Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 29.06.2011 10h36
La visite de Wen Jiabao en Europe et la diversification des réserves en devises de la Chine

Le Premier Ministre chinois Wen Jiabao a commencé un voyage dans trois pays d'Europe vendredi dernier. Cette visite non seulement aidera à entretenir des liens économiques plus étroits avec ces pays, mais elle est aussi le signal du désir de la Chine de diversifier les structures tant monétaire que d'actifs de ses réserves en devises étrangères.

Comme chacun le sait, la Chine détient les plus grandes réserves en devises du monde, qui se montaient à un total de 2 850 milliards de Dollars US à la fin de 2010. La composition réelle actuelle des réserves en devises de la Chine n'est pas connue, mais on estime généralement qu'elles sont composées à 60-70% d'actifs en Dollars US et que la plupart d'entre elles sont des obligations d'Etat.

La proportion significative de créances américaines a fait baisser le rendement des réserves. Des recherches conduites par le Dr Bin Zhang, le Dr Xun Wang et par moi-même l'année dernière ont conclu que le rendement, tant effectif que nominal, aurait été plus élevé si la Chine avait acquis davantage d'actifs en Euro entre 2002 et 2009. De plus, en détenant une quantité excessive de créances américaines, la Chine fait également face à un risque d'insolvabilité énorme du Gouvernement américain.

Des chiffres publiés par le Ministère chinois du Commerce ont révélé qu'en 2010, les investissements chinois à l'étranger autres qu'en obligations avaient à peine atteint 57,9 milliards de Dollars US. Comme l'ont signalé les recherches conduites par l'Heritage Foundation à Washington, ce phénomène témoigne que l'accumulation de capitaux par la Chine continue à dépasser de beaucoup ses capacités à les redéployer de manière créative et productive.

Du fait de ce contexte présent et passé, il est aisé de conclure que la Chine devrait diversifier ses avoirs en dehors des créances américaines.

Apparemment, le Gouvernement chinois est à l'heure actuelle en train d'essayer de passer à l'acte. Ainsi, avant de monter dans l'avion pour la Grande-Bretagne, le Premier Ministre Wen a promis d'acheter des milliards d'obligations d'Etat européennes. Cela non seulement contribuera à maintenir en vie le projet de monnaie unique européenne, mais contribuera aussi à diversifier la structure monétaire des énormes réserves en devises étrangères de la Chine.

Cependant, la diversification de la structure des avoirs pourrait être plus importante encore. Aujourd'hui, la Chine a besoin d'accroître ses investissements non obligataires à l'étranger, bien que pour cela elle doive faire face à davantage de défis ou de contraintes, politiques ou économiques, que si elle achète seulement des créances.

La visite du Premier Ministre Wen à MG Motor UK Limited à Birmingham dimanche dernier pourrait en ce sens avoir été l'occasion de signaux intéressants sur le désir de la Chine de diversifier ses actifs. D'après BBC News, certains hommes d'affaires britanniques ont ressenti dans la visite du Premier Ministre chinois à l'usine automobile MG un message très fort sur l'intérêt montré par la Chine à faire davantage d'affaires avec eux.

En tant que filiale à fonds intégralement chinois de Shanghai Automotive, MG Motor UK est l'incarnation exacte de la façon dont la Chine et le Royaume-Uni travaillent ensemble pour des résultats communs : les voitures MG sont conçues en Grande-Bretagne, fabriquées en Chine et enfin assemblées au Royaume-Uni, et elles sont en général très bien accueillies et évaluées dans les deux pays.

Lors des deux dernières décennies, la lutte pour rendre les investissements rentables ainsi que d'autres défis a provoqué une certaine méfiance envers les investissements non obligataires à l'étranger de la Chine.

Etant de nature optimiste, je suis partisan à tout crin d'« apprendre en faisant ». S'agissant des investissements non obligataires chinois à l'étranger, je crois, jusqu'à un certain point, que les risques et problèmes ont peut-être été exagérés, alors que les bénéfices et les perspectives de bénéfices ont eux été sous-estimés.

N'oublions pas que si nous n'essayons pas ou si nous ne poursuivons pas une action entreprise, comment pouvons-nous savoir si nous perdrons toujours ou échouerons en fin de compte ? MG Motor UK est exactement ce genre de cas typique. Elle a connu de grosses pertes financières, mais elle les a très fortement réduites en 2010. Et à présent les analystes s'attendent à ce qu'elle fasse des bénéfices en 2011.

Pour conclure, ce sera seulement par le biais d'investissements non obligataires à l'étranger que nous pourrons créer des ressources à l'échelle mondiale, obtenir des technologies de pointe, renforcer l'expertise et l'efficacité en matière de gestion, et finalement moderniser nos entreprises, nos marques et notre productivité locales.

Dr Hua Xiuping, Professeur assistant en finances, à l'Ecole des Affaires de l'Université de Nottingham, à l'Université de Nottingham Ningbo Chine. Les points de vue exprimés ici ne reflètent pas nécessairement ceux du site du Quotidien du Peuple en Ligne.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Des groupes et individus honorés pour leur excellent travail dans les affaires de Taiwan
Le Premier ministre chinois appelle au renforcement de la coopération entre les entreprises chinoises et britanniques
Pourquoi la Chine a besoin d'une Union Européenne forte
Pour l'ordre en Mer de Chine Méridionale
Les Etats Unis sont responsables des tensions actuelles en Mer de Chine Méridionale