Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 07.06.2011 14h30
De plus en plus de Chinois se ruent vers le Brésil pour acheter des terres bon marché

Comme le Brésil a des terres abondantes, bon marché et une population relativement faible, un grand nombre d'étrangers sont venus acheter des terres au Brésil. Ces dernières années, de nombreux Chinois provenant de la province du Zhejiang ont rejoint leurs rangs. Par rapport aux autres pays qui ont acheté des terres au Brésil, la Chine est un nouvel acheteur. Suite à une forte augmentation du nombre des terres achetées par les étrangers, le Brésil a publié une loi limitant l'achat de terres pour contrôler les achats de grande envergure. Lors d'un entretien accordé au journal chinois « Xinjingbao », les départements concernés ont souligné que cette politique de limite ne visait ni la Chine ni un pays particulier, et que le gouvernement brésilien considère favorablement les Chinois qui veulent investir au Brésil.

« Bien que le gouvernement ait apporté plusieurs amendements et corrections à cette loi de limite, les acheteurs ont toujours trouvé des moyens, et on trouve pas mal de publicités de vente de terres dans les journaux » a dit Chen Gen, un jeune homme originaire du Zhejiang qui a vécu au Brésil pendant 4 ans en tant qu'immigré d'investissement. Selon lui, la raison pour laquelle le gouvernement brésilien n'a pas pu empêcher les étrangers d'acheter des terres, c'est qu'en tant que pays ayant une grande surface et une population relativement faible, les ressources en terres du Brésil sont très abondantes, ce qui constitue un marché tout à fait favorable pour les acheteurs.

Chen a remarqué une publicité de vente de terres sur le site web Taobao du Brésil. Il a trouvé le prix inimaginable après l'avoir converti : une terre de 110 hectares ne demande que 32 millions de yuans (RMB), soit 30 yuans le mètre carré en moyenne.

Nombre d'acheteurs de terres chinois sont issus de la province du Zhejiang. En plus des demandes d'achat sous l'objectif d'investissement, de nombreuses entreprises chinoises ont elles aussi acheté des terres au Brésil, ce qui a suscité l'attention de la presse européenne et américaine.

Selon Ye Anping, directeur du service des coopérations internationales du ministère chinois de l'Agriculture, l'achat de terres par les entreprises chinoises locales à l'étranger n'a aucun rapport avec les politiques du ministère de l'Agriculture de la Chine. Il s'agit d'un acte individuel de ces entreprises et d'une activité économique.

Lors d'un entretien accordé au journal chinois « Xinjingbao », un officiel du service politique de l'ambassade du Brésil en Chine a remarqué que de la part du gouvernement, le Brésil n'éprouve pas de soucis quant à l'achat de terres par les Chinois au Brésil, et la politique de limite sur l'achat de terres ne vise ni la Chine ni un pays particulier. « Nous accueillons chaleureusement les Chinois à investir au Brésil. »

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Rencontre entre les ministres chinois et sud-coréen de la Défense en marge du Dialogue Shangri-La à Singapour
Interdiction des produits alimentaires contaminés au DEHP en provenance de Taiwan dans les restaurants de la partie continentale
Que cherche Google, en calomniant la Chine ?
Quand l'économie de la Chine dépassera t-elle celle des Etats-Unis ?
La Chine doit renforcer son nouveau mix énergetique