Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 06.01.2012 08h21
Li Xiaojia : Hong Kong peut être le terrain d'essai de l'internationalisation du yuan

Après un développement rapide du marché des yuans offshore à Hong Kong pendant une année et demie, la vitesse de l'augmentation des réserves en yuans se ralentit. C'est la première fois que l'anticipation du marché des yuans offshore à Hong Kong sera dévaluée. Des plus en plus d'interrogations se font sur l'internationalisation de yuan.

Selon Li Xiaojia, PDG de Hong Kong Exchanges and Clearing Limited (HKEX), il faut conserver un esprit calme sur ce sujet. « Internationaliser le yuan est comme élever un enfant, c'est un long processus ».

« La Chine est aujourd'hui la deuxième puissance économique du monde, et relativement sa monnaie fermée commence à restreindre son développement économique, qui n'est pas durable. Si la Chine veut obtenir plus de pouvoir de parole sur la scène économique mondiale, le yuan doit participer plus activement au système monétaire international », déclaré M. Li.

Il a cité une comparaison avec les États-Unis et le dollar. « Malgré les difficultés structurelles à long terme aux États-Unis, le pays ne connaît pas une récession évidente. C'est grâce à la position hégémonique du dollar, parce que les pays créanciers des États-Unis ne peuvent pas changer leurs capitaux en autres monnaies à court terme ».

« Avec l'accumulation de richesse et l'accélération de la mondialisation en Chine, les capitaux clos ne sont pas adaptés pas au développement économique chinois », a-t-il indiqué.

A propos de l'influence des balances excédentaires structurelles du commerce chinois sur l'internationalisation du yuan, M. Li pense que la situation doit être traitée différemment et en évolution.

« Actuellement, la structure du commerce chinois est décidée par les ressources humaines, le terrain, les forces du marché et d'autres facteurs. Et certainement, cette structure n'est pas immuable. Surtout après la crise financière, les balances excédentaires deviendraient déficitaires, la réévaluation deviendrait la dévaluation. Ces changements habituels créent des conditions favorables pour l'internationalisation du yuan », a assuré M. Li.

En tant que PDG de HKEX, Li Xiaojia affirme que HKEX va promouvoir le développement des produits financiers relatifs au yuan, à son taux de change, et aux produits dérivés financiers, pour élargir le cadre de l'utilisation du yuan offshore.

« Hong Kong peut être le terrain d'essai de l'internationalisation du yuan, car c'est un terrain fiable et garantissant la sécurité », a-t-il conclu.

En août 2011, au cours de sa visite à Hong Kong, le vice-Premier ministre chinois Li Keqiang a déclaré que le gouvernement central chinois soutiendrait activement le développement du marché du yuan à Hong Kong et les efforts de l'île pour se transformer en centre offshore du yuan.

Les statistiques montrent que le total de l'épargne en yuans à Hong Kong a atteint 622,2 milliards de yuans à la fin septembre 2011, soit une forte hausse en comparaison avec les 314,9 milliards de yuans en 2010.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Concours d'articles originaux sur le thème « le Quotidien du Peuple en ligne et moi »
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Nouvelles principales du 5 janvier
Sélection du Renminribao du 5 janvier
Faire de plus grands efforts pour pouvoir parvenir au niveau mondial des classes moyennes
Une nouvelle guerre froide pourrait-elle éclater?
Barack Obama joue à nouveau la carte anti-Chine