Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 02.09.2011 13h11
La Chine a besoin des changements structurels pour éviter le piège des revenus moyens (Zoellick)

La croissance économique de la Chine est une source de force dans la crise, mais malgré cela le pays a également besoin des changements pour éviter le "piège des revenus moyens", a déclaré jeudi le président de la Banque mondiale Robert Zoellick.

Les dirigeants économiques du monde ont besoin de "revoir et réajuster" leurs pensées et leurs économies. Des politiques budgétaires et monétaires ont dominé le débat actuel. Cela est juste en un sens, mais ces politiques sont "insuffisantes pour garantir une croissance durable", a averti Zoellick dans un article publié jeudi sur le site du Financial Times.

"Nous avons besoin d'actions favorables aux dynamiques structurelles pour créer des emplois, augmenter la productivité et un développement rééquilibré à long terme. Ce qui se passe en Chine est aussi important qu'en Europe, au Japon et aux Etats-Unis", a affirmé le chef de la Banque mondiale.

Au cours des 30 dernières années, la Chine a connu une croissance annuelle moyenne d'environ 10 %. En 2030, si la Chine atteint un revenu par habitant de 16 000 dollars américains, une possibilité raisonnable, l'effet sur l'économie mondiale serait équivalent à l'ajout de 15 fois la Corée du Sud d'aujourd'hui, a-t-il noté.

M. Zoellick doit effectuer une visite en Chine du 1er au 5 septembre pour discuter des importants défis à moyen terme auxquels fait face la Chine. Il s'agit de sa cinquième visite officielle dans ce pays depuis son accession au poste de chef de la banque à Washington en juillet 2007.

"Il est difficile de voir comment cette expansion pourrait être réalisée dans un modèle de croissance orienté vers les exportations et les investissements, ainsi la Chine aura besoin de rééquilibrer son économie par le renforcement de la demande intérieure,et de l'augmentation de la consommation", a-t-il dit dans un article intitulé "Les grands défis auxquels la Chine doit encore répondre".

"A long terme, les moteurs de l'ascension fulgurante de la Chine sont en cours d'affaiblissement : les ressources sont largement transférées de l'agriculture à l'industrie; comme la force active réduit et la population vieillit, il y a moins de travailleurs pour soutenir les retraités; l'augmentation de la productivité ralentit, en partie parce que l'économie épuisera les gains provenant du transfert des méthodes de production de base", a-t-il dit.

Zoellick a noté que les preneurs de décision politiques chinois sont bien conscients de "ce" qu'ils doivent faire, comme leur 12ème plan quinquennal montre le chemin. Leur défi actuel est "comment" le faire, et le Centre de recherches pour développement de la Chine du Conseil d'Etat, le ministère des Finances et la Banque mondiale feront des efforts conjoints pour transformer "quoi" et "comment" en un rapport dans le courant de cette année.

Dans une interview accordée mardi à Xinhua à la veille de sa visite en Chine, Zoellick a estimé que d'autres pays peuvent également en tirer quelques leçons de l'expérience de la Chine sur la façon d'éviter le piège des revenus moyens.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Où va la confiance des Chinois ?
Les Etats-Unis peuvent-ils réduire un peu leurs dépenses militaires et leur dette, quand ils parlent de la « menace militaire chinoise » ?
L'occident n'a pas renoncé à son intention de déterminer l'orientation du développement du Moyen-Orient
Le dilemme du développement du Japon