Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 18.07.2012 08h40
Chine : égalité de traitement pour les logiciels étrangers dans les marchés publics

Les fournisseurs étrangers ont bénéficié d'un traitement égal aux entreprises nationales dans le cadre d'importants marchés publics pour l'achat de licences de logiciels, a indiqué mardi Yan Xiaohong, directeur adjoint de l'Administration nationale du droit d'auteur.

Dans le cadre d'une campagne nationale anti-contrefaçon qui s'est achevée fin juin, le gouvernement central et les gouvernements provinciaux ont dépensé depuis fin 2010 plus d'un milliard de yuans (156,9 millions de dollars) pour l'achat de 158 823 licences de systèmes d'exploitation et 506 693 copies de logiciels de bureautique, ainsi que pour des antivirus et autres logiciels à usage spécifique.

Durant cette campagne, les gouvernements n'ont pas privilégié les fournisseurs nationaux, a indiqué le directeur adjoint, ajoutant que les entreprises chinoises et étrangères ont profité de parts similaires dans ces achats publics.

Selon Yan Xiaohong, les fournisseurs étrangers détiennent des parts de marché nettement plus importantes en matière de systèmes d'exploitation. Leurs concurrents chinois ont quant à eux remporté deux tiers des licences de logiciels de bureautique, mais ont gagné mois d'argent que les premiers en raison de prix plus bas.

Les entreprises étrangères sont encouragées à vendre leurs produits en Chine et sont protégées par la loi chinoise, a ajouté le directeur adjoint.

En Chine, le chiffre d'affaires du secteur du logiciel a totalisé 1 800 milliards de yuans en 2011, représentant 15% des parts de marché mondial.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les principales nouvelles du 17 juillet
Proposition pour une Autorité Fiscale Européenne (AFE), un Fonds de Réduction de la Dette et des Bons du Trésor Européens
Réticences de l'Allemagne quant à un accord sur la menace de la stabilité européenne
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire