Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 14.06.2012 09h45
L'économie chinoise en 2012

LI YUAN, membre de la rédaction

En 2012, alors que la crise économique mondiale n'a pas encore touché à sa fin, l'économie chinoise est l'objet de l'attention du monde entier. Une question est sur toutes les lèvres : dans un contexte où l'économie internationale est en berne, la Chine pourra-t-elle maintenir sa croissance ?

Stimuler la demande intérieure, un « vieux sujet » qui fait son retour

Liu He, le directeur adjoint de l'administration générale du groupe de la Direction financière et économique du Comité central du PCC, explique : « En 1997, lors de la crise financière asiatique, la question de stimuler la demande intérieure avait déjà été soulevée. Avec l'accélération du processus de mondialisation, la Chine a négligé pendant un temps son marché intérieur. Depuis l'éclatement de la crise financière en 2008, l'environnement extérieur a changé. La Chine doit à nouveau évoquer ce vieux sujet. »

Avec le développement économique chinois, l'industrialisation, l'urbanisation et la modernisation se développent très rapidement. La structure industrielle et celle de la consommation se transforment. Les structures de l'économie deviennent de plus diversifiées.

Lors de la cinquième session de la XIe Assemblée populaire nationale (APN) qui a eu lieu le 5 mars dernier, le premier ministre chinois Wen Jiabao a signalé dans le rapport d'activité du gouvernement qu'accroître la demande intérieure, et en particulier la consommation, sera la base d'un développement économique rapide et stable sur le long terme. Cette question sera la tâche principale à laquelle s'attellera le gouvernement cette année.

« Le marché intérieur est le nouveau moteur du développement chinois. Ce sont, en quelques sortes, les contraintes du marché extérieur qui obligent la Chine à exploiter son marché intérieur », déclare Li Deshui, l'ancien directeur du bureau national des Statistiques.

Jia Kang, membre du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC) et directeur de l'Institut des études financières du ministère des Finances, considère également que « maintenant que l'économie chinoise est ouverte vers l'extérieur et que la Chine dépend fortement du commerce extérieur, il faut accorder de l'importance à la demande intérieure, que la situation économique soit bonne ou mauvaise. C'est l'une des leçons que nous avons tirées de la crise financière mondiale. »

Ces dernières années, le rapport d'activité du gouvernement a constamment souligné l'importance de la demande intérieure. En 2009, le rapport a stipulé qu'il était nécessaire d'accroître la demande intérieure pour assurer la croissance. En 2010, les autorités ont continué à mettre en œuvre et à améliorer les politiques encourageant la consommation. En 2011, le rapport a appelé à accroître la consommation des ménages. Cette année, le gouvernement compte accélérer la mise en place d'un mécanisme à long terme pour accroître la consommation.

Huang Ming, député de l'APN et président du conseil d'administration du groupe Himin Solar affirme qu' « un mécanisme à long terme signifie une politique durable et conforme aux lois. La mise en application de cette politique est un processus qui s'améliore sans cesse. Les entreprises et les consommateurs seront les bénéficiaires de cette politique ».

Depuis 2008, le gouvernement chinois a publié une série de politiques qui ont pour objectif de stimuler la consommation. Selon les données officielles, en 2011, la consommation intérieure a compté pour 51,6 % à la croissance économique du pays. Ainsi, la croissance économique chinoise ne dépend plus des exportations.

Selon Zhang Ping, le président de la commission nationale du développement et de la réforme, stimuler la demande intérieure signifie permettre aux Chinois d'avoir suffisamment d'argent pour consommer, ainsi que pour oser consommer, aimer consommer, pouvoir consommer facilement et avoir confiance en les produits présents sur le marché chinois. Pour ce faire, il faut augmenter le niveau des revenus grâce aux mesures suivantes : augmenter l'emploi, augmenter le prix d'achat des produits agricoles, rajuster le niveau du salaire minimum et créer un mécanisme d'augmentation des salaires. En outre, une des mesures essentielles est de créer un système de protection sociale. En effet, lorsque les habitants n'ont plus le souci de mettre de l'argent de côté pour faire face aux nécessités et aux imprévus de la vie, ils sont plus libres de consommer. De plus, il est nécessaire de lancer des politiques incitatives, comme par exemple attribuer des subventions à l'achat de produits économes en énergie et réduire les impôts sur ces productions ou exempter d'impôt ces productions. Par ailleurs, il faut améliorer l'accès à la consommation pour l'ensemble des habitants. Enfin, il est également essentiel de renforcer les contrôles pour lutter contre la contrefaçon des produits.

À présent, de nombreux pays essayent de stimuler la demande intérieure pour donner un nouvel élan à leur économie. Comment accroître la demande intérieure est devenu une question que se posent les gouvernements de tous les pays, et qu'ils continueront de se poser dans les années à venir.
Des experts chinois ont proposé plusieurs mesures pour stimuler la demande intérieure et accroître la consommation : baisser l'impôt sur le revenu afin d'alléger les charges qui pèsent sur les moyens et les bas salaires ; accélérer l'unification de la protection sociale entre ville et campagne ; répartir plus uniformément les ressources éducatives ; réduire les taxes douanières sur les produits de luxe...

Le commerce international, un appui pour l'économie chinoise

Bien entendu, il ne faut pas négliger pour autant la demande extérieure. En 2012, le rapport d'activité du gouvernement stipule que l'« approfondissement de la réforme et de l'ouverture vers l'extérieur est nécessaire pour donner une nouvelle vitalité et une nouvelle force motrice au développement économique. »
Selon Zhu Xiaodan, député de l'APN et gouverneur de la province du Guangdong, il est également important de stimuler la demande extérieure. En tant que première grande province d'import-export, le Guangdong capitalise les parts qu'il a obtenues sur le marché international. Sur la base stable de ses marchés traditionnels, le Guangdong compte de plus intensifier ses efforts pour gagner les marchés émergents.

Zhang Zhigang, membre du Comité national de la CCPPC et président du conseil du Centre chinois du commerce extérieur, assure que : « La Chine encourage toujours le commerce avec l'extérieur, et poursuit une politique d'équilibrage des importations et des exportations. La Chine garde sa porte ouverte et l'ouvre encore plus grande. Et cela n'est pas seulement au bénéfice de sa propre croissance, mais dans une optique d'échanges gagnant-gagnant avec les pays du monde. »

Le « gagnant-gagnant » signifie que d'un côté, les partenaires commerciaux ont besoin des commandes chinoises et de l'autre, les entreprises chinoises peuvent profiter de perspectives de développement grâce aux technologies avancées venues de l'étranger.

Selon l'administration générale des Douanes, le volume global des échanges a atteint le volume record de 3 642 milliards de dollars en 2011, soit un accroissement de 22,5 % par rapport à l'année précédente. Ce chiffre comprend une augmentation de 20,3 % des exportations pour un volume de 1 898,6 milliards de dollars, et une augmentation de 24,9 % des importations (1 743,5 milliards de dollars). On remarque que l'excédent de la balance commerciale diminue.

Chen Deming, ministre du Commerce, commente : « Il y a plusieurs raisons qui expliquent la baisse de la croissance du commerce extérieur. Tout d'abord, il y a eu un resserrement de l'environnement commercial à l'intérieur et à l'extérieur. La crise financière internationale s'est aggravée, particulièrement après la crise de la dette européenne, et cela a influé sur la situation en Chine. Par ailleurs, l'augmentation des coûts de production à l'intérieur du pays est également un facteur à prendre en compte. »

Au sujet de l'Europe, Chen Deming déclare : « J'espère que les pays européens mettront en pratique la politique d'austérité, tout en encourageant l'emploi. » Ces derniers temps, les échanges entre la Chine et les pays européens se sont intensifiés, ce qui a permis la création de nombreux emplois dans les pays européens. Il ajoute : « L'Europe est notre partenaire commercial le plus important. Elle est aussi le lieu principal d'importation de technologies. Ainsi, la stabilité de l'économie de la zone nous est importante. Soutenir et aider l'Europe à surmonter les difficultés, c'est aussi nous aider nous-mêmes. »

Subissant le contre-coup du marasme de l'économie mondiale, les entreprises chinoises sont confrontées à une situation difficile. Cependant, tous les représentants et membres de l'APN et de la CCPCC sont d'avis que la Chine ne doit pas adopter une attitude protectionniste pour autant. « Le protectionnisme ne ferait qu'accentuer le déséquilibre de l'environnement commercial mondial et nuirait au rétablissement de l'économie mondiale. »

« Il faut continuer à encourager l'importation en parallèle à la stabilisation de l'exportation », soutient Ma Xiuhong, un membre du Comité national de la CCPPC et ancienne vice-ministre du Commerce. Le gouvernement chinois s'évertue à améliorer les conditions d'investissements en Chine, afin de continuer à attirer les investissements étrangers. Depuis 1992, date du discours que Deng Xiaoping a prononcé durant son voyage dans le Sud, les investissements étrangers en Chine ont été multipliés par dix grâce à l'amélioration des conditions des investissements sur ces vingt dernières années. Les investissements étrangers jouent un rôle de plus en plus important dans l'économie nationale.

D'après les nouvelles de la Conférence nationale de travail sur l'importation et l'exportation qui vient de se clôturer, la Chine maintiendra ses politiques commerciales extérieures, approfondira son soutien à l'exploration des nouveaux marchés, mettra en œuvre la stratégie de la diversification du commerce extérieur, et s'efforcera de réaliser le développement du commerce extérieur dans la stabilité.

Objectif : gagnant-gagnant

« Cette année, le gouvernement chinois met en application sa stratégie de développement régulier, met en évidence ses mesures en matière d'accroissement de la consommation et des investissements, et établit des mesures favorables à la croissance stable du commerce extérieur et au développement harmonieux entre l'utilisation des capitaux étrangers et les investissements à l'étranger. Cela montre que la stimulation de la demande intérieure et l'ouverture forment un ensemble issu sur une coordination parfaite », déclare Zhang Xiaoji, le directeur du département de recherche sur le commerce extérieur du centre de recherche et de développement auprès du conseil des Affaires d'État.

« Loin de changer la stratégie d'ouverture, élargir la demande intérieure et développer le marché domestique constituent un approfondissement de la stratégie d'ouverture dans ce nouveau contexte. D'une part, le grand marché intérieur chinois peut continuer à attirer les investissements étrangers, d'autre part, il aide à élever le niveau des facteurs de production afin de transformer en profondeur la participation de la Chine à la mondialisation économique. »

« En outre, stimuler la demande intérieure ne signifie pas cesser l'exploitation du marché international. Au contraire, élever le niveau d'ouverture nécessite de développer davantage le marché international, et surtout de former des réseaux de vente globaux. L'élargissement et l'amélioration de l'ouverture reposent sur l'établissement des réseaux transnationaux de vente et de production, pour que les avantages concurrentiels des productions chinoises puissent réellement apporter leurs bénéfices à l'exportation. »

Source: La Chine au présent

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Pour échapper au piège du Dollar
Les Etats-Unis cherchent un nouveau prétexte pour fomenter des troubles
La retenue de la Chine est claire aux yeux de tous