Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 19.05.2011 08h34
Pierre Lellouche : la France va promouvoir les exportations vers la Chine

Du 17 au 20 mai, le Secrétaire d'État au commerce extérieur français Pierre Lellouche effectue une visite en Chine. Avant son départ, il a accordé une interview collective aux journalistes chinois en France pour présenter son programme et répondre aux questions d'actualité.

« Depuis ma première visite en Chine il y a trente ans, le pays a largement changé. En 1980, le volume commercial chinois ne représentait que 1% de celui du monde, mais en 2010, cette proportion a augmenté à 10 % », a déclaré M. Lellouche.

« Une Chine puissante est une bonne chose pour le monde. Les investissements chinois sont bien accueillis en France. J'espère que le commerce bilatéral peut s'élever, et je vais discuter avec mes confrères chinois de l'amélioration du déséquilibre de la balance commerciale au détriment de la Chine », a-t-il précisé.

Selon M. Lellouche, il va rencontrer au cours de sa visite les principaux acteurs des affaires chinois et approfondir les questions relevant du commerce bilatéral, du commerce mondial, de la réforme du système monétaire international, du taux de change et de la coopération dans le cadre du G20.

À cette occasion, il participera également au salon de l'alimentation de Shanghai pour présenter la gastronomie française au peuple chinois et visiter la centrale nucléaire EPR à Taishan pour étudier les mesures de renforcement de la sécurité nucléaire après l'accident de Fukushima au Japon.

M. Lellouche estime que le volume du commerce bilatéral pourrait atteindre 50 milliards de dollars en 2011, soit une augmentation de 30 % en un an. « En 2010, la France était le pays de l'UE qui a le plus investi en Chine, mais les investissements chinois en France sont limités. J'espère que plus d'entreprises chinoises décideront d'investir en France ».

Un journaliste chinois sur place a estimé que « lorsque des entreprises chinoises arrivent en France, les médias français les décrivent souvent comme des menaces ». M. Lellouche a réaffirmé que « le gouvernement français accueille toujours les investissements chinois en France. Il faut avouer que les Français ne s'adaptent pas bien à la mondialisation. Auparavant, on parlait de la menace des États-Unis, et maintenant, c'est la Chine. La mondialisation offre des opportunités égales pour les pays comme la Chine et le Brésil, et la France doit s'adapter à la concurrence mondiale. Si l'on s'adapte, la France peut très bien la traiter ».

Pour réduire le déséquilibre de la balance commerciale, M. Lellouche a quatre propositions. Tout d'abord, il faut renforcer la confiance mutuelle et améliorer l'environnement commercial. Deuxièmement, il convient de promouvoir les exportations françaises vers la Chine. Selon lui, les produits français ne représentent que 1,23 % des parts du marché chinois, soit un tiers de celles détenues par l'Allemagne. Troisièmement, on doit élargir les secteurs de coopération. « Outre les secteurs traditionnels comme l'énergie nucléaire et l'aéronautique, les deux pays développent également des coopérations sur l'alimentation, les services publics et l'industrie environnementale ». Quatrièmement, il faut mieux présenter les produits français en Chine. « Outre les produits de luxe et le vin, la France possède beaucoup de bonnes choses, par exemple ses produits alimentaires et agricoles. Il faut les présenter plus ».


Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
L'UE dépasse le Japon et devient la plus grande source d'importations de la Chine entre janvier et avril
Le président chinois promet de faciliter les investissements européens
Comment traiter les traumatisms post-séisme
Le vol d'oeuvres d'art à la Cité Interdite doit déclencher une alarme
Le siècle de l'Asie est-il devant nous ?
Comment créer un "royaume idéal sur Internet" ?
Les Etats-Unis doivent évaluer à sa juste valeur la contribution du Pakistan à la lutte anti-terrorisme