Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 31.05.2011 08h41
La course à la direction du FMI reflète l'évolution de l'échiquier économique mondial

Ces derniers jours, la sélection du candidat à la direction du Fonds monétaire international (FMI) est devenue un sujet d'actualité mondial. Ce qui mérite notre attention est que les entités économiques émergentes ont exprimé leur voix sur la candidature, traditionnellement entre les mains de l'Europe. Cela reflète l'évolution de l'équilibre entre les forces classiques et nouvelles de l'économie mondiale ainsi que la requête inévitable qui accompagne la réforme du système international de gouvernance économique.

Suite au départ de Dominique Strauss-Kahn en raison d'un scandale sexuel, la ministre française des Finances Christine Lagarde a déclaré le 25 mai qu'elle postulait au poste. Selon la déclaration du représentant des BRIC, au sein du Conseil exécutif du FMI, la sélection du nouveau directeur général du FMI doit abandonner la tradition d'accorder les fonctions à un Européen. La représentation des pays en développement reflétée au sein de la direction du FMI est essentielle pour améliorer la légitimité et l'efficacité de cette organisation.

L'importance du poste n'est pas à démontrer. Tout comme la Banque mondiale et l'Organisation mondiale du commerce, le FMI, chargé de superviser et coordonner le flux international de capitaux, est l'une des organisations-noyaux de la gouvernance économique internationale depuis la fin de la Seconde guerre mondiale. Après l'éclatement de la crise financière internationale, le FMI s'est vu améliorer son rôle sans précédent dans la coordination économique et est devenue le nœud de concrétisation du consensus du G20.

Vu des entités économiques émergentes et des pays en développement, le FMI revêt une importante signification sur le plan de la promotion d'un système de gouvernance économique plus juste et plus équitable. Dans cette course à la direction du FMI, la voix des entités économiques émergentes représentées par le groupe des BRIC attire les regards de l'opinion publique et reflète, dans un certain sens, l'évolution de l'échiquier économique mondial.

D'abord, le poids des entités économiques émergentes dans l'économie mondiale ne cesse d'augmenter. Tout le monde constate la tendance vers la multipolarisation de l'économie. La Banque mondiale prévoit que le système monétaire international ne sera plus dominé par une monnaie unique dans 15 ans. Zhu Min, conseiller particulier du directeur général du FMI, a indiqué, lors d'un colloque récent, que la structure économique mondiale a connu de profonds changements. Le poids des entités économiques émergentes dans l'économie mondiale ainsi que leur contribution à la croissance ont atteint un niveau sans précédent et continueront à mener le peloton.

Ensuite, la capacité de participation et de canalisation des entités économiques émergentes dans les affaires économiques s'est accrue. A l'heure actuelle, le G20 est en transition d'un mécanisme efficace de réponse à la crise financière à une plateforme majeure pour la promotion de la coopération économique internationale. Les entités économiques émergentes commencent à jouer un rôle de plus en plus important dans les grandes affaires économiques et financières comme la réforme, les régulations des systèmes financiers et la réforme du système monétaire.

Troisièmement, les entités économiques émergentes sont plus sensibilisées sur la question de la responsabilité. A mesure que leur puissance économique augmente, les entités économiques émergentes voient s'accroître leur conscience de responsabilité globale. Tant pour l'augmentation de capitaux dans des institutions comme la Banque mondiale et le FMI, que pour l'aide aux pays en développement, ces entités économiques montrent sans exception un plus grand sens de responsabilité.

Cependant, il faut voir aussi que malgré leurs indicateurs comme le PIB ou le volume commercial, qui représentent une part importante de l'économie mondiale, les entités économiques émergentes ne souffrent pas de comparaison avec les entités économiques développées dans le domaine financier géré par le FMI, en termes de produits financiers, de maturité et de taille du marché. D'autre part, sur le plan de l'édification du mécanisme de coopération, les entités économiques émergentes ont juste entamé les travaux. Il leur est difficile de parvenir à une synergie en peu de temps. Or, le processus d'intégration économique de l'Europe, initié depuis plusieurs années, a formé une grande force de cohésion dans la prise de décision. Cela est aussi la principale raison qui explique pourquoi la candidature de la ministre française des Finances possède en ce moment la meilleure position dans la course à la direction du FMI.

Cependant, il ne faut surtout pas perdre de vue que la réforme institutionnelle du FMI ne se limite pas à la sélection du directeur général. Traditionnellement, ces fonctions sont confiées à un Européen et celles de premier directeur général adjoint à un Américain. Bien que les Etats-Unis ne soient pas à la direction, ils gardent un rôle de meneur dans les affaires, car prendre une importante décision au sein du FMI nécessite le soutien de 85% des voix et les Etats-Unis peuvent bloquer une mesure de leurs seuls droits de vote, tandis que la représentativité des entités économiques émergentes et des pays en développement s'avère toujours insuffisante. Cela montre bien la nécessité d'une réforme plus poussée.

L'échiquier économique changeant ne manquera pas d'inciter le système de gouvernance économique internationale à évoluer. Ces dernières années, sur le plan de la réforme de la gestion du FMI, de nouveaux aspects sont apparus tant dans les domaines du transfert des quotes-parts et des droits de vote, que dans les changements des fonctions de supervision, en passant par le remaniement du personnel de haut niveau. Mais ces évolutions ne s'accomplissent pas d'un seul coup. Elles sont un processus de lutte de longue haleine.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : près de 35 millions de personnes affectées par la sécheresse sur les cours moyen et inférieur du fleuve Yangtsé
He Guoqiang appelle à des efforts pour développer de nouvelles industries de haute technologie
La Chine le Japon et la Corée du Sud progressent lentement vers un accord de libre-échange
Plutôt créer un autre FMI que de se disputer le poste de directeur général de l'actuel FMI
De la sur-dépendance envers le Dollar