Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 18.09.2011 09h27
Les pressions sur la devise chinoise se fondent sur une erreur (COMMENTAIRE)

Le chef de file démocrate au Sénat américain Harry Reid a récemment soutenu un projet de loi qui viserait à forcer un relèvement du cours du yuan, associant à tort la devise chinoise à la morosité qui frappe le marché de l'emploi de son pays.

L'opinion de M. Reid est que le niveau sous-évalué du yuan a coûté de nombreux emplois manufacturiers aux États-Unis en accordant aux usines chinoises un avantage immérité.

C'est une solution de facilité pour les députés américains d' attribuer à la Chine l'énorme déficit commercial des États-Unis, qui vient d'atteindre les 273 milliards de dollars en 2010, à chaque fois qu'ils abordent les questions du manque d'emplois aux États-Unis ou du mécontentement des américains sur leur situation économique.

Toutefois, M. Reid ne peut nier que la principale cause du taux de chômage actuel de 9,1 % aux États-Unis est l'atonie de l' économie américaine elle-même, ce qui n'a aucun lien immédiat avec le yuan.

De nombreux experts corroborent cette analyse. Phillip Swagel, chercheur au sein de l'American Enterprise Institute for Public Policy Research, remarque ainsi qu'une forte appréciation du yuan ne fera qu'augmenter de 30 % les prix des matières premières aux États-Unis, et par conséquent rehausser les coûts pour le gouvernement ou les entreprises comme pour les ménages.

Un yuan plus fort ne changerait rien fondamentalement aux problèmes structurels qui existent aux États-Unis, comme le chômage et le déficit commercial, a estimé M. Swagel, qui est également ex-secrétaire adjoint à la politique économique du département américain du Trésor.

De plus, des relations économiques et commerciales mutuellement bénéfiques entre les États-Unis et la Chine sont dans l'intérêt commun des deux pays.

Alors que les échanges commerciaux ont atteint 285,65 milliards de dollars au cours des huit derniers mois, M. Reid devrait convenir que le renforcement des relations commerciales sino-américaines au cours des trois décennies écoulées ont généré de vastes opportunités d'emploi pour les deux pays.

Une forte appréciation du yuan ne ferait que porter un coup sévère au commerce extérieur chinois et nuire à son économie. Or un marché chinois volatile n'aidera pas le président Barack Obama dans son ambition d'augmenter considérablement les exportations vers la Chine.

À l'heure où M. Obama demande au Congrès d'adopter un plan de création d'emploi pour baisser les impôts et augmenter les recettes, la Maison Blanche vise avant tout à renforcer la croissance et c'est dans les domaines du commerce et de la production manufacturière que se trouvent ses meilleures chances.

En ce qui concerne Beijing, une amélioration des relations avec les États-Unis suppose un commerce harmonieux et un soutien fort à l'économie, en particulier quand le monde est comme maintenant au bord d'une nouvelle zone de turbulences économique.

Le Premier ministre chinois Wen Jiabao a déclaré mercredi au sommet d'été du Forum économique mondial dans la ville portuaire de Dalian dans le nord-est de la Chine que son pays était disposé à intensifier sa coopération économique et financière avec les États-Unis et que des exportations robustes devraient être la meilleure option pour les deux pays.

Concernant les États-Unis, abaisser ses barrières à l' investissement et assouplir ses contrôles sur les exportations vers la Chine serait plus utile que de forcer une réévaluation du yuan.

La proposition de M. Reid d'une loi contre la devise chinoise au Congrès n'était qu'une manoeuvre politique, et ce n'était pas la première du genre ces dernières années. Une telle manuvre n'est bonne ni pour l'économie chinoise ni pour celle des États- Unis.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Le vice-président chinois exige un meilleur traitement des cadres retraités
La Chine participera avec un sentiment de tranquillité à la reconstruction de la Libye
La Chine veut avoir un rôle constructif en Libye
Le vrai prix du 11 septembre pour les Etats-Unis