Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 12.07.2011 14h59
Un pont qui va changer l'image de la Chine

Le « Made in China » est souvent synonyme de biens de consommation bon marché, mais un fabricant de machines a décidé de changer l'image du secteur manufacturier du pays en prenant part aux projets d'infrastructure les plus exigeants du monde.

Lundi, la société Shanghai Zhenhua Heavy Industry Co Ltd (ZPMC), connue auparavant sous le nom de Shanghai Zhenhua Port Machinery Co, a achevé les quatre pièces finales d'acier usiné destinées au pont San Francisco-Oakland Bay.

Ce projet comprenait la reconstruction du tablier Est, qui avait été endommagé lors d'un séisme en 1989.
La nouvelle section sera en mesure de résister à des tremblements de terre pouvant aller jusqu'à une magnitude de 8 sur l'échelle de Richter.

Le projet de pont a un profil international « et c'est aussi une étape importante pour l'entrée de Zhenhua sur le secteur de la construction des grands ponts du monde », a dit lundi Kang Zuezeng, Président de ZPMC, lors de la cérémonie d'achèvement de la fabrication d'acier.

« Je suis ici pour annoncer que nous sommes qualifiés et confiants dans la construction de ponts d'acier plus sophistiqués, et dans la construction de notre présence sur le marché mondial », a dit M. Kang.

ZPMC, fondée en 1992, compte à présent pour 75% du marché de la production d'équipements portuaires du monde.

L'entreprise de construction entre maintenant dans le secteur des ponts, et « J'espère bien d'autres grandes choses » de la part de l'entreprise, a dit Steve Heminger, Directeur exécutif de la Commission Métropolitaine des Transports de la zone de la Baie de San Francisco.

« Aujourd'hui, nous pouvons être confiants, mais pas encore fiers », a dit Xiang Haifan, Professeur à l'Université Tongji, qui est aussi membre de l'Académie Chinoise d'Ingénierie.

D'après le Professeur Xiang, l'avantage concurrentiel principal de ZPMC sur ses rivaux internationaux sont les coûts.

Une entreprise japonaise demandait plus de 600 millions de Dollars US pour assurer le projet, tandis qu'une société sud-coréenne en demandait 400 millions.

« Notre prix était environ la moitié de celui de la société japonaise, ce qui place Zhenhua dans une position exceptionnelle avec sa haute qualité », a dit le Professeur Xiang, ajoutant que les capacités chinoises de construction de ponts sont toujours en retard sur celles du Japon ou de la Corée du Sud, mais ce fossé devrait être comblé dans les dix ou vingt prochaines années.

« Bien que le projet de Bay Bridge n'ait pas apporté de bénéfices substantiels à Zhenhua, il lui a apporté en revanche de nombreux gros contrats internationaux et créé à l'entreprise une renommée dans le secteur mondial des ponts », a dit Wang Hexu, analyste industriel chez Huachuang Securities Brokerage Co Ltd.

Depuis 1998, ZPMC a réalisé plusieurs projets majeurs de ponts d'acier en Chine et à l'étranger, dont le Pont Donghai à Shanghai et le Pont Golden Ears à Vancouver, au Canada.

Dominant déjà la production mondiale d'équipements portuaires, ZPMC a de plus en plus de mal à s'étendre dans ce secteur, aussi a t-elle décidé d'explorer les secteurs d'industrie liés.

« La fabrication d'acier est devenue notre prochain objectif. En fournissant des tabliers de pont en acier, nous sommes entrés sur le marché mondial de la construction de ponts de haut de gamme, a dit Huang Hongyu », Vice-président de ZPMC.

« Actuellement, la fabrication d'acier et l'ingénierie marine représentent plus de 40% des revenus de Zhenhua, et d'ici la fin 2015, cette proportion atteindra pas moins de 50% », a dit M. Kang.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine reconnaît l'indépendance du Sud-Soudan
La Chine mettra en place son système de médecins généralistes avant 2020
Les Etats-Unis « ne prendront pas parti » en Mer de Chine Méridionale
L'exploitation commune est le premier choix stratégique pour la Chine et le Vietnam sur le problème de la Mer de Chine méridionale
China Mobile accentue la pression sur Unicom