Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 03.11.2011 13h22
Le Brésil: un modèle pour faire face à la crise

Il va de soi que le développement des économies émergentes est l’un des sujets chauds du G20 cette semaine, non seulement en raison du rôle qu’elles vont jouer dans la crise, mais aussi à l’égard de leur propre développement et place dans l’économie mondiale. Voici un reportage de notre correspondant à Rio de Janeiro, qui a prencontré Marcelo Neri, économiste en chef.

Qui dit football, dit Brésil. Le pays du carnaval fera-t-il aussi bien au niveau économique ? Selon un économiste, l’économie du pays hôte de la prochaine Coupe du monde semble en position de force à la veille du sommetdu G20.

Marcelo Neri

Économiste en chef

Centre des Politiques sociales

"Le Brésil fait bien en défense macro-économique. Il a une forte attaque sociale et tous sont bien placés dans le jeu. Si vous demandez aux gens combien ils gagnent, ils vous répondront avec deschiffres décrivant la croissance rapide du PIB. C’est le modèle brésilien. Le peuple est bénéficiaire dès le court terme."

Cette forte expansion se constate au coin des rues des principales villes du pays. Le pouvoir d’achat de la classe moyenne est impressionnant. Les chiffres d’affaires du secteur des produits de luxe et celui de l'électroménager sont montés en flêche dans les dernières années.

Deolezeo dos Prazeres Maia

Avocat

"À l’époque d’avant Lula, le Brésil prêtait beaucoup et cela avait endommagé notre économie. Il faut du contrôle pour ne pas être submergé par les flux et faire en sorte que nous ayons tout ce dont nous avons besoin."

Marcelo Neri

Économiste en chef

Centre des Politiques sociales

"Nous, les Brésiliens, nous sommes habitués aux crises et nous avons développé une technique pour affronter à ces situations extrêmes. Nous sommes sûrs que le monde ne finira à cause d'une telle crise. C’est exactement l’attitude dont nous avons besoin."

Maria Celeste

"Les Brésiliens croient qu’ils peuvent y arriver. Ils ne font que serrer un peu la ceinture. Ils échangent ceci pour acheter cela. Ce n’est pas qu’ils ne sentent pas la crise. Ils le font plutôt parce que nous sommes tous flexibles et nous nous adaptons facilement à la crise."

Les mesures de lutte contre la crise financière actuelle sont l’un des sujets clés du G20. L’ancien gouvernement de Lula a fourni beaucoup d’efforts pour réduire le fardeau de la dette et encourager une consommation intérieure saine. Demain, les défis seront autres et pour Marcelo Neri, le Brésil est déjà prêt.

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Un vice-Premier ministre chinois appelle à la facilitation de l'investissement et des échanges commerciaux
Nouvelles principales du 2 novembre
La route qui est devant nous est encore cahotique
Le dialogue est la « meilleure façon » d'éviter la guerre commerciale
La fin tragique de Kadhafi va profiter à la campagne électorale de Barack Obama