Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 11.04.2012 10h07
Les pressions inflationnistes persistent en Chine

Les prix volatils des produits alimentaires qui ont été en grande part responsables de la récente hausse de l'inflation ne sont pas, pour les responsables chinois, la seule cause de préoccupation.

Les pressions inflationnistes structurelles, comme la hausse du coût de la main-d'œuvre et des ressources, méritent aussi leur attention, parce que la Chine a besoin de faire avancer la transformation de son modèle de croissance sans risquer soit un ralentissement net soit une inflation galopante.

L'indice des prix à la consommation en Chine a augmenté de 3,6 % d'une année sur l'autre en mars. La hausse est largement attribuable à l'augmentation de 7,5 % des prix alimentaires, qui représentent près d'un tiers de la pondération dans le calcul de l'indice des prix à la consommation, et aux prix des carburants, qui ne cessent d'augmenter.

Même si la situation d'ensemble s'améliore - l'indice a augmenté de 3,8 % au premier trimestre, soit un peu moins que l'objectif officiel d'environ 4 % pour l'année complète - certaines personnes, inquiètes des signes de ralentissement économique dans la deuxième économie du monde, ont suggéré que les politiques monétaires soient assouplies pour stimuler la croissance.

Ils affirment que les facteurs à court terme ne modifient pas la tendance à la baisse de l'inflation en Chine pour l'année entière. Pourtant, s'il est vrai que l'accélération de l'inflation en Chine peut être attribuée en partie à un coup de chauffe saisonnier des prix alimentaires, les prix des légumes en particulier -qui ont récemment augmenté de 6 % sur un mois et même bondi de 20,5 % d'une année sur l'autre en mars- le temps froid n'est à l'évidence pas la seule explication.

De même, est aussi trompeur l'argument selon lequel la hausse des prix à la pompe -la Chine a augmenté en mars les prix de l'essence et du diesel au détail de 6-7 %- aura un impact limité sur l'inflation globale parce que l'énergie ne pèse actuellement que d'un petit poids dans le panier de l'indice des prix à la consommation en Chine.

On pouvait se permettre d'ignorer la flambée des prix de l'essence quand les voitures étaient rares en Chine, mais, aujourd'hui, ce n'est plus possible, alors qu'une seule métropole chinoise comme Beijing compte plus de 5 millions de voitures sur ses voies.

Si le baromètre majeur de l'inflation ne reflète pas la réalité, alors les décideurs devraient le corriger au plus vite, compte tenu en particulier de l'appétit en énergie de la Chine, qui ne cesse d'augmenter.

Grâce aux efforts déterminés du Gouvernement chinois, l'inflation des prix à la consommation est en baisse, de 6,5 %, chiffre le plus élevé en 37 mois enregistré en juillet de l'année dernière, à moins de 4 % aujourd'hui.

Avec sa population qui vieillit rapidement, la Chine va devoir se préparer à la hausse du coût de la main-d'œuvre et des ressources, alors qu'elle s'efforce de rendre sa croissance plus écologique et plus économe en énergie.

Toutes ces pressions inflationnistes à long terme justifient donc une grande prudence avant de recourir prématurément à la relance pour stimuler la croissance.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Pour une redécouverte de l'esprit de Bandung
Mali : triomphe du régime constitutionnel
Les Etats-Unis sont responsables de la hausse des dépenses militaires en Asie