Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 02.12.2011 09h46
La Chine va remettre en service les trains à grande vitesse sur la ligne ferroviaire Beijing-Shanghai

La Chine va remettre en service à partir du 12 décembre les 54 trains à grande vitesse qui avaient été rappelés pour des raisons de sécurité, a annoncé jeudi le ministère des Chemins de fer.

Une nouvelle grille horaire pour la ligne ferroviaire Beijing-Shanghai sur laquelle circulent les trains CRH380BL, entrera en vigueur à minuit le 11 décembre, a révélé un responsable du ministère à Xinhua (Chine Nouvelle) sous couvert d'anonymat.

Le ministère a affirmé le mois dernier que les problèmes de ces trains à grande vitesse avaient été réglés au terme de trois mois de modifications et de tests et qu'ils seraient graduellement remis en service à partir du 16 novembre.

Conformément à la nouvelle grille horaire, un total de 92 paires de trains circuleront sur la ligne à grande vitesse Beijing-Shanghai. Soixante-cinq paires rouleront à 300 km/h, contre 39 actuellement et 27 autres circuleront à 250 km/h, contre 25 paires à présent.

Le constructeur de trains, China CNR Corp. (CNR), avait annoncé le 12 août le rappel de 54 trains circulant sur la ligne ferroviaire à grande vitesse reliant Beijing et Shanghai. Ces trains, du modèle CRH 380BL, ont fait l'objet d'une enquête pour défaillance et ont été modifiés en conséquence.

Le rappel a été effectué trois semaines après une collision entre deux trains à grande vitesse qui a fait 40 morts dans la province du Zhejiang, un incident qui a provoqué la colère du public en Chine.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Un haut responsable du PCC souligne l'importance de la discipline dans la nomination des officiels
Nouvelles principales du 1er décembre
Ce ne serait pas seulement le vaincu qui « paierait un prix cher » pour la guerre
L'immolation par le feu vue de la règle fondamentale du bouddhisme
La France désire être le « sonnailler » quant à l'ingérence dans la situation en Syrie