Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 10.05.2012 11h06
86% des consommateurs chinois n'achèteront pas des produits de luxe « made in China »

Bien que le monde soit arrivé à un consensus que la Chine est maintenant un grand marché des produits de luxe. Le pays asiatique, qui est déjà le deuxième plus grand consommateur de produits de luxe au monde, se trouve dans une situation embarrassante ne possèdant pas ses propres marques de produits de luxe.

Même si quelques marques chinoises sont mises en vente comme « produits de luxe » à l'étranger, elles sont peu connues en Chine. Récemment, selon une enquête menée par « Global Luxury Report », 86% des consommateurs chinois ont déclaré qu'ils n'achèteront pas de produits de luxe « Made in China ».

« Dans 5 ou 10 ans, nous aurons nos propres marques de produits de luxe. » a déclaré Lu Xiaoming, directeur général de la compagnie Leya international, au «China Economic Weekly». Selon lui, c'est un sujet assez contradictoire. D'une part, la longue histoire et sa profonde culture donnent à la Chine une raison de créer ses propres marques de premier niveau mondial. D'autre part, la culture chinoise constitue un obstacle pour la création des marques de haut niveau. « Pour que les produits de luxe chinois sortent de la localisation, il faut d'abord avoir la confiance sur la civilisation chinoise. Ensuite, il faut l'utilisation des hautes technologies et les recherches sur des matériels nouveaux et modernes. » a remarqué Lu Xiaoming.

Lorsque le professeur Michel Gutsatz, directeur des bureaux MBA et EMBA de l'école de management Euromed à Marseille, a analysé l'état actuel du marché chinois, il a révélé qu' il existe deux obstacles pour le développement des produits de luxe chinois. Le premier : la différence des diverses cultures commerciales. Et le second : la problématique de l'innovation culturelle. D'après lui, trois méthodes aideront à surmonter ces obstacles. Premièrement, on peut acheter une marque de produits de luxe européenne et utiliser son équipe de gestion. Deuxièmement, il faut obéir au systèmes de coopérations bilatérales de ce milieu (directeur de conception et CEO). Troisièmement, la possibilité de coopéreration avec les marques européennes et les experts de ce domaine. « Il est souvent dit que les sociétés chinoises n'aiment pas acheter les connaissances professionnelles et les techniques. Mais malheureusement, elles devraient le faire et tout ce qu'il faut acheter est très cher. »

Le directeur général de GUCCI, Domenico De Sole, a reconnu avec fierté : « Aux yeux de pas mal de personnes, les marques de produits de luxe sont toujours liées à l'Europe. C'est difficile d'imaginer une marque de produits de luxe provenant de l'Asie. » Pourtant, certaines marques 100% « made in China » ont elles-aussi commencé à se faire un renom dans le monde, notamment Franz Collection, ZHAOYI et Shanghai Tang. En tant que marque d'une porcelaine qui jouit d'un renom international, Franz Collection vend ses produits dans 56 pays dans le monde. L'école Harvard Business School a déjà inscrit cette marque chinoise dans ses manuels scolaires en tant que cas commercial des marques de produits de luxe chinoises.

« En Chine, le secteur des produits de luxe n'est pas simplement un rêve, mais une véritable industrie. » a expliqué Bruno Lannes, partenaire de Bain & Company. Pour lui, actuellement, de plus en plus de marques chinoises se développent rapidement. Elles représentent non seulement la longue histoire de la culture chinoise, mais héritent également de l'excellent art artisanal chinois. C'est la raison pour laquelle ces marques ont pu percées et pourront même devenir des marques de premier niveau mondial. Bien qu'actuellement, ces marques chinoises qui s'activent sur la scène internationale ne puissent pas être comparées aux marques comme Louis Vuitton et GUCCI, nul doute que les produits de luxe « made in China » sont nés et ont commencé à prospérer. » a fait remarquer Bruno Lannes.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Chine : une ineptie dont il est nécessaire de se débarasser dans l'obention de « diplômes supérieurs fallacieux »
Une nouvelle dynamique pour les relations Chine-UE
La Chine s'engage à doubler le volume de son commerce avec l'Europe de l'Est et Orientale