Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 12.04.2012 08h49
La Chine et les Etats-Unis, « destinés » à avoir des intérêts communs

Au moment où la crise de la dette refait surface en Europe et que les États-Unis se battent pour renforcer leur propre économie, Beijing et Washington sont « destinés à constituer une communauté d'intérêts, de responsabilités et de destins partagés » d'une façon ou d'une autre, a déclaré mardi un haut responsable chinois.

« Qu'on le veuille ou pas ... Je crois que nos deux pays ont la responsabilité, la capacité et la sagesse de forger un nouveau type de relation entre grands pays, marquée par une forte interaction et une coopération gagnant-gagnant », a déclaré le Ministre assistant des Affaires Etrangères chinois Le Yucheng, lors d'un forum à Beijing.

« Dans ce monde en réseau à défis multiples, la coopération gagnant-gagnant n'est pas un choix mais le choix », a-t-il dit, soulignant que c'est précisément la « nouvelle réponse » que Washington cherche dans ses tentatives de se réconcilier avec l'émergence de la Chine.

Se référant à la Chine, la Secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a déclaré en mars que Washington « essaye maintenant de trouver une réponse, une réponse nouvelle à la vieille question : que se passe-t-il quand un pouvoir établi et une puissance émergente se rencontrent ? ».

La réponse est très attendue. Les dernières données du Département américain du Travail publié vendredi ont montré que les employeurs américains ont créé 120 000 emplois en mars, un chiffre nettement inférieur aux prévisions de gain de 203 000 emplois. Cette augmentation est la plus faible depuis octobre.

Avec la croissance de l'emploi lente à l'intérieur et la crainte d'un atterrissage brutal de l'économie chinoise dans une économie mondiale déjà en grande difficulté, les analystes se demandent si Washington est capable d'améliorer toute seule l'état de l'économie mondiale.

Pendant ce temps, à Shanghai, le Centre de Recherches pour le Développement de la municipalité locale a déclaré vendredi qu'un éventuel redémarrage industriel aux États-Unis - prédit par le Boston Consulting Group - aurait une influence négative considérable sur la Chine, qui est de facto l'« usine du monde ».

« Comme cela touchera principalement notre industrie manufacturière, nous devons en prendre conscience sobrement, prendre des mesures et réagir activement », a indiqué le Centre dans un rapport.

À Beijing, M. Le a déclaré que redressement économique ne serait possible qu'en se donnant la main. Et bien que deuxième plus grande économie du monde après les États-Unis, la Chine reste toutefois encore un pays en développement, a-t-il dit.

La Chine n'est pas « la deuxième puissance mondiale », a déclaré M. Le, rejetant avec prudence les mots exprimés par Mme Clinton en mars, dans lesquels elle disait aussi que les Etats-Unis souhaitaient que la Chine devienne un « acteur complet » plutôt qu'un acteur « sélectif » dans le système mondial.

« Ce dont nous parlons n'est pas une question de choix, mais une question de capacité », a dit M. Le, ajoutant que la Chine, tant pour sa croissance que son progrès, « a encore de nombreux maillons faibles ».
En dépit d'une croissance moyenne de son PIB de 10% au cours des 30 dernières années, environ 128 millions de Chinois, soit 40 % de la population des États-Unis, vivaient encore dans un état de pauvreté en novembre, selon les chiffres officiels.

Dans un pays qui a besoin de créer 25 millions d'emplois chaque année, les moyens de subsistance de ses 1,35 milliard d'habitants sont la « première priorité du gouvernement chinois », a déclaré M. Le.

« L'immensité de la Chine et la rapidité de son développement se sont accompagnées de nombreux problèmes, certains que l'on pouvait imaginer, d'autres qu'on ne pouvait pas imaginer. Le monde extérieur a répondu à ces problèmes avec des solutions bénignes, tout en faisant plus de battage sur nos malheurs et en nous faisant des reproches constants ».

« Le peuple chinois sait mieux que quiconque quels sont ses problèmes et quelles sont ses priorités ». Pour en revenir à l'ordre mondial en changement, M. Le a dit que les puissances émergentes, desquelles la reprise économique mondiale et la croissance en sont venues à dépendre, ne devraient pas subir de reproches pour « les difficultés et problèmes domestiques inhérents » de certains pays.

« Les pays émergents ne sont pas des fauteurs de troubles. Leur émergence n'est pas un défi, et encore moins une menace, c'est une contribution importante et une rare opportunité pour le monde », a-t-il dit.
Certains voient dans le récent changement dans la dynamique mondiale, qui bascule en faveur des puissances émergentes, une menace pour la sécurité, a dit M. Le, qui qualifie ce point de vue d'« injuste ».

Les dirigeants de la Chine, de la Russie, de l'Inde, du Brésil et de l'Afrique du Sud, cinq pays collectivement connus sous le nom du groupe BRICS, viennent de terminer un sommet à New Delhi à la fin du mois de mars. Le bloc, qui représente 42 % de la population mondiale et un cinquième de son PIB, s'est engagé, dans une déclaration commune, à jouer un rôle plus actif dans les affaires mondiales.

Alors que certains observateurs pensent que les puissances émergentes représentent un défi pour la suprématie occidentale, et pourraient finalement contribuer à mettre fin à celle-ci, M. Le dit que la mentalité de « jeu à somme nulle » doit changer dans un monde de plus en plus interconnecté.

Les fondations matérielles de base pour un monde multipolaire où règne la coexistence pacifique sont déjà en place, selon Dong Manyuan, chercheur à l'Institut chinois des Etudes internationales.

« L'avenir est prometteur, mais la route vers le succès ne sera pas facile. Il existe de nombreuses incertitudes, défis et difficultés », a-t-il ajouté.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Assistance à l'Afrique pour qu'il puisse y naître un « mécanisme producteur du sang »
Commentateur du Quotidien du Peuple : soutenons fermement la juste décision du Comité central du PCC
Pour une redécouverte de l'esprit de Bandung