Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 28.04.2012 08h43
La Pologne reste une source d'espoir pour les entreprises chinoises
Wang Yibin, grossiste chinois, dans son magasin du centre de distribution de produits d'Asie, à Varsovie.

Les grossistes chinois en Pologne s'en sortent beaucoup mieux que leurs homologues dans d'autres pays européens.

La croissance économique soutenue de la Pologne fait que la plupart de leurs petites entreprises sont rentables alors que dans les pays frappés par la crise comme la Grèce, l'Espagne et le Portugal elles ont dû fermer boutique et revenir chez elles.

Ou aller en Pologne...

« Cette tendance a réduit nos bénéfices », a déclaré Wang Yibin dans sa boutique de 120 mètres carrés, installée dans le plus grand centre de distribution de produits asiatiques d‘Europe de l'Est, à environ 30 km du centre-ville de Varsovie, la capitale polonaise.

Ce centre, construit avec des investissements chinois, accueille environ 1 000 entreprises de divers pays, près de la moitié venant d'Asie.

Après la crise financière de 2008, le centre a attiré de nouveaux grossistes d'autres pays parce que la Pologne était alors le seul pays de l'Union Européenne a connaître une croissance économique.

Et cet élan perdure encore.

Wang a quitté la Chine en 1992 pour la Russie et a ensuite fait des affaires en Roumanie, en République tchèque et en Hongrie avant de s'installer en Pologne il y a sept ans. Selon lui, son entreprise a été très prospère au début, avant de connaître une forte chute après que la Pologne ait rejoint l'UE et que de plus en plus de grossistes asiatiques se soient installés dans le pays.

Sur la route du centre vers le centre-ville, on voit facilement les enseignes en chinois et en polonais. A Varsovie, il y a même un grand magasin qui fourmille de vêtements, d'appareils ménagers et autres produits de consommation courante, de fabrication chinoise.

Selon M. Wang, la Pologne et d'autres pays de l'Europe de l'Est sont très accueillants envers eux.

« Par rapport à la détresse que nous avons connue en Russie, c'est beaucoup mieux ici », a dit M. Wang, ajoutant même que des Russes l'avaient battu lors de son séjour là-bas, dans les années 1990.
Pourtant, M. Wang a toujours du mal avec des documents juridiques complexes qui ne sont pas rédigés dans sa langue maternelle. Même s'il peut s'enregistrer et créer une société en Pologne, il est possible que le Ministère des Affaires Civiles ne lui accorde pas de carte d'identification.

« C'est toujours un casse-tête pour nous et il nous faut beaucoup de temps pour résoudre ce genre de problème », a-t-il dit.

La Pologne a assoupli ses critères de visa pour les investisseurs dans les secteurs commerciaux haut de gamme ou de capitaux. Pourtant, pour les commerçants chinois et leurs familles, en particulier ceux venant du Sud de la Chine, la réglementation peut encore être stricte.

« J'ai essayé de faire venir ma femme et mes enfants, mais je n'ai pas réussi », a déclaré M. Wang, qui est aujourd'hui conseiller à l'Association des Chinoise de la Province du Fujian en Pologne.

« Les autorités polonaises de l'immigration craignent que ma famille ne retourne pas en Chine s'ils viennent pour une visite familiale, ce qui est injuste ».

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
La Chine s'engage à doubler le volume de son commerce avec l'Europe de l'Est et Orientale
L'armée chinoise s'engage solennellement à défendre le territoire
Une flagornerie exagérée qui vise à déstabiliser la Chine