Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 16.05.2012 09h52
Standard Bank : la Chine en première ligne pour la phase suivante de la croissance de l'Afrique

La Chine est en passe de devenir la principale destination des exportations africaines cette année, reflétant un changement spectaculaire depuis 2008, époque où l'Afrique exportait moitié moins vers la Chine par rapport à ce qu'elle expédiait aux États-Unis, selon Jeremy Stevens, économiste à Beijing pour la Standard Bank Group.

Dans une note de recherche diffusée cette semaine, M. Stevens constate que les relations sino-africaines ont continué à mûrir lors de la dernière décennie, modifiant sensiblement la composition du milieu politique et économique de l'Afrique. L'engagement visionnaire de la Chine avec l'Afrique au début de la dernière décennie a été un coup de maître, permettant à Beijing de prendre l'avantage sur d'autres partenariats en Afrique.

La Chine a été au centre du réétalonnage des échanges de l'Afrique et de ses canaux d'investissement dans un contexte de ralentissement économique mondial et de patinage des économies avancées. Les derniers chiffres montrent que le commerce entre la Chine et l'Afrique a atteint 160 milliards de Dollars US en 2011, en hausse de 28% par rapport à l'année précédente. L'année dernière, la Chine représentait 18% du commerce de l'Afrique (contre 10% en 2008).

« Bien qu'étant devenue légèrement plus chère, la Chine a réussi à accroître rapidement ses exportations vers l'Afrique. Les visites politiques de haut niveau y ont certainement contribué, mais, peut-être plus important encore, le succès a engendré le succès et les entreprises chinoises et africaines sont maintenant plus à l'aise pour traiter les unes avec les autres. Pour ce qui est de l'avenir, la Chine est bien placée pour participer à la phase suivante du développement de l'Afrique », selon M. Stevens. Il estime que deux ingrédients sont venus renforcer le soutien diplomatique : les capitaux bancaires et le temps pour développer une confiance mutuelle et établir un savoir-faire et des infrastructures commerciaux institutionnels. Les entreprises publiques incitées à « sortir » ont réussi en Afrique, permettant à la Chine d'accroitre ses exportations d'équipements, de machines et de véhicules, tout en créant simultanément des opportunités commerciales (et d'emploi).

En outre, un plus grand soutien arrivera cette année, les économies matures continuant à patiner. Les investissements à l'étranger sont essentiels au développement de la Chine. L'internationalisation de la monnaie signifie plus d'investissements et de commerce entre la Chine et l'Afrique. Les exportateurs chinois vers l'Afrique en bénéficieront indirectement, par le biais des subventions accordées à 59 zones d'exportation.

Aujourd'hui, l'Afrique et la Chine ont plus d'importance que jamais l'un pour l'autre. Les importations africaines en provenance de Chine ont augmenté de 23,7%, passant de 59 milliards de Dollars US en 2010 à 73 milliards de Dollars US en 2011. L'année dernière, 16,8% des importations africaines sont provenues de Chine (contre 4,5% en 2002). Dans le même temps, l'importance de l'Afrique pour la Chine a également augmenté, représentant 3,8% des exportations de la Chine (contre 2% en 2002). Et, de façon impressionnante, les importations africaines en provenance de Chine ont augmenté de 4 points de pourcentage de plus que les exportations de la Chine ailleurs.

M. Stevens a également noté que tandis que la Chine a vu une révision à la baisse de son potentiel de croissance interne et s'oriente vers des leviers de croissance à intensité énergétique réduite, son économie de 7 000 milliards de Dollars US sera toujours plus exigeante en termes absolus. Pendant ce temps, la forte croissance de plusieurs économies centrales de l'Afrique permettra aux produits chinois de continuer à trouver un terrain d'exportation fertile sur le continent.

« La demande en matières premières de la Chine est de nature structurelle et elle va durer. En outre, la demande africaine en infrastructures et l'approche différentielle de la Chine quant au financement crée des marchés pour les exportations chinoises, des opportunités commerciales pour ses entreprises publiques et des occasions d'emploi pour le peuple chinois », a ajouté M. Stevens.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Le protectionnisme est « myope »
Chine : une ineptie dont il est nécessaire de se débarasser dans l'obention de « diplômes supérieurs fallacieux »
Une nouvelle dynamique pour les relations Chine-UE