Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 20.05.2011 16h48
Continuons à promouvoir la réforme constructive du Fonds monétaire international

Le Fonds monétaire international (FMI) a publié le 18 mai une déclaration selon laquelle Dominique Strauss-Kahn a officiellement démissionné de son poste de directeur général du FMI, après avoir été arrêté pour tentative de viol présumée. La nomination d'un nouveau directeur général et la poursuite de la réforme du FMI ont suscité de vifs débats dans les médias de tous les pays du monde.

A l'heure actuelle, le FMI compte 186 pays membres. Pendant les dizaines d'années écoulées, le FMI a joué un rôle actif pour faire progresser la coopération monétaire mondiale et garantir la stabilité financière dans le monde entier.

Depuis 2009, les fonds possédés par le FMI ont augmenté, passant de 250 milliards de dollars à 750 milliards de dollars. De ce fait, il a pu considérablement augmenter son aidé aux pays qui en avaient besoin. En apportant son aide à la Grèce et à l'Irlande en proie à une crise de la dette, le FMI a joué un rôle important pour empêcher à temps la crise de s'approfondir et de se propager.

En ce qui concerne les prêts, le FMI a rejeté son ancien mode de prêt rigide et introduit une plus grande souplesse dans les conditions, le délai et les types de prêt. Ce qui a amélioré l'efficacité de ses prêts.

Dans l'exercice de sa fonction de contrôle, le FMI s'est opposé pendant longtemps au système de contrôle des capitaux appliqué par les pays en développement. Mais, il a changé son attitude ces dix dernières années et a reconnu le caractère raisonnable de ce système dans un contexte déterminé. Ce changement a répondu aux besoins réels des pays en développement dont les finances sont fragiles.

Dans le domaine de l'aménagement structurel, en décembre 2010, le FMI a promis de procéder à un réajustement des quotes-parts pour que les droits de vote des nouveaux pays ayant appliqué l'économie de marché et des pays en développement puissent augmenter de 6%. Sans doute, ce réajustement sera le plus important dans l'histoire de cet organisme. La Chine, le Brésil, l'Inde et la Russie seront classés parmi les 10 premiers rangs, en terme de droits de vote. La Chine progressera jusqu'au 3ème rang pour ses droits de vote. En outre, le FMI a encore réservé des parts et des droits de vote pour les pays à bas revenus.

La nomination des hauts responsables est aussi une autre importante réforme structurelle du FMI. Depuis sa fondation, le FMI est aux mains des Européens, de même que la Banque mondiale est aux mains des Américains. Après l'affaire de DSK, la nomination d'un nouveau directeur général est à l'ordre du jour. Bien que l'Europe espère maintenir une telle « tradition », les voix favorables à un candidat venant de nouveaux pays à l'économie de marché se sont fait entendre.

La réforme du FMI a été constructive. Elle ne s'arrêtera pas du fait du changement de son directeur général. La représentativité des nouveaux pays à l'économie de marché et des pays en développement ne cesse d'augmenter. Quelle que soit la personne qui succédera à DSK, elle ne pourra esquiver cette nouvelle situation. Se conformer à cette situation rendra plus raisonnables les structures du FMI et donnera plus de responsabilités aux nouvelles économies de marché dans la coopération monétaire internationale.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine/Pakistan : réception pour marquer le 60e anniversaire de l'établissement de leurs relations diplomatiques
Le vice-président chinois rencontre le président du Conseil européen
L'informatique en nuage en Chine
La gravité de la conduite en état d'ivresse ne s'évalue que par le sang
La mauvaise qualité des championnats chinois, un handicap pour l'industrie du sport
Comment traiter les traumatisms post-séisme
Le vol d'oeuvres d'art à la Cité Interdite doit déclencher une alarme