Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 16.11.2011 11h10
Face à l'heure la plus difficile depuis la seconde guerre mondiale, les Français figurent en tête du palmarès des peuples les plus pessimistes du monde

Alors que des pays de l'Europe du Sud comme la Grèce et l'Italie sont plongées dans la crise de la dette, la France ne peut plus se tenir à l'écart. Le 7 novembre, le Premier ministre français François Fillon a annoncé de nouvelles mesures de restriction financière, dont le montant total s'élève à 10 milliards d'Euros. Il s'agit non seulement de la deuxième série de mesures mise en œuvre par le gouvernement français en moins de trois mois, mais aussi des mesures de restriction les plus strictes de la France après la seconde guerre mondiale. L'objectif des mesures de cette fois-ci est de réduire les déficits publics et de maintenir la note 3A de la France, afin d'éviter l'explosion de la crise de la dette dans le pays. Bien sûr, en échange, les Français devront commencer à se serrer la ceinture dès l'année prochaine.

Selon certains commentaires, actuellement, la France fait face à un double danger. Le premier est la récession économique, et le deuxième est la possibilité de perdre la note 3A. L'Agence France Trésor a averti que les investisseurs sont de plus en plus inquiets au sujet de la dette de la France. Si jamais le pays perd sa note 3A, l'économie française s'aggravera et l'emploi sera également gravement affecté.

Les français sont connus depuis toujours pour leur romantisme et leur goût délicat. Cependant, face à la réalité rigoureuse et une situation morose, ils sont obligés de changer leur mode de vie et leurs habitudes de dépense, en devenant de plus en plus économes. Ils commencent à boire du lait un peu moins frais mais bon marché, ils louent les pièces vides de leurs maisons, ils fréquentent les magasins de discount le week-end, ils marchent plus souvent à pied au lieu de conduire leur voiture, et ils ont même supprimé leurs projets de vacances pour les quelques années à venir. Face à une situation économique difficile, les Français jouissent également moins du « plaisir de la table ». Lors des repas, certains ne prennent ni entrée ni dessert et ne commandent que le plat principal. Même les sandwiches, auparavant toujours méprisés, sont mis sur la table.

L'épargne des Français n'est pas déraisonnable. Selon les statistiques, pendant plus d'un an, les prix en France ont augmenté de 3,2%. En mars dernier, les prix ont monté de 0,8% par rapport à ceux de février, la hausse plus importante depuis les années 1990.

La gêne économique affecte non seulement la vie des gens, mais aussi leur confiance dans l'avenir. Fin 2010, une institution d'enquête internationale a mené une enquête sur l'indice d'optimisme des peuples du monde, en interrogeant les gens venant de 53 pays du monde. En général, la plupart des Européens adoptent une altitude pessimiste sur l'année à venir. Parmi eux, le peuple français est le plus pessimiste. 61% des Français interrogés prévoient une perspective sombre pour leur pays. Selon la plupart des gens, la France va tomber dans la récession économique en 2011, et les mesures du gouvernement n'y changeront rien. 70% des Français interrogés croient que le taux de chômage continuera à monter. En tenant compte de tous ces aspects, les Français figurent en tête du palmarès des peuples les plus pessimistes du monde.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Une précision par rapport à la phrase de l'article ci-dessus : "Si jamais le pays per...
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
L'APL met en place un département de planification stratégique
Nouvelles principales du 23 novembre
La liste des écrivains riches ne cache pas la vie modeste d'écrivains en Chine
La Chine et les Etats-Unis assument la responsabilité du redressement économique mondial
Les Américains d'origine chinoise qui désirent faire une carrière politique doivent commencer à partir de « grass roots »