Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 14.03.2012 10h06
Plus qu'un simple Moutai

La critique croissante du public pour la marque Moutai, la liqueur chinoise la plus luxueuse, étroitement associée aux banquets officiels somptueux, s'est fait l'écho lors des sessions de l'Assemblée populaire du Peuple (APN) et de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC).

Le prix du Flying Moutai, le best-seller de la marque, coûte environ 2.000 yuans (316 $) la bouteille, ce qui équivaut au salaire mensuel de nombreux travailleurs chinois. Pourtant, malgré son prix élevé,la bouteille de Moutai est souvent sur la table des banquets officiels à travers tout le pays.

Juste avant le Nouvel An lunaire, les banquets officiels se mutliplient, un député de l' Assemblée populaire municipale de Shanghai Shen Haixiong, a proposé une interdiction de consommation officielle du Moutai, en déclarant que boire une liqueur si chère lors des banquets officiels était «un abus de fonds publics ". Un sentiment chaleureux et avec véhémence approuvé par le public.

Pour Li Zhanshu, le chef du Parti de la province de Guizhou, où se situe Moutai, cette société est la fierté de la province et apporte une grande contribution aux recettes fiscales et à l'emploi.

Mais le débat pour savoir si la célèbre liqueur doit être interdite ou non, passe au second plan.

En fait, Moutai est venu à symboliser les excès du gouvernement, et ceux qui réclament une interdiction de la Moutai lors des banquets officiels, réclament réellement un progrès sur le renforcement de la transparence économique du gouvernement.

De plus en plus de personnes expriment leur colère à propos des abus des fonds publics du gouvernement pour cette marque connue et la plus chère.

Mais, en vérité, Moutai est juste un symbole quand il s'agit de l'excès et gaspillage des organismes gouvernementaux et les acquisitions des marchés publics doivent être strictement surveillées et réglementées.

Il ya des lacunes dans les règles existantes, où des dîners officiels sont souvent passés sur les notes de frais de conférence ou les frais de formation, cela doit cesser dès que possible.

Nous avons déjà noté quelques progrès dans de nombreux ministères qui rendent leurs dépenses plus transparentes, mais il ya encore un long chemin à parcourir pour s'assurer que l'argent public ne soit plus gaspillé.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Principales nouvelles du 13 mars
Sélection du Renminribao du 13 mars
Les dépenses militaires de l'Asie
Publication de la « liste noire de la pratique des pots-de-vin » : peut-elle vraiment freiner et empêcher la corruption ?(Dialogue)
La diplomatie : parfois il faut avoir l'audace et la sagesse de « prendre le devant »