Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 07.12.2011 16h00
Les dix années qui ont suivi l'adhésion de la Chine à l'OMC : mûrir et se développer tout en faisant face à toutes sortes de défis

Depuis son adhésion à l'Organisation mondiale du Commerce (OMC), la Chine a toujours subi une pression de frictions commerciales qui n'a jamais diminué et il semble au contraire que celle-ci va en augmentant.

Au cours de la décennie écoulée, les entreprises chinoises du commerce extérieur ont toujours fait face de façon positive aux problèmes qu'elles rencontrent, ce qui leur a permis de croître et de se développer tout en faisant face aux défis et en surmontant les difficultés rencontrées.

Selon Yu Jianhua, Assistant du Ministre chinois du Commerce, Durant les dix années passées, il y a eu plus de 690 cas visant la Chine au sujet de mesures de l'antidumping, de mesures de garantie anti-subvention, ainsi que de mesures particulières de garantie anti-subvention, et tout cela porte sur une somme totale de près de 40 milliards de dollars US.

Suite à la crise financière internationale de 2008 qui a touché gravement et sérieusement le monde entier, le redressement de l'économie mondiale a été un processus difficile, pénible, tortueux et compliqué, car toutes sortes de protectionnisme commerciale ont fait leur apparition sous diverses formes et elles gagnent en ampleur et en intensité et continuent à s'aggraver.

En 2009, les frictions commerciales subies par la Chine ont été les plus dures et les plus graves rencontrées jusqu'ici et le nombre de ce genre de cas dépassait cent, alors que la valeur de ces cas-là se chiffre à quelques 12 milliards de dollars US.

Quant aux deux plus grands partenaires commerciaux de la Chine, à savoir les Etats-Unis et l'Union européenne, ils ont, depuis l'éclatement de la crise financière, déclenché à l'encontre d'entreprises chinoises une série d'enquêtes « double contre et double pour » dont le nombre a tellement augmenté qu'il a battu tous les records.

En mai dernier, la Commission européenne a rendu un verdict définitif à l'encontre du cas antidumping et anti-subvention du papier pour taille douce importé de la Chine et il a été décidé d'imposer aux entreprises chinoises les taxes antidumping et anti-subvention. C'était alors la première fois que l'Union européenne cette « double taxe » à l'encontre de la Chine. Quant aux Etats-Unis, ils ont suivi l'exemple européen en appliquant, le 2 courant, le même verdict contre les piles solaires en provenance de la Chine et il a été déterminé que l'importation de ce pays de piles solaires porte atteinte substantiellement à l'industrie américaine du secteur.

Pour ce qui est du taux de change du Ren Min Bi, il est devenu ces dernières années une amorce des frictions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis. En octobre dernier, le Congrès et le Sénat américains ont approuvé le projet de loi « The Currency Exchange Rate Oversight Reform Act of 2011,S. 1619 », lequel vise à obliger le Ren Min Bi à accélérer sa réévaluation et à créer des problèmes au commerce import et export de la Chine. En dehors des mesures de protectionnisme commercial, dont la barrière douanière, les mesures de protection administrative, l'antidumping et l'anti-subvention, la Chine est confrontée actuellement à une barrière commerciale technologique exercée contre elle par certains pays. Un responsable du Groupe Haixin à fait part à un journaliste de l'Agence Xinhua que les Etats-Unis et les pays de l'Europe imposent actuellement des exigences très sévères et très strictes à l'encontre des produits électroménagers exportés par la Chine quant à la consommation énergétique et à la norme écologique et que cela consiste l'un des principaux problèmes que rencontrent les entreprises chinoises d'exportation d'articles électroménagers.

Pour ce qui est de l'enquête 337 menée par les Américains, elle entre dans le cadre de la barrière commerciale à caractère technologique. L'enquête vise principalement les produits importés susceptibles de violer le droit de propriété intellectuelle des Etats-Unis ainsi que d'autres concurrences déloyales et illicites dans le commerce d'importation. Quant à la Chine, elle est la cible principale de l'enquête en question.

Certains spécialistes en la matière constatent que les Américains se préoccupent de plus en plus au problème de la protection en Chine du droit de la propriété intellectuelle et que cette préoccupation est basée principalement pour la sauvegarde de leurs intérêts personnels. D'un côté, ils considèrent la protection du droit de propriété intellectuelle comme une « lance », afin que les grandes entreprises américaines disposant de la propriété intellectuelle puissent gagner le plus de profits après leur accès aux marchés chinois ; de l'autre côté, ils la considèrent également comme un « bouclier » qu'ils utilisent comme une barrière contre les entreprises chinoises qui accèdent aux marchés américains.

Li Jian, chercheur à l'Institut de recherches du Ministère chinois du Commerce, a déclaré lors d'une interview accordée à un journaliste de China News que depuis son adhésion à l'OMC, la Chine a vu son commerce extérieur se développer rapidement, ce qui a secoué les industries de certains pays et cela est l'une des principales raisons pour lesquelles la Chine est souvent confrontée à des frictions dans le commerce international. Dans notre monde d'aujourd'hui, la Chine est devenue une usine de fabrication mondiale et elle recèle beaucoup d'avantages quant à cela. Parallèlement, certains pays dont l'économie rencontre des difficultés et demeure dans la dépression, une partie de leurs secteurs industriels considèrent la Chine comme le numéro des rivaux et des concurrents qui les menacent. C'est pourquoi on peut affirmer que la Chine continuera à être la cible de nombreux pays et qu'elle doit faire face à de nombreuses frictions commerciales dont le nombre va en s'accroissant.

Li Jian a poursuivi en indiquant que les frictions commerciales, tout en exerçant une pression de plus en plus forte sur les entreprises chinoises, les obligent en même temps à faire des efforts en vue d'améliorer continuellement la qualité de leurs produits, ce qui consiste en fait une force motrice positive. Par exemple, certains pays imposent des normes strictes et rigoureuses à l'encontre de la qualité des produits agricoles, ce qui oblige les exportateurs chinois à faire de grands efforts pour assurer la qualité de ces produits afin de pouvoir obtenir l'attestation de conformité à la qualité internationale, ce qui leur créer des opportunités qui leur permettent d'accéder à d'autres marchés extérieurs.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Chine : nouveau record du nombre de dépôts de brevets
Nouvelles principales du 6 décembre
Après Durban, on ne peut s'attendre qu'à avoir plus chaud encore...
Il nous faut observer avec sang-froid l'escalade du tapage anti-chinois déclenché par Washington
La Chine se tourne aussi maintenant vers la fabrication de vin à Bordeaux...