Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 26.12.2011 11h13
La Chine dépensera moins pour ses voies ferrées l'année prochaine

Le Ministère des Chemins de Fer va réduire ses dépenses de construction pour l'année prochaine, mais il ne cessera pas pour autant d'investir dans le secteur ferroviaire, a déclaré un haut responsable des chemins de fer.

Le Ministère des Chemins de Fer prévoit en effet d'investir 500 milliards de Yuans (79 milliards de Dollars US) dans des actifs immobilisés l'année prochaine, dont 400 milliards de Yuans pour la construction de voies ferrées, a annonce le Ministre des Chemins de Fer Sheng Guangzu lors de la conférence de travail annuelle sur les voies ferrées, qui s'est tenue vendredi dernier.

Les dépenses en matière de construction de voies ferrées sont cependant en baisse par rapport aux 469 milliards de Yuans prévus pour cette année, et nettement moins que les 709 milliards de Yuans de 2010.
Le Ministre a précisé que ces investissements seront utilisés pour achever des projets-clés, et quelque 6 366 kilomètres de nouvelles lignes seront mises en service en 2012.

Dans le même temps, l'argent sera aussi utilisé pour lancer la construction de lignes de transport de charbon majeures et de projets destinés à compléter un réseau ferroviaire tronqué et dont le développement économique a un besoin urgent, a t-il ajouté.

« Le secteur du rail devrait maintenir son rythme de développement », a t-il dit.

L'argent reste cependant un problème.

Le Ministère serait dit-on endetté à hauteur de 2 000 milliards de Dollars US. Du fait que l'argent provenant du plan de relance du Gouvernement, d'une valeur de 4 000 milliards de Yuans, est épuisé, et que la politique de rigueur financière a empêché le Ministère d'obtenir des prêts bancaires, celui-ci a souffert d'un manque de fonds en 2011. Cela a entraîné l'arrêt de plus de 10 000 km de projets de voies ferrées à grande vitesse, dont certains, qui auraient dû être mis en service cette année, ne le seront que l'année prochaine.

Les statistiques du Ministère montrent que 2 022 km de voies nouvelles seulement ont été achevées et ouvertes au public en 2011, contre une longueur prévue de 5 000 km, soit moins que la moitié des 5 149 km de voies à grande vitesse mises en service en 2010.

Un article récent a dévoilé que des poulets étaient même élevés à l'une des extrémités d'un tunnel ferroviaire dans la Province du Yunnan, où la construction de presque tous les tunnels ferroviaires a été arrêtée par manque de fonds.

Pour répondre à ces inquiétudes, M. Sheng a dit que des efforts seront faits pour obtenir le soutien des services gouvernementaux concernés, pour étendre l'échelle des obligations que le Ministère a émis, et pour obtenir davantage de prêts bancaires. Le Ministère devra aussi faire bon usage de toutes les sortes d'outils de marché à sa disposition, et essayer d'attirer les fonds privés et les investissements des gouvernements locaux, a t-il dit.

Selon M. Sheng, la Conférence Centrale de Travail Economique annuelle, qui a eu lieu un peu plus tôt ce mois, et qui a fixé les directives de politique économique pour l'année qui vient, a décidé de maintenir une échelle d'investissements rationnelle, et de garantir les demandes en capitaux pour les projets de conservation de l'eau et de construction ferroviaire qui avaient déjà reçu l'autorisation de début des travaux.

« Mais pour autant, il y aura encore beaucoup de travail à faire pour rassembler suffisamment de fonds pour la construction ferroviaire, même si la décision a créé un bon environnement de politique », a t-il dit.

L'économiste en chef de la Banque Industrielle Lu Zhengwei pense quant à lui que l'objectif de collecte de 500 milliards de Yuans « ne sera pas un problème » pour le Ministère des Chemins de Fer, car des mesures comme des prêts bancaires et des émissions d'obligations peuvent être des voies de financement importantes.

Le Ministère des Finances avait annoncé en octobre que les entreprises investissant dans les obligations ferroviaires émises entre 2011 et 2013 obtiendront une réduction de taxes de 50% sur leurs gains sur intérêts.

D'après M. Lu, cette décision est un signe de statut quasi-souverain du Ministère, et les conditions générales du marché des obligations est très bonne.

D'après le Chinese Securities Journal, les obligations de construction ferroviaires émises lors des onze premiers mois de l'année ont totalisé 100 milliards de Yuans. De 1995 à la fin de novembre de cette année, la valeur totale de ce type d'obligations a atteint 488,7 milliards de Yuans, et le Ministère doit débourser chaque année plus de 20 milliards de Yuans pour les seuls intérêts.

« Cela peut être une pression, mais elle n'est pas si lourde que cela, car une partie des financements nationaux de la Chine sera donnée à titre de soutien », a ajouté M. Lu.

Liu Shangxi, Directeur adjoint de l'Institut de Recherche pour les Sciences Fiscales, qui dépend du Ministère des Finances, dit que les fonds privés sont encouragés à investir dans la construction ferroviaire.

Selon lui, les fonds qui collectent de l'argent auprès du public devraient être encouragés à investir dans l'économie réelle, dont la cosntruction de voies ferrées. Et les investisseurs individuels puissants peuvent aussi y investir directement en tant qu'actionnaires.

Cependant, selon Zhao Jian, professeur spécialisé dans les transports aériens et ferroviaires à l'Université Jiaotong de Beijing, cette façon de faire ne fera qu'accroitre plus encore les dettes du Ministère –qu'il n'est pas en mesure d'acquitter par lui-même- ce qui fait qu'en fin de compte, c'est le Gouvernement Central qui devra payer la note.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Concours d'articles originaux sur le thème « le Quotidien du Peuple en ligne et moi »
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Chine :lancement d'un satellite de télédétection à haute résolution
Nouvelles principales du 23 décembre
Une nouvelle guerre froide pourrait-elle éclater?
Barack Obama joue à nouveau la carte anti-Chine
Les dix années qui ont suivi l'adhésion de la Chine à l'OMC : mûrir et se développer tout en faisant face à toutes sortes de défis