Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 02.09.2011 13h53
Une grande banque d'Afrique augmente ses transactions en Yuans

La Standard Bank Group, la plus grande banque d'Afrique en termes d'actifs, est en train d'augmenter ses transactions en Yuans dans l'espoir de capitaliser sur la croissance du commerce entre la Chine et l'Afrique et l'influence grandissante de la monnaie chinoise sur le continent, a dit jeudi un haut dirigeant de la banque.

La Standard Bank a lancé des services pour des règlements commerciaux en Yuans dans 16 pays d'Afrique, dont l'Afrique du Sud, le Nigeria et l'Angola, et le montant de ces transactions a atteint 500 millions de Yuans (78 millions de Dollars US) lors des six derniers mois, d'après la banque.

« Nous explorons des façons de présenter le Yuan comme monnaie de règlement commercial à des entreprises africaines, et comment nous pouvons réussir à persuader les gouvernements africains à utiliser le Yuan comme monnaie de réserve », a dit Craig Bond, PDG de la Standard Bank China.

La banque a estimé qu'au moins 40%, ou 100 millions de Dollars US, du commerce de la Chine avec l'Afrique sera fait en Yuans d'ici 2015, ce qui équivaut au volume total des échanges commerciaux entre les deux en 2010.

De plus a dit la banque, au moins 10 milliards de Dollars US d'investissements chinois en Afrique seront libellés en Yuans pendant la même période.

D'après M. Bond, les principaux bénéfices des règlements commerciaux en Yuans seront des financements plus abordables et des coûts de transaction plus faibles tant pour les sociétés chinoises que pour les sociétés africaines, alors que le Gouvernement chinois continue d'accentuer ses efforts pour améliorer le profil international du Yuan.

La banque est aussi en pourparlers avec certains gouvernements africains qui envisagent de diversifier leurs réserves en devises étrangères autres que le Dollar US.

« Nous avons constaté des reactions très positives de la part de nombreux pays africains au sujet de l'adoption du Yuan comme monnaie de réserve », a dit M. Bond.

Il est probable que les gouvernements africains riches, comme l'Afrique du Sud et le Nigeria, qui ont de grosses réserves en Dollars US, détiendront du Yuan en tant que partie de leurs réserves en devises étrangères d'ici la fin de l'année, a t-il dit.

Bien que l'internationalisation du Yuan soit une tâche de longue haleine, le processus sera bien plus rapide en Afrique, parce que le poids économique de la Chine là-bas a fortement augmenté, a dit Jeremy Stevens, économiste à la Standard Bank.

La banque a estimé que près de 1 500 entreprises chinoises opèrent dans les 17 pays d'Afrique où elle a des agences. « Il y a pas moins d'un million de Chinois en Afrique. Les entreprises voudront accroitre leurs activités en Afrique, ouvrir des comptes en Yuans et utiliser des produits en Yuans », a dit M. Stevens.

En juillet, la banque a commencé à fournir des billets en Yuans à des clients en Afrique du Sud, au Ghana et au Zimbabwe. Elle a aussi lancé des produits financiers libellés en Yuans via le marché en Yuans offshore à Hong Kong en août, pour satisfaire la demande croissante des clients pour des réserves, des financements, et pour des besoins de gestion de santé.

La banque a également précisé qu'elle envisageait d'embaucher davantage d'employés chinois et qu'elle continuerait à renforcer la coopération avec la Banque Industrielle et Commerciale de Chine, le plus gros actionnaire de la banque, avec 20,1% des parts, pour gagner plus de clients.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Un vice-Premier ministre chinois inaugure la première Exposition Chine-Eurasie à Urumqi
La Corne de l'Afrique, un test pour notre conscience
Les Etats-Unis peuvent-ils réduire un peu leurs dépenses militaires et leur dette, quand ils parlent de la « menace militaire chinoise » ?
L'occident n'a pas renoncé à son intention de déterminer l'orientation du développement du Moyen-Orient