Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 06.02.2012 15h58
La coopération sino-allemande pleine d'espérance connaît des perspectives d'avenir prometteuses

La Chancelière allemande Angela Merkel a entamé depuis le 2 février sa visite officielle en Chine et c'était sa première visite cette année en dehors d'un pays de l'Europe. Sa visite a été largement suivie de près du fait qu'elle était effectuée à l'occasion du 40ème anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre les deux pays ainsi qu'au moment où la crise de la dette continue et persiste à s'étendre en Europe.

Ces dernières années, la Chine et l'Allemagne ont réussi à rechercher un terrain d'entente en laissant de côté leurs divergences, ce qui a profité aux deux pays dont les relations ont pu se développer rapidement et principalement dans les domaines économiques et commerciaux. L'Allemagne est pour la Chine son plus grand et plus important partenaire commercial en Europe ainsi que le principal pays européen qui lui fournit capitaux et technologies. Vice versa, la Chine est pour l'Allemagne son plus grand partenaire commercial en Asie. Le volume commercial entre les deux parties a atteint en 2010 plus de 142,2 milliards de dollars US, soit une croissance de 34,8% et près de 30% du volume global du commerce entre la Chine et l'Union européenne. Quant aux exportations allemandes vers la Chine, elles ont augmenté de 34,9% et surtout dans les domaines de l'automobile, de la mécanique et de la production chimique, ce qui a contribué de façon importante à la croissance économique de l'Allemagne. De janvier à novembre 2011, le volume global économique et commercial entre les deux parties s'est élevé à 155,1 milliards de dollars US, ce qui dépasse le bilan de toute l'année 2010 et représente à peu près le tiers du volume global du commerce sino européenne, un nouveau record battu. D'autre part, la Chine et l'Allemagne ont parfaitement coopérer et collaborer au sujet des problèmes internationaux dont la réforme du système monétaire international. Lors de sa visite en Allemagne en juin 2011, le Premier Ministre chinois Wen Jiabao a présidé en commun avec son homologue allemand Angela Merkel le premier tour des négociations gouvernementales entre les deux pays, ce qui indique clairement et explicitement que les relations sino-allemandes ont parvenu à un nouveau niveau. Tout comme l'a dit la Chancelière allemande avant sa visite en Chine : Malgré les écarts et les divergences qui existent effectivement entre l'Allemagne et la Chine, mais vu de l'ensemble, la « coopération est excellente » et les « relations sont étroites et resserrées ».

Les deux parties chinoise et européenne traversent actuellement, chacune de son côté, des moments relativement pénibles et difficiles. Pour ce qui est de l'Allemagne et de l'Union européenne, la crise de la dette est entrée dans sa troisième année, alors que l'on ne sait pas encore le moment de sa fin, au contraire, elle persiste, s'intensifie et continue à s'étendre. Dernièrement, les agences internationales de notation financière, dont Standard & Poor's et Fitch, ont abaissé notamment la note de l'EFSF (European Financial Stability Facility, en français : Fonds européen de stabilité financière) et de plusieurs pays de la Zone euro, dont la France, ce qui indique que la crise de la dette souveraine et le risque de la récession économique continuent à s'aggraver dans la Zone euro. Ce qui est plus inquiétante et plus préoccupante, c'est que la crise économique s'étend et s'élargit vers les domaines social et politique, que les contradictions sociales au sein de l'Union européenne s'étendent dans la plupart des pays de l'UE et que l'intégration est en voie de s'affaiblir et de reculer effectivement. Pour ce qui est de l'Allemagne qui joue le rôle de moteur de l'économie européenne, bien que son économie se comporte actuellement de manière excellente, mais le risque dû à la crise de la dette en Europe augmente sensiblement pour elle et il est prévu que la croissance de son économie est en voie de s'affaiblir et de diminuer cette année, ce qui sans nul doute diminuera et amoindrira de façon sensible et visible sa force ainsi que celle de l'UE pour faire face à la crise de la dette. Pour l'Allemagne, l'euro constitue non seulement une garantie de son succès économique, mais plus est, la pierre angulaire de la constitution de l'« Alliance politique européenne », tandis que pour le gouvernement Merkel, sa tâche primordiale de l'année 2012 est de faire en sorte que les conséquences malheureuses de la division ou de la désagrégation de la Zone euro dues à la violation d'engagements par la Grèce et par d'autres pays ne se produisent pas. Par conséquent, l'Allemagne souhaite que la Chine participe davantage aux efforts en vue de faire face à la crise de la dette en Europe, y compris en augmentant les investissements en Europe. La partie allemande désire également que ses entreprises puissent obtenir une part plus grande et plus importante sur le marché chinois, ce qui contribuera de façon plus importante à la croissance économique allemande. Parallèlement, les conséquences de la crise de la dette en Europe s'alourdissent pour la Chine : d'un côté, c'est la diminution de la capacité populaire de la consommation et d'achat due au marasme économique en Europe ; de l'autre côté, c'est le protectionnisme commercial qui gagne du terrain en UE, ce qui fait que les produits chinois exportés vers ‘Europe font l'objet de restrictions sévères et que les exportations chinoises en UE ont diminué sensiblement. L'apaisement de la crise de la dette en Europe ainsi que la stabilité de la Zone euro répondent aux intérêts de la Chine, alors qu'une UE enfoncée dans la crise et dont l'avenir est incertaine ne répond pas du tout au développement sain et stable des relations bilatérales sino européennes. Les dirigeants chinois ont réitéré à plusieurs reprises leur confiance dans la capacité de la Zone euro et de l'UE de surmonter et de vaincre la crise. A cet effet, il a été tout naturel pour la Chine d'accorder à cette dernière une aide dans la mesure de ses possibilités.

Ainsi, in est de toute évidence que la coopération répond aux intérêts des deux parties chinoise et allemande et des deux parties chinoise et européenne. Toutes les parties con,cernées, que ce soit l'Allemagne, l'Union européenne ou bien la Chine, elles ont toutes, sans exception, manifesté leur désir et leur souhait de renforcer davantage leur coopération. Pour ce qui est de la partie sino-allemande, elle a en réalité déployé beaucoup d'efforts en vue de cela : instauration de bureau de liaison pour donner des conseils sur les investissements ; établissement de relations de partenariat stratégique en vue de la fabrication de voitures électriques ; élargissement de la coopération dans divers domaines agricoles, dont les nouvelles énergies, l'économie énergétique et la protection de l'environnement ; utilisation de la méthane, développement de l'élevage, … etc. Un autre important objectif de la visite en Chine d'Angela Merkel c'est de concrétiser et d'appliquer effectivement les accords de coopération déjà conclus et signés entre les deux parties. La Chine et l'Allemagne ont décidé d'organiser en commun cette année diverses activités en vue de fêter le quarantième anniversaire de l'établissement de leurs relations diplomatiques, ce qui permettra de resserrer les liens qui unissent les deux sociétés et les deux peuples et de renforcer davantage la compréhension mutuelle. Pourvu que l'Allemagne et l'Union européenne puissent renoncer à leurs nombreux préjugés sur la Chine et qu'elles entament sur le même pied d'égalité des échanges et la coopération avec la Chine, nous sommes convaincus que les deux parties chinoise allemande ainsi que les deux parties chinoise européenne disposeront alors d'un espace de coopération et de développement encore plus vaste et plus large.

(L'auteur de cet article est le Directeur Adjoint du Département de l'Europe de l'Institut chinois des études sur les relations internationales contemporaines)

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 3 février
Nouvelles principales du 3 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?