Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 28.10.2011 16h16
Le dialogue est la « meilleure façon » d'éviter la guerre commerciale

Lundi, un haut responsable du Département d'Etat américain a parlé de la nécessité qu'il y a d'améliorer le dialogue avec la Chine, au moment critique où les deux pays font face à une possible guerre commerciale.

Le Secrétaire d'Etat adjoint américain William Burns arrivera à Beijing jeudi prochain. Son voyage fait partie d'un certain nombre de visites faites durant tout ce mois par des responsables américains en Chine au moment où la tension est vive entre les deux nations.

« L'histoire nous enseigne que les moments de grands changements arrivent quand les dangers de mauvaise compréhension, de mauvais calculs ou de conflits involontaires sont les plus grands », a dit M. Burns lors d'un déjeuner qui a eu lieu dans le cadre de la 5e Conférence sur les Relations Sino-Américaines, qui s'est tenue à l'Université A&M du Texas, à College Station.

« En d'autres termes, nous vivrons de plus en plus dans un monde où les Etats-Unis et la Chine ne pourront pas se permettre le luxe de faire tranquillement leurs petites affaires en parallèle », a t-il dit.

D'après M. Burns, les Etats-Unis et la Chine vont traverser ce qu'il appelle une « période de dynamisme et de changement extraordinaires ».

Dans son discours, M. Burns a parlé des sujets sur lesquels la Chine et les Etats-Unis ont coopéré, comme la dénucléarisation de la Péninsule Coréenne, mais aussi des points de désaccord, comme les droits de propriété intellectuelle, la tension sur la Mer de Chine Méridionale, et la réévaluation de la monnaie chinoise.

Comme nos relations évoluent, nous devons continuer à faire des pas en avant pour gérer les éléments les plus compétitifs de nos relations dans les domaines de l'espace, de l'informatique, du nucléaire et de la mer, a t-il dit.

Renforcer la transparence dans ces domaines est essentiel pour la stabilité à long terme de nos relations, a t-il dit devant un public composé de responsables chinois et américains, de responsables d'affaires et d'universitaires.

M. Burns a dit qu'il y aurait d'énormes défis pour les deux pays pendant encore de nombreuses années.
Une focalisation étroite sur les zones d'accord n'est pas suffisante, quand on sait à quels défis nous faisons face ensemble, a t-il dit. Nous devons tout autant nous plonger dans les affaires difficiles.

M. Burns a dit que les Etats-Unis ont renforcé leurs rendez-vous avec la Chine, ce qui est le signal d'un « ton positif ».

Les Etats-Unis ont déjà envoyé un certain nombre de responsables de haut niveau en Chine le mois dernier, alors que les relations avaient connu un coup de froid suite à l'annonce en septembre par Washington qu'ils aideraient Taiwan à moderniser ses avions de chasse, suivi ensuite ce mois-ci par le vote par le Sénat d'un texte menaçant de sanctionner la Chine à cause de son taux de change.

Kurt Campbell, Secrétaire d'Etat adjoint américain pour des affaires de l'Est asiatique et du Pacifique, était à Beijing plus tôt ce mois pour une deuxième série d'entretiens sur les affaires de l'Asie et du Pacifique, co-présidés par le Vice-Ministre des Affaires Étrangères Cui Tiankai.

Avant le vote de la loi sur la monnaie par le Sénat américain, le Sous-secrétaire du Département du Trésor Lael Brainard a visité Beijing à la fin septembre, et un certain nombre de gouverneurs des Etats-Unis étaient en Chine la semaine dernière pour y chercher des opportunités commerciales.

« Si nous voulons éviter des malentendus et empêcher les crises avant qu'elles émergent, alors la communication, la transparence et la confiance seront essentiels. Nous devons trouver des moyens réels d'approfondir chacune des trois », a dit M. Burns.

L'ambassadeur de Chine aux Etats-Unis Zhang Yesui a dit dans un discours récent qu'il était impératif que les deux pays comprennent la stratégie, les intentions et les objectifs politiques de l'autre.

« Nous avons besoin de dialogue et de communication étroits afin d'établir une confiance stratégique et éviter des erreurs de calcul et des perceptions erronées », a dit M. Zhang, décrivant les relations Sino-américaines comme un des rapports bilatéraux les plus complexes au monde.

Beaucoup d'analystes chinois pensent que les visites en Chine de hauts responsables préparent le terrain pour la rencontre en novembre entre le Président chinois Hu Jintao et le Président américain Barack Obama.
MM. Hu et Obama se sont déjà rencontrés neuf fois depuis la première visite de Barack Obama en Chine en 2009, et il y aura trois réunions supplémentaires entre eux en novembre pendant le Sommet du G20 en France, le Sommet de l'APEC à Hawaï et le Sommet de l'Asie de l'Est en Indonésie.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
La Chine accordera un rôle plus important aux femmes dans la recherche d'un développement mondial durable
Nouvelles principales du 10 novembre
La Chine est dans l'embarras face à la crise de la dette qui frappe l'Europe
Réduit à la dernière extrémité, la clique du dalai lama incite à la « suicide par le feu »
La croissance stable de l'économie chinoise constitue un événement de portée mondiale