il s'agit d'une pratique sans précédent dans les relations commerciales sino-européennes.


Cette décision a suscité de vives réactions de la partie chinoise. Yao Jian, porte-parole du ministère du Commerce, a exprimé son mécontentement et sa ferme opposition, et envisage les mesures nécessaires pour contrebalancer les effets.

Selon M. Yao, l'UE, qui ne reconnait pas à la Chine le statut d'économie de marché, a validé des pratiques inégales et discriminatoires dans son enquête antidumping, et a ouvert malgré tout une enquête antisubvention sur les produits chinois. Cependant, la double taxation sur un même produit contrevient aux principes de l'OMC.

En termes d'arguments, des personnes chargées de l'enquête prétendent que les crédits accordés aux producteurs de papiers couchés par les banques commerciales chinoises font partie de subventions gouvernementales, car elles considèrent que ces banques sont de nature publique. Ceci est complètement délirant et bien éloigné de la réalité.

Selon les statistiques, à peu près 20 000 tonnes de papier couché importées de Chine ont fait l'objet de cette enquête, et la part des papiers couchés chinois ne représente qu'un peu moins de 5 % du marché européen. Ainsi, l'influence de la double taxation n'est pas trop grave pour les fabricants chinois. Alors, pourquoi les autorités européennes s'obstinent-elles, malgré toutes ces répercussions potentielles sur la relation sino-européenne ?

Mei Xinyu, chercheur à l'Institut de coopération économique et commerciale internationale du ministère du Commerce, a indiqué que l'économie européenne a souffert de lourdes pertes durant la crise financière globale, et que la reprise reste modérée en comparaison avec les autres pays, notamment les États-Unis. L'année dernière, la crise des dettes souveraines a encore alourdi le fardeau de l'économie européenne. La double taxation est plus ou moins un des syndromes de cette période post-crise.

Selon M. Mei, quand l'exportation chinoise ne cesse d'accroître sous la pression de la taxation antidumping, des barrières techniques, de la réévaluation de sa monnaie, et même en dépit des exigences strictes sur les droits de propriété, les entreprises américaines et européennes ne peuvent pas, tout comme les politiciens, recourir à des outils antisubventions. Cette pratique ne servira en effet qu'à approfondir la perception négative par les entreprises chinoises des barrières européennes.


Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
L'UE dépasse le Japon et devient la plus grande source d'importations de la Chine entre janvier et avril
Le président chinois promet de faciliter les investissements européens
Comment traiter les traumatisms post-séisme
Le vol d'oeuvres d'art à la Cité Interdite doit déclencher une alarme
Le siècle de l'Asie est-il devant nous ?
Comment créer un "royaume idéal sur Internet" ?
Les Etats-Unis doivent évaluer à sa juste valeur la contribution du Pakistan à la lutte anti-terrorisme