Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 28.05.2012 14h02
Le prix des maisons en baisse, mais pas de chute prévue

Le prix de l'immobilier va plonger cette année, mais une chute est peu probable, selon un rapport de l'Académie chinoise des sciences sociales.

Une demande atone a exclu la hausse des prix, tandis que les promoteurs immobiliers sont peu enclins de réduire les prix en raison des coûts élevés des terrains, selon le rapport annuel de l'académie sur l'immobilier.

"Les ventes immobilières resteront faibles cette année, malgré un rebond depuis mars, les prix vont baisser", a déclaré Li Enping, professeur agrégé à l'Institut d'études urbaines et environnementales de l'académie, un contributeur majeur du rapport.

Les prix de l'immobilier dans les petites et moyennes villes qui ont augmenté récemment connaîtront la plus forte baisse. Et le fléchissement des prix devrait, à terme, stimuler les ventes, en raison du processus d'urbanisation rapide.

Les prix des maisons dans les principales villes, comme Beijing et Shanghai, baisseront légèrement même si les ventes peuvent stagner, selon le rapport.

Avec un grand nombre de mesures rigoureuses en place, y compris des politiques de prêt plus strictes, la hausse des acomptes et l'interdiction d'achat d'une troisième maison, le marché immobilier est entré dans une période de refroidissement.

Sur les 70 grandes villes suivies par le gouvernement, 46 ont enregistré une baisse des prix en en avril, huit de plus qu'en mars, d'après le Bureau national de la statistique.

«La politique de réajustement a eu lieu et le pire moment pour les promoteurs immobiliers est en fait passé," a déclaré Zhang Hanya, président de l'Association chinoise d'investissement. Zhang est un ancien directeur de l'institut de recherche d'investissement de la Comission national du développement et de la réforme.

Plus de 30 gouvernements locaux ont adopté des mesures pour relancer leurs marchés résidentiels, selon le quotidien Nanfang Daily.

"Le gouvernement doit affiner ses politiques immobilières en raison du ralentissement économique», a ajouté Zhang.

La croissance du PIB est tombé à 8,1% au premier trimestre, contre 8,9% au quatrième trimestre, l'année dernière. Le Centre d'information d'État, un gouvernement de réflexion, prévoit que la croissance du PIB ralentira encore à 7,5% au deuxième trimestre, en raison de l'inflation immobiliaire et une demande externe atone.

Bien que la contribution directe du secteur de l'immobilier au PIB se situe à 4 à 4,5%, d'autres industries impliquées dans le secteur contribueront de près de 20% à la croissance du PIB, a indiqué Zhang.

"Compte tenu du ralentissement économique, le gouvernement va certainement réajuster ses politiques immobilières. Mais il est peu probable que les autorités changeront radicalement les politiques existantes, comme ce fut le cas au cours de la période 2008-09," a fait remarquer Zhao Song, directeur du département de l'évaluation des terres au ministère des Terres et des Ressources.

Zhao estime que le marché foncier montre des signes évidents de refroidissement et que les recettes publiques de vente de terres vont baisser.

"Les prix des terrains a diminué au premier trimestre, après avoir vu une croissance nulle au dernier trimestre de 2011," a dit Zhao.

Selon un rapport du groupe Centaline, les ventes de terrains ont atteint un chiffre des plus bas depuis quatre ans dans les quatre premiers mois de l'année, malgré un léger rebond dans les transactions de maisons neuves.

La valeur totale des achats de terres par les dix principaux promoteurs immobiliers dans les quatre premiers mois a atteint 18,9 milliards de yuans (2,99 milliards de dollars), soit une baisse régulière de 63%. Le niveau de l'achat de terres est le plus bas depuis 2008, selon le rapport.

"Nous pensons que le gouvernement n'est pas en mesure à court terme de renverser les politiques du marché résidentiel. Néanmoins, comme nous nous attendions, il y a une politique de réajustement visant à améliorer l'accès pour les primo-accédants», a déclaré Joe Zhou, responsable de la recherche pour le fournisseur de services immobiliers Jones, Lang LaSalle (Shanghai).

La Banque populaire de Chine a demandé aux principales banques à la fois d'augmenter la disponibilité des prêts hypothécaires pour les primo-accédants et de leur offrir des hypothèques plus abordables. Les primo-accédants sont désormais en mesure de recevoir un rabais de 10 ou 15% du taux de base de prêt .

Standard & Poor s'attend à ce que les restrictions gouvernementales sur les achats de maisons demeurent en place pendant le reste de cette année dans de nombreuses villes.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Articles pertinents
Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »