Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 05.09.2011 16h52
Le Président islandais est favorable à l'achat d'un vaste terrain en Islande par un riche commerçant chinois

Huang Nubo, président du Conseil d'administration du groupe d'investissement"Zhongkun" de Beijing, a l'intention d'acheter un vaste terrain en Islande pour un projet touristique. Une fois publiée, cette nouvelle a suscité une attention générale dans le monde. Dans son entretien accordé au journal britannique "Financial Times", Ólafur Ragnar Grímsson, Président islandais, a réfuté les médias occidentaux qui ont qualifié l'achat de terrain de"complot politique" et soutient fermement ce projet d'investissement du Chinois Huang Nubo.

Selon un reportage du journal"Fazhi Wanbao" basé à Beijing, l'opinion publique occidentale a mis en doute l'intention réelle de ce Chinois, s'inquiétant qu'il veuille s'implanter dans une arrière-cour de l'Europe et des Etats-Unis, à la place du gouvernement chinois, dans une tentative d'y établir une tête de pont. Mais le Président islandais a fait l'éloge du projet d'investissement de M.Huang et critiqué l'Europe et les Etats-Unis qui ont adopté une attitude à double critère à cet égard.

"le projet d'investissement de ce Chinois montre que l'Islande renforce ses relations avec la Chine qui connaît un redressement", a dit le Président isalandais. Après l'éclatement de la crise économique, la Chine a accordé une aide à l'Islande dans de nombreux domaines, alors que l'Europe et les Etats-Unis se montraient impassibles devant les difficultés de l'Islande, a-t-il ajouté.

M.Huang est d'accord pour acheter la ferme d'élevage Grimsstadir d'une superficie de 300 km2 en Islande pour 1 milliard de couronnes islandaises (environ 8,8 millions de dollars). Il projete d'y construire un terrain de golf, un hôtel et une zone de divertissement en plein air.

La transaction a été faite entre M. Huang et le propriétaire de ce terrain privé. Elle devra obtenir l'approbation du gouvernement islandais qui possède une partie de ce terrain.

Ce projet a également besoin d'être approuvé par le gouvernement chinois. Au cours d'une conférence de presse tenue le 2 septembre à Beijing, M.Huang a dit que l'approbation du gouvernement chinois est la clé du succès de ce projet. Six mois sont nécessaires pour obtenir une approbation de la partie chinoise, a dit M.Huang, selon le journal"Dongfang Zaobao" basé à Shanghai.

M.Huang a insisté pour dire que son projet ne sert pas la stratégie de l'Etat. C'est seulement un patron d'entreprise privée qui veut lancer une marque touristique de classe mondiale. L'occident a mal interprété ce projet individuel. Il considère tout acte chinois, fût-ce individuel, comme une partie de la"menace chinoise", a-t-il ajouté.

Sur la liste des riches chinois de Forbes, Huang Nubo a été classé au 161e rang, avec ses actifs de 890 millions de dollars. Son groupe"Zhongkun" possède des résidences de vacances dans les différentes régions de la Chine. Lui-même a escaladé l' Himalaya et a atteint le sommet du Qomolangma (Everest). Il est allé en Arctique et en Antarctique.

Quand il a étudié à l'Université de Beijing, il habitait dans le même doctoire qu'un étudiant islandais. La femme de celui-ci était ancien ministre islandais des Affaires étrangères et maire de la ville de Reykjavik. Elle est maintenant représentante officieuse de m. Huang en Islande.

L'intérêt que M.Huang manifeste pour l'Islande, provident de son amour pour la nature, non du facteur géo-politique, a dit une source proche de M.Huang.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Championnats d'athlétisme de Daegu : la délégation chinoise remporte ses meilleurs résultats depuis 18 ans
La Corne de l'Afrique, un test pour notre conscience
Les Etats-Unis peuvent-ils réduire un peu leurs dépenses militaires et leur dette, quand ils parlent de la « menace militaire chinoise » ?
L'occident n'a pas renoncé à son intention de déterminer l'orientation du développement du Moyen-Orient