Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 25.04.2012 16h05
Une flagornerie exagérée qui vise à déstabiliser la Chine

Ces derniers temps, la Banque populaire de Chine (BPC), banque centrale chinoise, est « choyée » et « adulée » à travers le monde. Standard Chartered Bank, une banque spécialisée sur les marchés émergents et sur le continent africain, a publié dernièrement un rapport dans lequel il est indiqué qu'au cours des cinq dernières années, la BPC a vu le montant de ses biens capitaux accroître de 119% et que fin 2011, celui-ci a atteint 28.000 milliards de yuans RMB (monnaie chinoise) (environ 4.500 milliards de dollars US), ce qui fait qu'elle dépasse le Federal Reserve et la Banque centrale européenne pour devenir la banque centrale qui disposent de biens capitaux les plus considérables du monde.

La publication de cette information fait que la BPC est devenue l'« aînée » des banques centrales du monde et qu'elle fait l'objet de louange et d'admiration excessives. Il est dit dans le rapport susmentionné que « La banque centrale de Chine est devenue le principal fournisseur de liquidités dans le monde et Zhou Xiaochuan n'est plus seulement son président, mais celui de toutes les banques centrales du monde. ». C'est ainsi que la BPC est affublée tout d'un coup d'un chapeau haut de forme avec l'écriteau portant «Aînée », alors que des personnalités du milieu financier chinois donnent l'avertissement suivant : il ne faut pas que nous soyons grisés par des chiffres superficiels et par ce genre d'adulation grossière ! Car, pour que la BPC soit oui ou non l'« aîné », il faut tenir compte également de la qualité et de la structure de ses biens capitaux et non pas seulement de leur montant et surtout il est important que nous nous tenons sur nos gardes, derrière l'adulation il y a souvent la manœuvre et la machination secrètes de groupes d'intérêts.

L'amplification des biens capitaux démontre et présente une douleur économique.

L'émission passive par la banque centrale chinoise de grandes quantités de renminbis afin de compenser celles des devises étrangères fait qu'il se forme superficiellement des biens capitaux énormes et considérables, alors qu'en réalité cette façon d'agir démontre la douleur de l'économie chinoise – déséquilibre de la structure de la demande intérieure et de la demande extérieure.

Lin Yongming, assistant chercheur à l'Institut d'investissement de la Commission d'Etat du Développement et de la Réforme, a fait remarquer de son côté que vu du partage international de la tâche, les Etats-Unis et les autres pays occidentaux accordaient peu d'importance à l'épargne, mais prennent en considération la consommation, ce qui est tout à fait contraire à l'habitude des Chinois qui tiennent compte en même temps de l'épargne et de l'investissement et cela forme un rapport de complémentarité et d'interdépendance. Ce genre de structure favorise d'un côté la croissance économique chinoise, mais de l'autre côté fait que depuis de longues années, la Chine dépend trop de la demande des marchés extérieurs, ce qui faisait qu'il ;existe un déséquilibre entre la demande intérieure et la demande extérieure.

Pour ce qui est de cette situation gênante et embarrassante qui existe actuellement dans notre système d'émission monétaire, il est nécessaire pour la Chine de la changer et de l'améliorer. A cet effet, il est nécessaire de procéder à la transition économique, à la transition financière et à la réforme financière dans son ensemble et il faut faire en sorte que la qualité de nos biens capitaux soit améliorée afin que nous puissions réellement et effectivement disposer du droit dominant de l'émission de la monnaie.

Le déchaînement des liquidités n'est aucunement dû à la Chine.

Les biens capitaux de la banque centrale chinoise dépassent et excèdent ceux de la banque centrale américaine et le rajout de M2 (agrégat monétaire en économie) en Chine fait que celle-ci en dispose une part grandissante dans le monde. A cet effet, Standard Chartered Bank pense que la Chine dépasse et remplace aujourd'hui les Etats-Unis pour devenir le principal fournisseur mondial en liquidités. Toutefois, nombreux sont les spécialistes en la matière qui ne sont pas d'accord avec lui sur ce point-là.

Zhang Yugui, recteur de l'Institut de la finance internationale et du commerce international relevant de l'Université des langues étrangères de Shanghai, indique que les réalités du dépassement des biens capitaux de la banque centrale chinoise par rapport à ceux du Federal Reserve ainsi que de l'ampleur du M2 chinois par rapport à celle du M2 américain ont été dues aux conditions de la monnaie étalon du Dollar US dans le système financier international, lesquelles ont obligé la Chine à prendre une disposition systématique secondaire en vue d'accélérer son monétarisme économique. Par conséquent, cela ne signifie nullement que la BPC ait remplacé le Federal Reserve pour devenir la banque centrale mondiale et moins encore que la Chine soit devenue le principal fournisseur de liquidités dans le monde.

Des experts indiquent qu'à l'heure actuelle, il est encore impossible pour le Renminbi de circuler librement à travers le monde et également de devenir une monnaie de réserve d'autres pays et c'est la raison pour laquelle malgré le rajout de M2, il est toujours impossible pour la Chine de réaliser des liquidités circulant à travers le monde entier.

L'exagération de la force d'influence du renminbi a pour but de déstabiliser la Chine.

Suite au renforcement de la puissance chinoise, certains groupes d'intérêt occidentaux, qui ressentent des intentions malveillantes à l'égard de la Chine, commencent à changer de tactique et ne font plus comme dans le passé où ils ne faisaient que de la calomnier et de la diffamer. Maintenant, ils pensent à la flatter, à la porter aux nues et faire en sorte qu'elle assume des responsabilités qui ne lui appartiennent pas, ce qui leur permettrait peut-être d'atteindre leur but de déstabiliser la Chine au moyen de la flagornerie.

Wang Peng, spécialiste au Centre chinois des échanges économiques internationaux, a indiqué de son côté que les propos de Standard Chartered Bank, selon lesquels « la banque centrale chinoise est devenue la banque centrale mondiale », constituent en fait une idée malveillante, car dans le cas où cette dernière circule et se répand dans le milieu économique international, il serait alors fort possible que tout le monde croient alors que la pression d'inflation des marchandises et des produits de grande quantité, y compris la pression de la hausse des prix dans certains pays, est due au déchaînement de la liquidité du renminbi, alors que ce n'est pas le cas et cela constitue pour la Chine une conséquence désastreuse.

Alors en fin de compte qui est à l'origine de l'inflation mondiale ? Selon les experts et les spécialistes en la matière, c'est toujours le dollar américain. Le commentateur économique et financier Yu Fenghui indique que ce dernier, en tant que monnaie internationale de réserve et de paiement, circule sans cesse à travers le monde entier. Quant aux Etats-Unis, ils procèdent avec acharnement à l'émission du billet vert et cela cause le « malheur » des autres pays du monde qui en sont les victimes, car cette émission cause et entraîne l'inflation dont tout le monde est obligé de souffrir. Ce qui n'est pas le cas pour la Chine, car le taux de change du renminbi est sous contrôle strict et rigoureux et celui-ci ne figure pas parmi les monnaies internationales. Ces deux raisons-là font que le renminbi, même s'il est émis en grande quantité, ne circule qu'à l'intérieur du pays et que l'inflation, s'il y a lieu, est prise en charge totalement et seulement par la masse populaire chinoise.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Articles pertinents
Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Le 6 mai, ce sera un duel Sarkozy-Hollande
Le Soudan et le Soudan du Sud : rien n'est plus précieux que la paix !
Un air frais venu de l'élection du nouveau président de la Banque mondiale