Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 05.12.2011 10h56
Le Boeing 787 Dreamliner commence son tour du monde en Chine
Un Boeing 787 Dreamliner, un des plus grands avions du monde, arrive dimanche à l'Aéroport International de Beijing Capitale pour commencer sa tournée mondiale. Il ira ensuite à Guangzhou et Haikou avant de s'envoler pour l'Afrique.

La Chine est devenue le marché prioritaire pour Boeing Co dans le contexte de la crise de la dette européenne, a dit l'avionneur américain, alors qu'il a lancé la tournée mondiale de six mois pour son nouvel avion samedi dernier à Beijing.

C'est la première fois que Boeing lance une tournée de lancement d'un nouvel avion en Chine.
Jusqu'au 11 décembre, le Boeing 787 Dreamliner s'arrêtera dans trois villes de Chine, Beijing, Guangzhou et Haikou, avant de s'envoler vers l'Afrique.

« Les dirigeants à notre siège ont eu des discussions animées au sujet de la première destination, et j'ai insisté pour que ce soit la Chine, parce que c'est notre plus grand marché en dehors des Etats-Unis », a dit Ihssane Mounir, le Vice-président senior des ventes et du marketing de Boeing pour la Grande Chine et la Corée.

M. Mounir a souligne que la Chine possède le marché de l'aviation à la plus forte croissance, et elle va devenir le deuxième plus grand marché du monde, bien qu'elle soit aussi touchée par le ralentissement économique en Europe et aux Etats-Unis.

Les marchés matures dans les pays développés n'ont connu qu'une croissance de 3 à 4% par an ces derniers temps, a dit M. Moundir, alors que les activités de Boeing connaissent une croissance de 8 à 12% par an dans les pays en développement, en particulier en Chine et au Moyen Orient.

Boeing n'a pas révélé le montant de ses revenus en Chine l'année dernière, mais M. Moundir a précisé que les chiffres représentent 50% des parts de marché en Chine.

« La Chine est l'un de nos principaux marchés en expansion », a t-il dit.

Boeing fait également la promotion de davantage d'avions à cabine large, comme le Dreamliner, en Chine, a dit Marc Allen, Président de Boeing Chine, parce que les transporteurs chinois ont besoin d'accroître leur compétitivité sur le marché mondial.

Il a ajouté que Boeing a spécialement choisi les trois étapes de la tournée du Dreamliner en Chine, où les principaux clients de l'avion ont leur siège.

« Nous voulons qu'ils en sachent plus sur l'avion avant qu'ils ne le reçoivent », a dit M. Allen.
Le Boeing 787 Dreamliner est un avion à cabine large, qui compte de 200 à 300 sièges.

Quatre compagnies aériennes chinoises - Air China Ltd, China Southern Airlines Co Ltd, Hainan Airlines Co Ltd and Xiamen Airlines – ont déjà commandé 41 Dreamliners.

Le premier d'entre eux sera livré à la China Southern en 2012. Boeing espère décrocher de nouvelles commandes pour son avion en Chine dans les 18 prochains mois, a dit M. Mounir.

Quant à Air China, qui a commandé 15 Dreamliners, elle recevra ses premiers avions à compter du 4e trimestre 2015, a dit au China Daily Rao Xinyu, Secrétaire du conseil d'aministration de la compagnie.

Les Boeing 787 Dreamliner d'Air China seront essentiellement affectés sur les routes vers l'Amérique du Nord, et sur certaines autres à destination de l'Europe, a dit M. Rao.

Boeing a d'ores et déjà reçu 821 commandes de 57 compagnies du monde entier pour son Dreamliner, mais l'entreprise ne peut produire que deux avions et demi par mois en moyenne. « Nous envisageons de faire monter notre capacité de production à dix par mois en 2013, pour satisfaire l'énorme demande », a dit Randy Tinseth, Vice-président marketing de Boeing.

[1] [2] [3]

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Les revues internationales ont publié en 2010 un total de 121 500 documents universitaires chinois
Ce ne serait pas seulement le vaincu qui « paierait un prix cher » pour la guerre
L'immolation par le feu vue de la règle fondamentale du bouddhisme
La France désire être le « sonnailler » quant à l'ingérence dans la situation en Syrie