Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 23.07.2012 14h59
Les ventes de produits de luxe baissent en Chine, mais affichent encore une augmentation de 20%

Le ralentissement économique ayant conduit à un affaiblissement de la demande, les ventes de certaines marques de luxe ont connu une croissance plus faible sur le Continent chinois.

Ainsi, Hermès International SCA, qui a publié jeudi dernier ses chiffres de vente pour le deuxième trimestre, a annoncé une croissance de ses revenus en Asie –à l'exclusion du Japon- de 24,6% au premier semestre 2012. pour la même période de 2011, ces chiffres étaient de 30,2%.

De même, la société hongkongaise Chow Tai Fook Jewellery Co Ltd, la plus grande bijouterie du monde en termes de valeur de marché, a annoncé le 11 juillet que son volume de ventes pour la période de trois mois s'achevant le 30 juin avait augmenté de 16%, alors que l'augmentation avait été de 61% entre mars 2011 et mars 2012.

Le même jour, Burberry Group Plc, qui a publié son rapport d'activité pour la période de trois mois se terminant le 30 juin, a annoncé que la croissance de ses revenus dans la Région Asie-Pacifique avait chuté à 18%, contre 67% pour la même période de 2011.

D'autres grandes marques de luxe ont également enregistré une baisse de leur croissance sur le marché chinois au premier trimestre de cette année, bien que leurs rapports financiers semestriels n'aient pas encore été publiés.

LVMH Group, le premier groupe de produits de luxe du monde, a publié les chiffres de ses revenus du premier trimestre le 18 avril, montrant que l'Asie représentait quelque 10% de la croissance des revenus pour le secteur mode et maroquineroe du groupe, qui compte des marques comme Louis Vuitton, Fendi et Marc Jacobs. Mais cette région avait contribué à 32% des revenus de ce secteur en 2011.

La croissance du marché des produits de luxe en Chine devrait connaître une croissance de 20% environ cette année, alors que le chiffre était de 30% environ en 2011, selon un rapport de Bain & Co.

La baisse de la croissance du marché du luxe trouve son origine dans le ralentissement de la croissance économique de la Chine dans son ensemble, a dit Zhou Ting, Directeur exécutif du Centre de recherche sur les produits et services de luxe à l'Université d'Affaires et d'Economie Internationales. « Il est difficile de prédire combien de temps va durer ce déclin », a ajouté M. Zhou.

Selon Yang Qingshan, chercheur invité en produits et services de luxe àl'Université d'Affaires et d'Economie Internationales, la consommation en produits de luxe représente en général le double de la croissance économique d'un pays. Rappelons que le Bureau National des Statistiques a annoncé que la croissance du PIB chinois devrait baisser à 7,6% d'une année sur l'autre au deuxième trimestre, chiffre le plus bas depuis trois ans.

« Au vu de la croissance du PIB, il est normal de voir la croissance du marché du luxe ralentir durant cette période », a dit M. Yang.

Autre fait qui affecte les ventes de produits de luxe, la nouvelle politique annoncée par le Conseil des Affaires de l'Etat un peu plus tôt ce mois, qui interdit aux fonctionnaires d'utiliser des fonds publics pour acheter des produits de luxe.

Cette politique, qui entrera en vigueur le 1er octobre prochain, aura des effets à long terme sur le marché du luxe, selon les experts du secteur.

Le marché actuel du luxe du Continent chinois est un marché atypique, 60% de ces produits étant achetés à titre de cadeaux, selon M. Yang.

« Si les mesures proposées peuvent limiter le pourcentage de cadeaux, le marché chinois du luxe sera alors plus sain », a t-il ajouté.

Cependant, certaines marques de luxe sont toujours optimistes quant au marché chinois, en particulier dans les villes plus petites. Comparé avec ses ventes à Hong Kong et Macao, les affaires de Chow Tai Fook sur le Continent chinois ont encore été meilleures sur la période de trois mois s'achevant le 30 juin.

« Cette solide croissance des revenus sur le Continent est due à une meilleure résistance à un environnement macro-économique instable, en particulier dans les villes de rang inférieur », a dit le détaillant dans son rapport financier. De son côté, Burberry a également dit que la Chine était toujours un de ses principaux marchés entre mars et juin.

« La demande en produits de luxe dans les villes plus petites est en train d'être explorée, et le potentiel du marché dans ces endroits est énorme », selon M. Zhou, de l'Université d'Affaires et d'Economie Internationales.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les principales nouvelles du 23 juillet
L'Afrique est a même de choisir ses propres amis
Ce que cache la visite du Ministre japonais des Affaires Etrangères au Vietnam
Le « modèle libyen » va t-il se reproduire en Syrie ?