Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 11.11.2011 13h12
Chine : transformation, le style de Tianjin

Avec son cadrant brillant, sa monture en or rose et le bracelet en cuir de crocodile noir, cette montre de luxe chinoise ferait facilement penser à une Patek Philippe si l'on ne faisait pas attention au logo Seagull.

Outre son apparence élégante, son prix de 60 000 dollars américains évoque lui aussi une montre de précision suisse de luxe.

Seagull est pourtant une vénérable marque chinoise basée à Tianjin, ville portuaire dans le nord de la Chine. Cette société a assemblé les premières montres chinoises en 1955 et a fabriqué, pendant des décennies, des dizaines de millions de montres simples et pratiques pour un public chinois qui n'avait alors pas beaucoup de choix de marques.

Cependant, au cours des trente dernières années, la société Seagull a connu une transformation radicale, tout comme la ville où elle est née.

A l'heure actuelle, une centaine de modèles de montres de luxe sont exposées à la nouvelle succursale de Seagull située dans la Nouvelle zone de Binhai à Tianjin, devenue rapidement l'épicentre de la croissance, de la transformation et de la créativité de Tianjin.

La Nouvelle zone de Binhai, couvrant une superficie de 2 270 km2, a été inaugurée en janvier 2010, sous l'approbation spéciale du Conseil des affaires d'Etat; le gouvernement central chinois.

"Un des plus grands avantages de la Nouvelle zone de Binhai est la vaste étendue de marais et de terres en friches, qui représente la moitié de sa superficie. Cette zone s'étend sur 153 km de littoral et nous permet d'utiliser les terres à un coût beaucoup moins élevé", indique He Kifeng, docteur en économie et administrateur de la Nouvelle Zone de Binhai.

Depuis sa création, Binhai est devenu le nouveau moteur de la croissance chinoise, dépassant la Nouvelle zone Pudong de Shanghai en 2010 avec un PIB de 503 milliards de yuans (77,4 milliards de dollars). Le PIB par habitant à Binhai a franchi le seuil impressionnant de 30 000 dollars.

Comme d'autres régions de la Chine, Binhai a soif d'investissements directs étrangers, cependant elle est devenue exigeante et ne sélectionne que les projets respectueux de l'environnement, à la pointe de la technologie, et éconergétiques.

Le gouvernement de Binhai a également faire des efforts assidus pour introduire des projets stratégiques dans la zone. La priorité de développement pour M. He a été d'encourager le secteur manufacturier moderne, qui permettra de stimuler le développement du secteur tertiaire.

Grâce à cette stratégie, Binhai abrite aujourd'hui de nombreux établissements de haute technologies, telles que le Centre national de superordinateur. En novembre 2010, son superordinateur Tianhe-1A a été classé le plus rapide du monde.

Liu Guangming, chef du centre, indique que l'équipe chinoise "a montré à ses homologues étrangers comment on développait les supercalculateurs les plus puissants du monde".

Bien que les unités de traitement centrales et les unités de traitement graphiques de Tianhe-1A soient principalement fabriquées aux Etats-Unis, assembler ces composants pour maximiser la vitesse fait tout l'art de la superinformatique.

Il note également que quatre des 10 superordinateurs les plus rapides du monde, selon le plus récent classement mondial publié en juin 2011, se sont inspirés de la conception de Tianhe-1A.

Alors que la création d'un secteur de services en pleine progression figure toujours sur le liste des priorités du gouvernement local, le secteur manufacturier, lui, s'est développé encore plus rapidement.

Airbus, Boeing, Samsung ont loué des terres commerciales pour construire des bases industrielles à Binghai.

En outre, des laboratoires de drones se sont également installés à Binghai et une nouvelle génération de fusées porteuses Long Marche y est fabriquée. Ces nouvelles fusées sont plus grandes et plus lourdes que les actuels modèles, et sont conçues pour transporter des stations spatiales ou éventuellement des véhicules lunaires.

Le ratio entre les secteurs de la fabrication et des services est actuellement de sept contre trois, mais les planificateurs économiques locaux s'attendent à ce que la part du secteur des services atteigne environ 40%.

Yang Jinxing, chef adjoint de la Commission pour le développement et la réforme de Binhai, a reconnu que cet objectif était "très difficile à atteindre".

Binhai place largement ses espoirs concernant le secteur des services sur le projet de la zone financière Yujiapu. Le gouvernement local espère que le "Wall Street" de Binhai dynamisera les secteurs financier, logistique, créatif et de la sous-traitance de la région, qui ont déjà attiré un total de 91,78 milliards de yuans d'investissements au premier semestre de 2011.

Le gouvernement et la Banque de développement de Chine ont également mis en place un fonds de lancement de 2 milliards de yuans pour soutenir les nouvelles entreprises locales de haute technologie et d'énergie.

Le "Wall Street" de Binhai rappelle la ville de Tianjin d'il y a plus d'un siècle. Après que la banque Hong Kong and Shanghai Banking Corporation (HSBC) eut établi son siège social à Binhai en 1882, vingt banques étrangères s'y sont installées.

L'économie hybride de Binhai est également caractérisée par un parc d'animation sophistiqué.

Dans les studios le long du couloir décoré avec des posters de Donald Duck et Winnie l'ourson, les techniciens animent à la hâte ou effectuent le rendu des dessins animés. L'un de ces dessins animés, un film en 3D sur un lapin magique, vient de remporter le prix national du film d'animation.

Zhang Jie, qui supervise le parc d'animation, a déclaré à propos de Binhai: "Nous ne sommes pas seulement capables de construire de grandes fusées et les superordinateurs les plus rapides du monde. Grâce aux dessins animés, nous transmettons les valeurs chinoises."

L'une de ces valeurs chinoises, la vie harmonieuse, peut être appréciée dans la Communauté Kangcui et également dans la nouvelle zone de Binhai.

Dans un laboratoire internet de la communauté, un vieil homme de la province du Liaoning (nord-est) travaille sur des plans techniques sur un ordinateur connecté à internet

"Pour avoir un accès libre à internet et à d'autres bons équipements, je fais des centaines de kilomètres pour venir jusqu'ici afin d'achever un article sur l'ingénierie des oléoducs," a confié ce technicien à la retraite.

Près de 11 400 personnes vivent dans ce complexe d'habitation ordonné et sécurisé. Seulement un quart de ces habitants sont des résidents permanents de Tianjin, les autres sont des migrants. Neuf travailleurs sociaux aident les résidents à résoudre toute sorte de problèmes.

De la fabrication aux services de la vie quotidienne, la nouvelle zone de Binhai apporte une nouveau cachet, frais et vigoureux à la ville de Tianjin. De la même manière, Seagull transforme sa vénérable marque.

D'ici 2015, Seagull espère être désigné comme une grande marque mondiale lors de l'Exposition internationale des montres et bijoux de Bâle en Suisse.

Binhai a également sa propre ambition : avoir un PIB de 1 000 milliards de yuans d'ici 2015.

Les deux semblent sur la bonne voie pour atteindre leur objectif.



Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
La Chine accordera un rôle plus important aux femmes dans la recherche d'un développement mondial durable
Nouvelles principales du 10 novembre
La Chine est dans l'embarras face à la crise de la dette qui frappe l'Europe
Réduit à la dernière extrémité, la clique du dalai lama incite à la « suicide par le feu »
La croissance stable de l'économie chinoise constitue un événement de portée mondiale