Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 09.03.2012 14h52
Le protectionnisme ne paie pas

Le vote d'un nouveau projet de loi protectionniste par le Sénat américain et la Chambre des représentants afin d'autoriser des droits anti-subventions sur les importations chinoises risque de mettre à rude épreuve les liens commerciaux entre Beijing et Washington et de rendre encore plus incertaines les perspectives d'une reprise mondiale.

Le choc ressenti par la Chine est compréhensible, car afin de rééquilibrer le commerce mondial, elle avait déjà réduit son excédent commercial à 2,1 % de sa production économique en 2011 contre 7,5 % en 2007. Dans le même temps, le déficit commercial américain est lui resté à un niveau aussi élevé que 4,8 % de son PIB, en dépit d'un protectionnisme croissant.

Alors que les États-Unis, qui se disent champions du libre-échange et de la mondialisation, accusent leurs autres partenaires commerciaux, et la Chine en particulier, de « ne pas jouer selon les règles », ses législateurs abusent maintenant sans vergogne de leur pouvoir de manipuler leurs règles du commerce intérieur.

Une telle hypocrisie pure et simple de la part des politiciens américains est de mauvais augure à une époque où le manque de volonté politique a déjà empêché la plupart des pays occidentaux endettés de mettre en œuvre en temps utile des réformes, certes douloureuses mais nécessaires, pour répondre à leurs difficultés économiques.

Pire encore, ce soutien bipartisan myope à ce projet de loi met à nu le fait que plus en plus de politiciens américains n'attendent que de satisfaire et d'entretenir la montée du protectionnisme, au mépris de l'esprit de libre-échange qu'ils ont pourtant encouragé, et c'est une menace claire pour la croissance soutenue à laquelle le monde aspire.

Les difficultés que les États-Unis doivent surmonter sont énormes, étant donné la faiblesse de leur croissance économique et leur taux de chômage élevé, et il est raisonnable de s'attendre à ce que les décideurs américains tentent de restaurer la compétitivité des États-Unis suite à la crise financière de 2008.

Mais la solution à ce problème n'est certainement pas le protectionnisme, qui ne fera que creuser un trou plus profond pour l'économie américaine.

En rompant avec sa pratique vieille de plusieurs décennies consistant à de ne pas légalement autoriser le Département américain du Commerce à imposer des droits compensateurs sur les produits provenant de pays n'ayant pas une économie de marché, les législateurs américains essaient maintenant de prendre une voie facile.

Ils essaient de protéger les industries américaines non compétitives, au détriment de tous les consommateurs du pays et de relations commerciales importantes, alors qu'ils devraient plutôt rechercher des moyens de promouvoir les avantages incontestables que possèdent les États-Unis en matière d'innovation et d'adaptation.

Point besoin d'être d'un expert en commerce pour exposer la fausseté qu'il y a à vendre le protectionnisme comme une véritable solution à long terme aux problèmes structurels de la plus grande économie du monde.
Avant de signer le projet de loi en loi, le président américain Barack Obama devrait se poser cette question : le protectionnisme pourra-t-il vraiment sauver des emplois américains et l'aider se sortir du bourbier où il est lui-même entré ?

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 8 mars
Principales nouvelles du 8 mars
La Chine vote contre un prétexte pour la guerre
Même Poutine, mêmes vieilles politiques ?
Le rééquilibrage des relations extérieures de la Russie