Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 22.05.2012 08h31
Des conférenciers de République de Corée aideront la Chine à éviter les risques économiques

Dix hauts responsables et experts de République de Corée présenteront des conférences économiques afin d'aider la Chine à éviter des risques de développement potentiels, selon un accord signé lundi à Beijing.

Entre les mois d'août et décembre, dix conférences seront organisées à l'Académie chinoise des Sciences sociales (ACSS) et dans d'importantes universités du pays afin d'étudier les grandes réussites et principaux échecs des réformes économiques de la République de Corée au cours des dernières années, a-t-on appris de Chung Duck-koo, président de la Fondation pour la recherche d'Asie du Nord-Est et signataire de l'accord avec les représentants de l'ACSS.

"Les deux pays partagent des similarités dans leur manière de mener les réformes économiques et sont confrontés à des problèmes et défis semblables", a indiqué M. Chung.

Il souhaite que les expériences de son pays aident la Chine à éviter les risques potentiels et à résoudre les difficultés imminentes.

Les deux parties décident en ce moment des sujets des conférences, lesquelles pourraient notamment couvrir la manière d'échapper au piège du revenu intermédiaire, la restructuration des entreprises et l'élaboration de politiques pour les industries spéciales, selon He Fan, directeur adjoint de l'Institut de politique et d'économie mondiale sous l'égide de l'ACSS.

La République de Corée a réalisé des progrès économiques remarquables par le passé. Les conférences ont pour but d'améliorer la compréhension de la Chine quant à ses perspectives économiques et de renforcer sa coopération avec la République de Corée et les autres pays d'Asie du Nord-Est, a indiqué Zhang Yuyan, directeur de l'institut.

Source: xinhua

Articles pertinents
Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »