Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 31.01.2012 13h16
L'Iran vote l'arrêt de ses exportations pétrolières vers l'UE

Le parlement iranien vote ce dimanche l'arrêt de toutes ses exportations pétrolières vers les pays de l'Union européenne. La mesure intervient en réaction à la décision du bloc d'interdire les importations de pétrole iranien.

Le vice-président de la Commission parlementaire de l'énergie souligne que le projet de loi sur l'arrêt des approvisionnements pétroliers vers l'Europe pourrait subir plus de modifications, certains députés de la ligne dure faisant pression pour que ces exportations soient suspendues pendant 5 ans.

La semaine dernière, les ministres européens des Affaires étrangères avaient convenu d'interdire les importations de pétrole iranien à partir du 1er juillet. Ils avaient aussi imposé un gel des avoirs de la Banque centrale dans les pays de l'Union européenne et l'arrêt des approvisionnements en métaux précieux pour l'Iran. La responsable de la politique étrangère de l'UE, Catherine Ashton, a indiqué que les sanctions visaient à ramener l'Iran à la table des négociations sur son programme nucléaire.

Mais l'Iran avertit qu'un embargo sur le pétrole aura de "graves conséquences".

Les 27 pays de l'UE comptent pour 18% des ventes globales pétrolières de l'Iran et certains analystes pensent qu'ils seront plus touchés par cette décision que l'Iran lui-même.

Pour le responsable de la compagnie pétrolière d'Etat iranienne, les compagnies européennes qui ont déjà payé leurs importations à l'Iran pourraient être les perdants si Téhéran venait à imposer une interdiction de ses exportations pétrolières la semaine prochaine.

Dans son dernier rapport, l'agence de notation des crédits, Fitch Ratings, souligne qu'un embargo des importations pétrolières iraniennes dans l'UE accroîtrait les risques géopolitiques au Moyen-Orient et provoquerait une augmentation des prix du pétrole.

Les pays du sud de l'Europe, notamment l'Italie, l'Espagne et la Grèce, sont les plus grands importateurs de pétrole iranien de l'Union européenne. Une augmentation des prix porterait un nouveau coup à ces pays qui confrontent déjà des perspectives économiques pessimistes en 2012.

D'autres analystes disent qu'un rétablissement rapide de la production pétrolière libyenne pourrait être suffisant pour compenser les pertes causées par une quelconque interdiction.

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Nouvelles principales du 31 janvier
Sélection du Renminribao du 31 janvier
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?