Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 06.12.2011 16h12
L'objectif economique de la Chine « va changer »

L'inflation pourrait bien devenir le sujet principal de l'agenda économique de la Chine l'année prochaine, avec un environnement de politique plus détendu, et davantage de réductions de taxes en vue, ont dit des experts en amont d'une très importante conférence économique qui devrait se dérouler bientôt.

Les analystes ont appelé à plus d'efforts pour effacer l'impact de la crise de la dette européenne et maintenir la stabilité financière intérieure.

« La lutte contre l'inflation n'était pas à l'ordre du jour pour la Banque Centrale », comme le montre clairement la récente baisse du taux de réserve obligatoire, dit Yuan Gangming, chercheur émérite au Centre pour la Chine dans l'Economie Mondiale à l'Université Tsinghua.

« Une des tâches majeures de l'année prochaine devrait être de fournir une offre d'argent raisonnable pour maintenir l'élan de la croissance commerciale », dit M. Yuan, qui ajoute que des politiques « d'assouplissement ciblées » ne sont pas suffisantes pour étancher la soif de crédit des entreprises.
Ces commentaires arrivent alors que s'annonce la Conférence Centrale de Travail Economique, qui donnera le la pour les politiques économiques de la Chine l'année prochaine.

Les autorités n'ont pour autant pas encore annoncé de calendrier pour cette importante rencontre.
La conférence de l'année dernière avait fait de la lutte contre la hausse des prix la priorité pour 2011, mais il y a eu des signes de changement de politique alors que l'inflation se calme et que le secteur manufacturier connaît des difficultés dues à des politiques restrictives et à une demande externe faible.

L'inflation en Chine pourrait baisser à 4% en décembre, contre un chiffre record depuis trois ans de 6,5%, d'après une note de recherche de UBS Securities Asia Ltd. Toujours d'après la même note, l'inflation devrait encore se réduire, à 3,5% environ en 2012.

Quant à l'indice d'achat des managers, un indicateur préliminaire de l'activité manufacturière, il a baissé à 49% en novembre.

Dans le même temps, les perspectives économiques mondiales demeurent pessimistes et constituent un défi pour la croissance de la Chine.

Un rapport du Centre de Recherches sur l'Economie Mondiale de l'Université de Technologie et des Affaires de Beijing a ainsi donné des « perspectives négatives » à plus de la moitié des pays classés. Le rapport cite les risques croissants de défaut de la dette aux Etats-Unis et en Europe, ainsi que dans d'autres économies majeures.

Peng Wensheng, économiste en chef chez China International Capital Corp, a écrit dans une note de recherche que la baisse du taux de réserve obligatoire n'est que le signal du début d'un changement de politique, et qu'une série de réductions pourrait bien être à venir. La prochaine devrait avoir lieu en janvier.

« Un changement de position politique apportera des effets positifs à la croissance, ce qui pourrait conduire à un ‘atterrissage en douceur' pour l'économie », a dit dans un rapport de recherche Zhu Haibin, économiste en chef à la JPMorgan Chase Bank in Hong Kong.

JPMorgan a réduit ses prévisions de croissance pour la Chine au premier trimestre de 2012 à 7,6% contre 8,0%, mais prédit que le taux devrait rebondir à 8,7% au deuxième trimestre, « grâce à un probable environnement plus souple et un climat mondial possiblement en amélioration ».

Pourtant, tous les analystes ne prévoient pas un changement de politique à 180 degrés.

Un rapport d'UBS a dit que, considérant les changements de dirigeants qui vont intervenir l'année prochaine dans les gouvernements central et locaux, les macro-politiques seront caractérisées par la stabilité et la continuité, le Gouvernement Central étant pleinement conscient de la détériortation de l'environnement extérieur d'une part, et du fait des forts mouvements d'investissement des gouvernements locaux d'autre part.

Le Gouvernement devrait assouplir sa politique face à la baisse des exportations et du nombre de constructions, mais il restera prudent quant à un éventuel changement des mesures concernant le secteur de l'immobilier ou à une autorisation d'une autre augmentation majeure du crédit, d'après le rapport.

« Davantage d'allègements fiscaux sont probables l'année prochaine pour compenser la politique monétaire, afin de stimuler la croissance. Les réductions de taxes opérées cette année dans des domaines comme les impôts sur les revenus personnels et sur les ventes ont bien fonctionné, mais il y a toujours beaucoup de marge, étant donné que les revenus fiscaux augmentent de 20% par an », dit M. Yuan.

« Mais dans le même temps, le Gouvernement Central devrait faire attention à de possibles défauts de la dette de certains gouvernements locaux, car de nombreuses dettes arriveront à échéance l'année prochaine », a t-il ajouté.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Arrivée de deux pandas géants en Grande-Bretagne
Il nous faut observer avec sang-froid l'escalade du tapage anti-chinois déclenché par Washington
La Chine se tourne aussi maintenant vers la fabrication de vin à Bordeaux...
Ce ne serait pas seulement le vaincu qui « paierait un prix cher » pour la guerre