Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 16.12.2011 15h58
Une année mi-figue mi-raisin pour les grandes « marques étrangères » installées en Chine
Le 17 octobre, l'Airbus A380 acquis par China Southern Airlines effectue son premier vol sur la ligne Beijing – Guangzhou. Il arrive sans aucun problème à l'Aéroport Baiyun de Guangzhou, chef-lieu de la Province du Guangdong.

2011 a été une année au cours de laquelle les « marques étrangères » ont connu et remporté un demi-succès en Chine en s'attirant autant d'éloges que de blâmes.

D'un côté, grâce à leur teneur high-tech et au confort qu'elles offrent aux usagers, elles sont appréciées des consommateurs chinois et on peut citer beaucoup d'exemples quant à cela. On compte en Chine beaucoup de fans qui ont un goût extrême pour la « pomme » mordue du fondateur d'Apple Steve Jobs. La compagnie Airbus a livré en octobre dernier à China Southern Airlines son premier « géant de l'espace » un Airbus A380. Puis deux mois après, la compagnie aérienne américaine Boeing décide que la présentation publique du premier Boeing 787, connu par son surnom Dreamliner, sera effectuée en Chine. De son côté, le géant américain des médias et du divertissement The Walt Disney Company construit son sixième parc Disneyland dans la grande métropole chinoise Shanghai. Quant à Coca Cola, il a déclaré à haute voix que dans les trois années à venir il ajoutera quatre milliards de dollars US à ses investissements en Chine.

Toutefois d'un autre côté, plusieurs « grandes marques étrangères » sont pris au piège de la « malhonnêteté », de l' « incrédibilité » et de la « mauvaise foi ». A Chongqing, chef-lieu de la Province du Sichuan, le géant américain de la grande distribution Wal-Mart vend de la « viande du porc verte » qui ne sont pas du tout écologique. La société pétrolière américaine ConocoPhillips (COP) est restée inactive et passive face à la fuite de pétrole et à la pollution qu'elle a créée, les accidents des ascenseurs fabriqués et fournis par Otis Elevator Company..., toutes ces faiblesses et tous ces problèmes dus à des « marques étrangères » ont fortement « blessés » et « secoués » les consommateurs chinois qui ont tellement confiances en elles et ils sentent que celles-ci qui représentaient à leurs yeux la bonne qualité commencent à décliner et à rapetisser.

Les propos et les récits sur les marques étrangères continueront à se répandre sur une scène aussi grande qu'est la Chine, tandis que les consommateurs chinois qui mûrissent et deviennent plus réfléchis avec le temps, adoptent envers elles un comportement plus raisonnable, plus judicieux et plus sensé, alors qu'auparavant ils leur vouaient un culte aveugle. La qualité, l'honnêteté, la crédibilité et la sincérité sont des choses qui consistent des atouts pour la survie et le développement d'une entreprise, laquelle une fois qu'elle les perd le mythe de sa marque disparaît avec elles dans le néant et ce sera la fin pour elle.

Voilà ci-dessous des photos qui montrent les expériences mi-figue mi-raisin des marques étrangères en Chine :

[1] [2] [3] [4] [5] [6] [7] [8] [9] [10]
[11] [12]

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Concours d'articles originaux sur le thème « le Quotidien du Peuple en ligne et moi »
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
La Chine prévoit une croissance stable en 2012 malgré des prospectives globales "extrêmement difficiles"
Barack Obama joue à nouveau la carte anti-Chine
Les dix années qui ont suivi l'adhésion de la Chine à l'OMC : mûrir et se développer tout en faisant face à toutes sortes de défis
Au sujet de l'immolation par le feu de plusieurs jeunes moines des régions tibétaines du Sichuan