Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 04.09.2011 09h13
La Chine dévoile la liste des 500 premières entreprises pour 2011

La liste des 500 premières entreprises chinoises pour 2011 a été dévoilée, samedi dans la ville de Chengdu, capitale de la province du Sichuan (sud-ouest).

Le groupe Sinopec, dont les revenus se sont élevés à 1 970 milliards de yuans (307,81 milliards de dollars) en 2010, est en tête de la liste, suivi par la China National Petroleum Corp. (1 720 milliards de yuans de revenus) et la State Grid Corp. (1 530 milliards de yuans de revenus).

Le reste des dix plus grandes entreprises sont la Banque industrielle et commerciale de Chine, China Mobile, China Railway Group, China Railway Construction Corp., la Banque de Construction de Chine, China Life Insurance Co. et la Banque agricole de Chine.

Il s'agit de la 10ème liste du genre, publiée conjointement par la Confédération des entreprises de Chine et l'Association des directeurs des entreprises de Chine. Le seuil pour figurer sur cette liste a été élevé à 14,2 milliards de yuans de revenus, contre 11,08 milliards de yuans auparavant.

Les revenus de ces 500 premières entreprises ont augmenté de 31,6% en base annuelle pour atteindre 36 310 milliards de yuans l'année dernière, tandis que leurs actifs totaux se sont chiffrés à 108 100 milliards de yuans, soit une hausse de 18,4% .

Ces entreprises ont affiché des bénéfices de 2 080 milliards de yuans (+ 38,67%) et payé des impôts de 2 730 milliards de yuans en 2010, représentant 37,3% du total des recettes fiscales du pays.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Un vice-Premier ministre chinois inaugure la première Exposition Chine-Eurasie à Urumqi
La Corne de l'Afrique, un test pour notre conscience
Les Etats-Unis peuvent-ils réduire un peu leurs dépenses militaires et leur dette, quand ils parlent de la « menace militaire chinoise » ?
L'occident n'a pas renoncé à son intention de déterminer l'orientation du développement du Moyen-Orient