Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 05.12.2011 17h02
Bill Gates travaille avec la Chine sur l'énergie nucléaire

Que fait récemment Bill Gates, qui s'est déjà retiré des affaires quotidiennes de Microsoft ? « Il travaille déjà profondément sur l'énergie nucléaire » a révélé le week-end dernier Sun Qin, directeur général de la CNNC (China National Nuclear Corporation), lors de la conférence annuelle de gestion de la Chine 2011. Actuellement, la CNNC coopère avec Bill Gates sur l'exploitation des énergies nucléaire. « Bill Gates a étudié avec nous de nouveaux réacteurs et a créé une entreprise pour coopérer avec nous » a révélé Sun Qin. L'entreprise s'appelle Terra Power, a-t-on appris.

En réalité, la coopération entre Bill Gates et la CNNC a commencé en 2009. Selon une information, « le 5 novembre 2009, le PGD de Microsoft s'est rendu à l'institut de recherche sur l'énergie atomique de la CNNC pour connaître la situation des expérimentations des réacteurs menées par la Chine et faire des échanges techniques avec la CNNC. »

En février dernier, la crise nucléaire de Fukushima provoquée par le grand séisme et le raz de marée au Japon a inquiété nombre de pays, dont l'attitude sur l'énergie nucléaire est devenue de plus en plus sensible. Cependant, Bill Gates reste toujours calme. Ce dernier parle non seulement en public des avantages de l'énergie nucléaire, mais adopte aussi une attitude optimiste sur l'énergie nucléaire de la nouvelle génération, déclarant que cette dernière est plus sûre que le charbon.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Bill Gate ferait mieux d"investir ses gros moyens sur la recherche de production d&qu...
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Arrivée de deux pandas géants en Grande-Bretagne
Il nous faut observer avec sang-froid l'escalade du tapage anti-chinois déclenché par Washington
La Chine se tourne aussi maintenant vers la fabrication de vin à Bordeaux...
Ce ne serait pas seulement le vaincu qui « paierait un prix cher » pour la guerre